• IFAC

Dieu

Encyclopédie philosophique en ligne

jeudi 24 janvier 2019, Cyrille Michon


Dieu est Dieu, nom de Dieu. Ce titre tautologique et ironique de Maurice Clavel pourrait servir à marquer la difficulté de dire plus, de dire quoi que ce soit, sur Dieu, y compris ce que signifie le mot ‘Dieu’. L’exposé qui suit se limitera à son usage au singulier, sans article et fonctionnant comme un nom propre, qui est le plus courant dans le monde occidental contemporain. Il est notamment utilisé dans les trois grandes religions dites monothéistes (Judaïsme, Christianisme, Islam) et dans les traditions spéculatives, voire philosophiques, qui les ont accompagnées depuis des siècles. Cela dit, le terme (et ses variantes d’une langue à l’autre) leur préexiste et connote plusieurs idées et significations, et il a un usage au pluriel, fonctionnant comme un nom commun : les dieux. La question de Dieu doit commencer par la signification de ‘dieu’, par le concept de dieu.

Table des matières

1. L’idée de Dieu

2. Le langage sur Dieu

3. Les attributs de Dieu

  • a. L’éternité divine
  • b. La toute-puissance
  • c. L’omniscience
  • d. La bonté divine

4. La nature/l’être de Dieu

  • a. L’unicité
  • b. La simplicité
  • c. La nécessité

Conclusion : Etre, Raison et Amour

Bibliographie

http://encyclo-philo.fr/dieu-a/

P.-S.

Michon, C. (2019), « Dieu », version académique, dans M. Kristanek (dir.), l’Encyclopédie philosophique, URL : http://encyclo-philo.fr/dieu-a/




À propos de l'auteur :

Professeur. Métaphysique, philosophie de la religion, philosophie médiévale.
Directeur de la revue Igitur - Arguments philosophiques


Courrier électronique : Cyrille Michon


Du même auteur :
  • Sous la direction de Cyrille Michon et Denis Moreau, aux éditions du Seuil

    Dictionnaire des monothéismes

    Judaïsme, christianisme, islam

    Cyrille Michon , Denis Moreau
    Judaïsme, christianisme, islam : près de 3, 5 milliards de personnes (soit la moitié de l’humanité) se réclament aujourd’hui d’un de ces trois « grands monothéismes ». Quarante, vingt et treize siècles, ont façonné dans chacune de ces trois traditions des corps de doctrine bien identifiés : à partir des Écritures sur lequelles elles se fondent, le travail d’innombrables penseurs de tous ordres et horizons a élaboré la « théologie » de ces religions, c’est-à-dire une réflexion d’une indéniable richesse sur (...)

  • Le fiacre des propositions

    Remarques sur la pertinence de la philosophie analytique de la religion

    Cyrille Michon
    Après avoir identifié quelques arguments pour illustrer ce dont traite la philosophie analytique de la religion, je défends que celle-ci a la pertinence de la spéculation classique sur le contenu de la foi. L’une et l’autre reposent sur la contrainte logique qui suit de l’acceptation d’une proposition - refus de ce qui la contredit, acceptation de ses conséquences - et sur le fait que la Révélation chrétienne contient des propositions, certaines paradoxales. J’illustre cette pertinence par trois (...)

  • Le Compatibilisme thomiste d’Antoine Arnauld

    Cyrille Michon
    Version d’une communication faite lors de la journée « Arnauld, Thomas d’Aquin et les thomistes », organisée par Denis Moreau, et à paraître dans les actes (Revue XVIIe Siècle). Arnauld a toujours défendu une forme de compatibilité du libre arbitre et de la nécessité liée à la providence (prédestination, grâce, péché), dans le sillage de saint Augustin. Mais sa lecture de Thomas d’Aquin, en qui il voit une forme plus affirmée de liberté chrétienne, même si elle reste « compatibiliste », lui a fait modifier (...)

1 | 2 | 3 | 4 | 5


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons