• IFAC

Accueil  Publications  Philippe Beck : Un chant objectif (...)

Actes du colloque de Cerisy-la-Salle

Philippe Beck : Un chant objectif aujourd’hui

Direction : Isabelle Barbéris, Gérard Tessier

jeudi 11 septembre 2014, Philippe Beck


À Cerisy-la Salle, en août 2013, la décade consacrée à l’œuvre poétique de Philippe Beck a marqué, révélant la force générale d’un chant en devenir (ainsi du « Projet Merlin »). La pensée de la poésie maintenue en sa nécessité politique (Benoît Casas, Tristan Hordé), un agencement sensible s’est ouvert à l’interprétation (Tim Trzaskalik). Des manières de lire ont approché une rédification, une réfection objective et « plus que lisible » (Jean-Luc Steinmetz), une poésie qui démontre une “confiance dans la poésie” (Gérard Tessier) et fait apparaître la matière de la langue même (Annie Guillon-Lévy, et Jean-Luc Nancy à propos de l’ « Ouverture » des Chants populaires). S’est confirmée l’hypothèse d’une poétique qui, issue des rythmes anciens, relance l’oreille expérimentalement, capte le monde et le « compromet » (Judith Balso), “clairon” plutôt que “berceuse”. En l’absence si présente de Jean Bollack, qui sut voir en Beck un poète majeur, s’est peu à peu déplacée une interprétation en termes étroitement post-célaniens. Alain Badiou a pu conditionner la réouverture d’un « Âge des poètes » au « post-célanisme conséquent » de Beck, démontrant d’ailleurs la force politique de la « fable politique » beckienne. D’autres ont dévoilé des aspects singuliers de la poétique : le “dur” et le “rude” dans la diction (Martin Rueff), l’érudition moderne (Rémi Bouthonnier), la « décision du vers » (Stéphane Baquey), la critique du post-romantisme, les proses (Tiphaine Samoyault), l’adieu au prosimètre dans l’expression de la « Poésie-Moïse », la tradition et le renouveau du langage (Béatrice Bonhomme, Yves di Manno), la dramaturgie du poème (Isabelle Barbéris, Jérémie Majorel), le croisement des arts (Isabelle Garron, Gérard Pesson, Marcelo Jacques de Moraes), la contrainte sentimentale schillérienne (Jacques Rancière), la figure de l’impersonnage “garant” de la parole (Natacha Michel) dans la « chambre ouverte du poème » (Guillaume Artous-Bouvet), le cœur maintenu après la fin du lyrisme subjectif (Antonio Rodriguez), la figure animale, à la fois allégorique et littérale (Pierre Ouellet), « l’antipathie » (Xavier Person) dans le « système des personnages » (Paul Échinard-Garin), la méthode « didactique » du “regret du futur” après Brecht (Günter Krause)... Les réflexions suscitées par « le geste rebelle » qui « manquait depuis les Illuminations » (Jacqueline Risset) sont désormais engagées au terrain solide, dialogique et interdisciplinaire, des chercheurs et des créateurs.

Direction : Isabelle Barbéris, Gérard Tessier | Corti 2014

P.-S.

Vous trouverez la table des matières à cette adresse : http://www.jose-corti.fr/titreslesessais/Actes_colloque_Beck.html




À propos de l'auteur :

Maître de conférences. HDR.
Recherches en poétique et en esthétique.
Président de la Commission de Poésie du CNL. Chevalier des Arts et des Lettres.
Membre des comités de rédaction des revues Agenda de la pensée contemporaine, Droit de Cités et Fusées.


Courrier électronique : Philippe Beck


Du même auteur :
  • Le Colloque de nuit

    Philippe Beck, Yves di Manno et Paul Louis Rossi.

    Philippe Beck
    "Pour dire clairement les choses, il nous a paru qu’il était temps, concernant la Poésie (et la Littérature), d’interrompre cette sorte de fuite en avant qui caractérise l’Art de notre temps, et qui ne vise qu’à précipiter la destruction des formes – de l’intellect, et de la création. Il est temps, nous semble-t-il, d’interroger à nouveau l’esthétique (et donc, la politique) et de tenter une définition neuve de la modernité. On ne verra ici qu’une organisation libre de la pensée. Il ne s’agit ni d’une (...)

  • Aristote, Poétique

    Préface de Philippe Beck. Texte traduit par J. Hardy.

    Philippe Beck
    Immense texte bref de la tradition philosophique, rédigé peut-être lors du second séjour d’Aristote à Athènes, entre 335 et 323 avant J.-C., la Poétique a laissé, dans l’histoire de l’art occidental, une trace profonde. C’est la première définition spécifique de la « poésie » et de l’« art » (technè). La poïèsis est une « imitation » (mimèsis) ou un « mime », qui ne reproduit pas une réalité préalable ; si bien que le poème « ne s’intéresse pas à ce qui est, mais à ce qui peut être ». Le traité aristotélicien (cependant (...)

  • K. P. Moritz, Le concept d’achevé en soi et autres écrits (1785-1793)

    Textes présentés et traduits par Philippe Beck

    Philippe Beck
    Karl Philipp Moritz (1756-1793) constitue un moment décisif dans la pensée de l’œuvre d’art. Contemporain de Kant, « leibnizien tardif », « préromantique » en un sens, il occupe un lieu singulier. La présente édition s’attache à faire découvrir ses essais majeurs (accompagnés d’autres écrits complémentaires), qui, dans le style de la « philosophie populaire », proposent à la réflexion divers objets appartenant aussi bien à l’anthropologie philosophique qu’à l’« esthétique », laquelle n’est plus alors seulement (...)

  • Popularité de la philosophie

    Textes réunis par Philippe Beck et Denis Thouard.

    Philippe Beck
    À qui les philosophes s’adressent-ils ? Engagent-ils un dialogue intempestif ou contradictoire avec un « petit nombre » d’experts ? Avec tous ceux qu’ils peuvent toucher, ou bien encore parlent-ils à quelque grand nombre à venir ? Faire sortir la philosophie de sa réserve fut la préoccupation des Lumières. Cet ouvrage aborde l’énigme de cette « popularité de la philosophie ». Un dossier fournit des textes « d’époque », rapportant le ton singulier de cette perspective complexe.
    Ens Éditions, collection (...)

  • Garde-manche Hypocrite

    Philippe Beck
    Les textes de Philippe Beck ne sont ni « fumier de la prose » ni « fumier du poème », mais tour à tour du côté de la prose et du côté du poème, dans un compromis qui ne néglige ni l’un ni l’autre, adopte l’un et l’autre, parvient même à créer comme une complémentarité entre les deux -une proximité que l’on croirait inédite.
    Dans ce livre (la première publication de cet auteur), alternent des passages obscurs (une obscurité assez mallarméenne finalement, donc séduisante, énigmatique) et des passages où le sens (...)

1 | 2 | 3


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons