• IFAC

Ockham

Encyclopédie philosophique en ligne

dimanche 24 janvier 2016, Cyrille Michon


Guillaume d’Ockham est associé au nominalisme, entendu comme la thèse selon laquelle tout ce qui existe est une chose individuelle, et au « rasoir » qui serait le principe d’économie ontologique permettant d’éliminer les entités inutiles. Après une brève biographie (section 0), l’article précise et corrige la conception du nominalisme et le rôle du principe d’économie, et les situe dans le très vaste ensemble de la pensée philosophique et théologique du franciscain. La logique (section 1), la théorie de la connaissance (2) et la métaphysique (3) ont partie liée et leur présentation constitue la plus grande part de cet article. Elles sont complétées par quelques vues sur la très abondante contribution d’Ockham aux questions de philosophie naturelle (4). La théologie (5), l’éthique et la conception des vertus (6) complètent le panorama de la pensée d’Ockham pendant sa période de théologien « universitaire ». Un exposé de ses contributions à la pensée politique et ecclésiologique est nécessaire mais inévitablement réduit (7). Quelques éléments critiques (8) terminent cette présentation du Venerabilis Inceptor.

Table des matières

1. Logique et philosophie du langage

a. Logique et sémantique
b. Les propriétés des termes – signification et supposition
c. Les propositions – théorie des conditions de vérité

2. Théorie de la connaissance et philosophie de l’esprit

a. Intuitions, abstractions, jugements et science
b. Le concept comme acte et comme signe
c. Le langage mental

3. Métaphysique : le nominalisme

a. Trois sources et deux principes
b. Le nominalisme (1) la critique des universaux
c. Le nominalisme (2) la réduction des catégories

4. Philosophie naturelle (physique) et théologie

a. Physique
b. Causalité et hylémorphisme

5. Théologie philosophique

6. Ethique

7. Ecclésiologie et politique

a. Pauvreté et propriété
b. Le pouvoir dans l’Eglise
c. Le pouvoir dans l’Etat

8. Critiques

a. Sémantique
b. Connaissance
c. Métaphysique
d. Science
e. Théologie

Bibliographie

P.-S.

Michon, C. (2016), « Ockham », version académique, dans M. Kristanek (dir.), l’Encyclopédie philosophique, URL : http://encyclo-philo.fr/ockham-a/




À propos de l'auteur :

Professeur. Métaphysique, philosophie de la religion, philosophie médiévale.
Directeur de la revue Igitur - Arguments philosophiques


Courrier électronique : Cyrille Michon


Du même auteur :
  • Anscombe et la doctrine du double effet

    Klesis 35, 2016, « Lectures contemporaines d’Elizabeth Anscombe » (dirigé par V. Aucouturier)

    Cyrille Michon
    Nul doute qu’en sachant que je provoquerais la chute du passant en le poussant pour rattraper mon chien je ne sois moralement responsable de celle-ci et de ses conséquences prévisibles. Mais la responsabilité est-elle la même, a-t-elle le même degré, que si ces effets avaient été recherchés ? La question devient cruciale pour qui pense que dans certaines circonstances il peut être moralement permis de causer un certain effet qu’il serait moralement interdit (absolument ou dans ces circonstances) de (...)

  • Sous la direction de Cyrille Michon et Denis Moreau, aux éditions du Seuil

    Dictionnaire des monothéismes

    Judaïsme, christianisme, islam

    Cyrille Michon , Denis Moreau
    Judaïsme, christianisme, islam : près de 3, 5 milliards de personnes (soit la moitié de l’humanité) se réclament aujourd’hui d’un de ces trois « grands monothéismes ». Quarante, vingt et treize siècles, ont façonné dans chacune de ces trois traditions des corps de doctrine bien identifiés : à partir des Écritures sur lequelles elles se fondent, le travail d’innombrables penseurs de tous ordres et horizons a élaboré la « théologie » de ces religions, c’est-à-dire une réflexion d’une indéniable richesse sur (...)

  • Le fiacre des propositions

    Remarques sur la pertinence de la philosophie analytique de la religion

    Cyrille Michon
    Après avoir identifié quelques arguments pour illustrer ce dont traite la philosophie analytique de la religion, je défends que celle-ci a la pertinence de la spéculation classique sur le contenu de la foi. L’une et l’autre reposent sur la contrainte logique qui suit de l’acceptation d’une proposition - refus de ce qui la contredit, acceptation de ses conséquences - et sur le fait que la Révélation chrétienne contient des propositions, certaines paradoxales. J’illustre cette pertinence par trois (...)

1 | 2 | 3 | 4 | 5


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons