• IFAC

Accueil  Publications  Philippe Beck : Un chant objectif (...)

Actes du colloque de Cerisy-la-Salle

Philippe Beck : Un chant objectif aujourd’hui

Direction : Isabelle Barbéris, Gérard Tessier

jeudi 11 septembre 2014, Philippe Beck


À Cerisy-la Salle, en août 2013, la décade consacrée à l’œuvre poétique de Philippe Beck a marqué, révélant la force générale d’un chant en devenir (ainsi du « Projet Merlin »). La pensée de la poésie maintenue en sa nécessité politique (Benoît Casas, Tristan Hordé), un agencement sensible s’est ouvert à l’interprétation (Tim Trzaskalik). Des manières de lire ont approché une rédification, une réfection objective et « plus que lisible » (Jean-Luc Steinmetz), une poésie qui démontre une “confiance dans la poésie” (Gérard Tessier) et fait apparaître la matière de la langue même (Annie Guillon-Lévy, et Jean-Luc Nancy à propos de l’ « Ouverture » des Chants populaires). S’est confirmée l’hypothèse d’une poétique qui, issue des rythmes anciens, relance l’oreille expérimentalement, capte le monde et le « compromet » (Judith Balso), “clairon” plutôt que “berceuse”. En l’absence si présente de Jean Bollack, qui sut voir en Beck un poète majeur, s’est peu à peu déplacée une interprétation en termes étroitement post-célaniens. Alain Badiou a pu conditionner la réouverture d’un « Âge des poètes » au « post-célanisme conséquent » de Beck, démontrant d’ailleurs la force politique de la « fable politique » beckienne. D’autres ont dévoilé des aspects singuliers de la poétique : le “dur” et le “rude” dans la diction (Martin Rueff), l’érudition moderne (Rémi Bouthonnier), la « décision du vers » (Stéphane Baquey), la critique du post-romantisme, les proses (Tiphaine Samoyault), l’adieu au prosimètre dans l’expression de la « Poésie-Moïse », la tradition et le renouveau du langage (Béatrice Bonhomme, Yves di Manno), la dramaturgie du poème (Isabelle Barbéris, Jérémie Majorel), le croisement des arts (Isabelle Garron, Gérard Pesson, Marcelo Jacques de Moraes), la contrainte sentimentale schillérienne (Jacques Rancière), la figure de l’impersonnage “garant” de la parole (Natacha Michel) dans la « chambre ouverte du poème » (Guillaume Artous-Bouvet), le cœur maintenu après la fin du lyrisme subjectif (Antonio Rodriguez), la figure animale, à la fois allégorique et littérale (Pierre Ouellet), « l’antipathie » (Xavier Person) dans le « système des personnages » (Paul Échinard-Garin), la méthode « didactique » du “regret du futur” après Brecht (Günter Krause)... Les réflexions suscitées par « le geste rebelle » qui « manquait depuis les Illuminations » (Jacqueline Risset) sont désormais engagées au terrain solide, dialogique et interdisciplinaire, des chercheurs et des créateurs.

Direction : Isabelle Barbéris, Gérard Tessier | Corti 2014

P.-S.

Vous trouverez la table des matières à cette adresse : http://www.jose-corti.fr/titreslesessais/Actes_colloque_Beck.html




À propos de l'auteur :

Maître de conférences. HDR.
Recherches en poétique et en esthétique.
Président de la Commission de Poésie du CNL. Chevalier des Arts et des Lettres.
Membre des comités de rédaction des revues Agenda de la pensée contemporaine, Droit de Cités et Fusées.


Courrier électronique : Philippe Beck


Du même auteur :
  • Élégies Hé

    Philippe Beck
    Hélas est le discours premier du chant appelé élégie. Selon une étymologie du chant. Le pays du regret a d’abord deux syllabes mentales, qui développent le cri ou expression animale de la peine. Or, le regret du futur est allégé en comparaison avec la nostalgie animale, ou l’incontrôlable douleur d’un retour, qui possède des humains. Hélas développe les promesses de la peine, avec vitalité et impersonnalité, dans le procédé du soleil ou ses procédures.
    # Broché : 140 pages # Editeur : Théâtre typographique (...)

  • Écrire, pourquoi ?

    Collectif

    Philippe Beck
    Quarante et un écrivains et poètes majeurs ou en devenir qui participent à l’invention de la littérature ont accepté de répondre à la question « Écrire, pourquoi ? » Ce premier livre des éditions Argol, est une remarquable chambre d’écho des questions de l’écriture contemporaine. La première proposition d’une ligne éditoriale singulière et intranquille.
    Philippe Beck – Thierry Beinstingel – Pierre Bergounioux – Bernard Chambaz – Éric Chevillard – Michel Deguy – Philippe Djian – Annie Ernaux – Jean-Michel (...)

  • Garde-manche Deux

    Philippe Beck
    Garde-manche hypocrite est paru en 1996 aux éditions Fourbis. Il est désormais épuisé. Cette nouvelle édition, dans la collection « L’œil du poète » aux éditions Textuel résulte de deux désirs : celui, d’une part, de Christophe Marchand-Kiss, d’accueillir pour la première fois un poète français contemporain, après d’autres, étrangers, tels Augustin Goytisolo, Eduardo Sanguinetti, Volker Braun, Oskar Pastior ou Durs Grünbein ; et d’autre part, de celui de Philippe Beck, de proposer une nouvelle « mouture » de (...)

  • Dans de la nature

    Philippe Beck
    Dans de la nature poursuit le travail de relecture critique des différents genres poétiques entrepris par Philippe Beck dès ses premiers ouvrages et revisite l’idylle (petit poème à thème pastoral et généralement amoureux) en prolongeant la critique des mentalités et des mœurs contemporaines qui est le véritable motif de cette œuvre prise dans son ensemble.
    Le Chanteur Muet, dont le Discours est retiré dans les dépaysages ou Idylles fait des propos idylliques. Il ridylle dans des suites. Et ridyller, (...)

  • S. T. Coleridge, Les Sermons laïques suivi de L’Ami et autres textes

    Textes réunis, traduits et présentés par Philippe Beck et Éric Dayre

    Philippe Beck
    Avec la Biographia Literaria, les proses des Sermons laïques et de L’Ami (écrites de 1816 à 1818) forment l’ensemble théorique le plus abouti dans l’œuvre de Samuel Taylor Coleridge (1772-1834), et le plus vaste ensemble théorique du « romantisme anglais ». Il était jusqu’ici presque onconu et non traduit en France.
    À défaut de constituer un système clos, Coleridge confronte patiemment les enjeux et les domaines classiques de la philosophie (métaphysique, morale et politique) à la vérité de son époque. (...)

  • Aux recensions

    Philippe Beck
    Un hommage aux recensions est un hommage à leur drame. Soit un cas particulier. Bertrand Marchal a édité la chronique des avis contemporains sur un « Prince des poètes », dans Mallarmé, Mémoire de la critique (Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1998). On trouvera ici, presque à chaque fois, le poème qui répond aujourd’hui à l’ancienne critique contemporaine, intéressé au meilleur et au pire actuels des commentaires. La vie contemporaine est le lieu de la violence. Mais, engin de captation, la (...)

  • Poésies didactiques

    Philippe Beck
    Dans le livre sur la poésie naïve et la poésie sentimentale, Schiller a cette phrase : « On attend encore un poème didactique où la pensée elle-même serait et demeurerait poétique. » C’est comme une réponse à la future phrase ambiguë de l’Esthétique de Hegel : « À strictement parler, la poésie didactique n’est pas de la poésie. » Le didactiqueur est-il fatalement hyper-cultivé, ou chargé ? Non. "Le dernier homme est malin et sait tout ce qui est arrivé ; il n’en finit pas de se gausser. Il se querelle encore mais (...)

  • Dernière mode familiale

    Philippe Beck
    "Il y a ici tout ensemble une pensée et une tenue, l’une et l’autre accidentées et blessées selon ce qu’aujourd’hui sont le monde et le poème (…) : il suffit qu’il y ait là pensée, poème de pensée et de pesée sur la pensée d’une difficulté (celle d’un monde abîmé, de la guerre et aussi des trous qu’elle a faits dans les hommes et dans la poésie) (…) pour écarter sans hésiter ce reproche de surréalisme qu’on a pu faire à Beck. (…) “Surréalisme” implique (au moins souvent) une magie verbale produisant un insensé (...)

1 | 2 | 3


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons