• IFAC

Accueil Publications  Articles ou chapitres dans des ouvrages (...)
  • L’opéra au XXe siècle

    Le rituel de la modernité

    Introduction, dans : L’Opéra au XXe siècle, Patrick Scemama et Stéphane Roussel (dir.), Paris : Editions Textuel, 2007, 14-23.

    Alain Patrick Olivier
    Le Saint François d’Assise de Messiaen a ainsi pu justifier à lui seul la construction de l’Opéra Bastille et rendre obsolète le fabuleux Palais Garnier. Chaque reprise de l’oeuvre confirme son caractère « classique » et son entrée progressive dans le panthéon musical, en dépit de son caractère monumental et des réactions auxquelles elle a d’abord donné lieu. Par son indépendance à l’égard de tout dogmatisme moderniste comme de la tradition, Messiaen a su inspirer le renou­vellement de l’opéra et susciter de (...)

  • Les Principes de la Connaissance naturelle d’A.N. Whitehead

    Guillaume Durand
    Guillaume Durand et Michel Weber (éds.) Les Principes de la connaissance naturelle d’A.N. Whitehead
    Les quatrièmes journées « Chromatiques » interrogèrent la philosophie des sciences de la nature qui est caractéristique de l’« époque de Londres ». L’objet central de cette rencontre était l’œuvre pionnière dans la philosophie whiteheadienne de la nature : An Enquiry Concerning the Principles of Natural Knowledge (1919/1925), dont tous les principaux traits – à commencer par la méthode de l’abstraction (...)

  • Matérialistes français du XVIIIe siècle : La Mettrie, Helvétius, d’Holbach

    Jean-Marie Lardic
    Le XVIIIe siècle est l’âge d’or du matérialisme français. Qu’il prolonge la doctrine de la nécessité des événements de Hobbes (d’Holbach), qu’il retourne la théorie des animaux machines contre Descartes pour penser l’homme machine (La Mettrie), qu’il renouvelle l’idée d’une science de l’homme à partir d’une critique de l’intériorité subjective (Helvétius) ou invente de nouveaux modèles (Diderot), on retrouve souvent dans les œuvres les plus importantes la tentative de fournir une explication homogène de (...)

  • La science et le monde moderne d’A.N. Whitehead

    Guillaume Durand
    Les deuxièmes journées « Chromatiques » furent dévolues exclusivement à l’exégèse et à la contextualisation de l’ouvrage Science and the Modern World (1925). Construites autour de treize communications scientifiques, soit une par chapitre, elles se fixèrent pour objectif, d’une part, d’identifier l’apport spécifique de chaque chapitre à la lettre whiteheadienne – c’est-à-dire de mettre en perspective ses catégories principales à l’aide d’une analyse intrinséciste – et, d’autre part, de rendre manifeste sa (...)

  • Métaphysique et philosophie transcendantale selon Kant

    Mai Lequan (Dir.) Préface de J.-M. Lardic

    Jean-Marie Lardic
    La philosophie transcendantale de Kant, en tant que science métaphysique réformée et système des connaissances rationnelles pures, est-elle préesquissée dans sa philosophie critique, ou bien reste-t-elle un horizon pour le criticisme, son prolongement et son achèvement futurs ? Cet horizon, Kant ne cesse de l’appeler de ses vœux, mais ne l’atteint peut-être jamais, même dans son œuvre posthume, dite Opus postumum. En regard de la réforme ou révolution de la métaphysique entreprise par Kant, le (...)

  • Écrire, pourquoi ?

    Collectif

    Philippe Beck
    Quarante et un écrivains et poètes majeurs ou en devenir qui participent à l’invention de la littérature ont accepté de répondre à la question « Écrire, pourquoi ? » Ce premier livre des éditions Argol, est une remarquable chambre d’écho des questions de l’écriture contemporaine. La première proposition d’une ligne éditoriale singulière et intranquille.
    Philippe Beck – Thierry Beinstingel – Pierre Bergounioux – Bernard Chambaz – Éric Chevillard – Michel Deguy – Philippe Djian – Annie Ernaux – Jean-Michel (...)

  • La vertu dormitive de l’opium

    Cyrille Michon
    Le latin de Molière nous a légué cette critique célèbre d’une notion médiévale. Au Docteur qui lui demande causam et rationem quare/Opium facit dormire, le Bachelier de dire A quoi respondeo,/Quia est in eo/Virtus dormitiva,/Cujus est natura/Sensus assoupire. Le XVIIe siècle a été friand de telles plaisanteries, auxquelles on doit ajouter la vertu apéritive de la clé, et la vertu attractive du croc, raillées par Pascal. Mais on verra que Pascal est loin d’être opposé à la notion même de pouvoir causal…. (...)

  • Les dinosaures ont-ils existé ?

    Réalisme épistémologique et réalisme ontologique des universaux

    Cyrille Michon
    La question de l’existence des dinosaures, si c’en est une, est d’abord comprise comme une question empirique. Elle de savoir si les données recueillies, notamment les fossiles, permettent de reconstituer une population animale ayant existé dans une période éloignée, avant de disparaître totalement de la surface de la Terre, et ayant eu des propriétés qui justifient son rassemblement sous une même dénomination. A la différence d’une autre question empirique, comme celle de l’existence de l’Atlantide ou (...)

  • Une Théodicée analytique est-elle possible ?

    in Théologie et Analyse, sous la direction de B. Gnassounou, R. Pouivet et S. Bourgeois-Gironde, Vrin, 2002

    Cyrille Michon
    Toute théodicée est analytique en ce qu’elle présuppose une certaine possibilité de former des concepts sur Dieu et le mal, et de formuler des arguments à partir de cette base conceptuelle. Et c’est là tout ce que réclame un discours pour être appelé analytique. Mais la question demeure de savoir quel est le statut logique de tels arguments, et quel type de conclusion ils permettent d’atteindre. Cela dit, tout discours sur Dieu et le mal, quand bien même il serait analytique, n’est pas pour autant une (...)

  • Philosophie analytique et histoire de la philosophie

    François Schmitz , Jean-Michel Vienne
    Quelle place donner à l’histoire de la philosophie ? “Tradition analytique” et “tradition française” ont eu longtemps des réponses tellement opposées, qu’une tradition pouvait rejeter l’autre d’après ce seul critère ; ceux qui condamnaient la réduction de la philosophie à l’histoire des idées et dénonçaient l’oubli de la dimension intemporelle des argumentations valides, étaient eux mêmes critiqués pour la naïveté de leur silence sur la dimension historique de toute réflexion philosophique. Les positions ont (...)

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6

Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons