• IFAC

Accueil  Textes en ligne  L’amour de loin

Programme du Festival de Salzbourg 2000

L’amour de loin

Opéra de Kaija Saariaho et Amin Maalouf

mercredi 4 octobre 2000, Alain Patrick Olivier


La quête initiale de Jaufre Rudel est ce que les troubadours nommaient “ fin’amor ”, ce qui est à l’origine de la conception amoureuse occidentale. On a souvent dit que l’amour était une invention du douzième siècle. A cette époque apparaît un sentiment nouveau, ou plus exactement, une nouvelle idéologie. L’amour n’est plus présenté simplement comme un besoin physique, mais comme une vertu. L’idée même de mourir par amour pour une femme, ou même de s’humilier devant elle, était peu valorisée en Occident jusqu’au dixième siècle. Ensuite, sous l’influence peut-être des conquérants arabes, parvenus jusqu’en Espagne, l’amour devient une valeur chevaleresque, et même la valeur suprême. Il consiste dans le renoncement à l’amour physique, comme la vie réelle commence pour le chevalier chrétien dans le renoncement à la vie d’ici-bas, dans l’épreuve de la mort. Le mépris de la jouissance physique devient alors le signe de la valeur et de la dignité de l’amant comme le mépris de la souffrance devient celle du guerrier.

Jaufre Rudel ne peut satisfaire son désir pour la “ Dame jamais vue ” séparée par la distance de la mer ; mais son amour n’en serait que plus grand. La distance même qui le sépare de son objet fait que son désir demeure pur et que s’affirme son caractère spirituel, et par conséquent sa valeur. Dans la mesure néanmoins où la distance n’est que géographique, elle est aussi réductible. Le lointain peut devenir un proche. Le premier mouvement de Jaufre est de combler cette distance en partant pour la Terre Sainte ; il veut supprimer l’obstacle purement spatial, la mer, qui existe entre le désir et l’objet du désir. En même temps, il sait qu’avec la possession de la Dame prendrait fin le rêve de l’amour, son caractère idéel. Non seulement le mariage, mais même la consommation en sera la négation. D’un côté, Jaufre veut donc supprimer l’obstacle de la distance, et franchir la distance de la mer. D’un autre côté, il a besoin de cet obstacle, et il redoute sa disparition, qui mettra fin à son joy d’aimer.

P.-S.

Olivier, A. P. (2000). Amin Maalouf : Emigrant, Pilger und Erzähler/Exilé, pèlerin, conteur. – Die Lieder von Jaufre Rudel. – Die historischen Personen der Oper. In : Kaija Saariaho/Amin Maalouf : L’amour de loin. Programmheft der Salzburger Festspiele, 15-16, 30, 54-58. (Illustration : Shirin Neshat).

titre documents joints

  • OLIVIER, Amour de loin (PDF - 1.5 Mo) — (0)

    Olivier, A. P. (2000). Amin Maalouf : Emigrant, Pilger und Erzähler/Exilé, pèlerin, conteur. – Die Lieder von Jaufre Rudel. – Die historischen Personen der Oper. In : Kaija Saariaho/Amin Maalouf : L’amour de loin. Programmheft der Salzburger Festspiele, 15-16, 30, 54-58. (Illustration : Shirin Neshat).




À propos de l'auteur :

spip.php?auteur162

Philosophie de l’éducation. Philosophie de l’art. Philosophie allemande.


Courrier électronique : alain-patrick.olivier@univ-nantes.fr


Du même auteur :
  • Sur la version des « Contes d’Hoffmann » au Festival de Salzbourg

    Zur Salzburger Fassung der « Contes d’Hoffmann »

    Das offene Werk... und sein besonderer Reiz

    Alain Patrick Olivier

    Ce texte rend compte des problèmes dramaturgiques liés aujourd’hui à la représentation de l’opéra posthume de Jacques Offenbach « Les Contes d’Hoffmann » (1881) dus à la genèse de l’oeuvre et des choix opérés par Alain Patrick Olivier pour la version donnée au Festival de Salzbourg en 2003 sous la direction musicale de Kent Nagano et dans la mise en scène de David McVicar. (Texte en langue (...)


  • Première Biennale des photographes du monde arabe au XXIe siècle

    La résistance à la photographie

    Sur l’exposition Carte blanche à Souhed Nemlaghi. Galerie Basia Embiricos

    Alain Patrick Olivier

    « Et le travail a pu commencer, la lutte avec le medium, l’impossible idéalisation, la résistance à l’égard de la photographie et de son exposition comme jeu social moderne et européen. Leur image a pris la forme d’un tombeau, le tombeau de la révolution, le tombeau de leur corps réel, le tombeau de leur vie, de la nôtre. II s’agissait aussi bien d’effacer la photographie, de la rendre invisible, de la déconstruire dans son principe. (...)


  • Carl Dahlhaus

    L’esthétique de la musique

    Traduit et annoté sous la direction de Julien Labia par Julien Farges, Julien Labia, Charlotte Loriot, Nathalie Lucas, Elise Marrou, Alain Patrick Olivier, Francesco Peri, Nicolas Rialland

    Alain Patrick Olivier

    Carl Dahlhaus (Hanovre, 1928-Berlin, 1989) étudia la philosophie et la musicologie. Il enseigna de 1967 à jusqu’à la fin de sa carrière à la Technische Universität de Berlin Ouest. Colossale par son volume et son importance, son oeuvre influença une génération d’intellectuels et marque encore profondément les études sur la musique depuis le dernier tiers du vingtième siècle. L’Esthétique de la musique est son premier grand livre : en plus d’être un ouvrage fondamental pour comprendre les développements (...)


  • Pourquoi on va et on ne va pas au théâtre ?

    Publié dans TU-Nantes, 2015-2016, Le supplément jeunes et étudiants, 21, p. 6.

    Alain Patrick Olivier

    Il se peut qu’un jour nous vivions dans une société sans théâtre, comme il a existé dans le passé des sociétés sans théâtre, comme il existe aujourd’hui dans le monde des sociétés sans théâtre. Mais une société sans théâtre est- elle encore une société libre ?


  • Hans-Christoph Schmidt am Busch

    La « reconnaissance » comme principe de la Théorie critique

    Traduction sous la direction d’Alain Patrick Olivier et Maiwenn Roudaut

    Alain Patrick Olivier, Jean-Marie Lardic

    La théorie de la reconnaissance constitue aujourd’hui un paradigme essentiel pour les sciences humaines et fait l’objet de multiples métamorphoses et controverses dans la pensée contemporaine, par exemple dans les domaines du droit, de la politique, de l’économie, de la morale, de l’éducation, de l’épistémologie. Le présent ouvrage de Hans-Christoph Schmidt am Busch offre l’exemple d’une réinterprétation active de la théorie envisagée aussi bien en rapport à l’exégèse de la tradition philosophique dont elle (...)


  • Conférence, Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre, Lyon, 4 avril 2015

    Transmettre l’art, transmettre la liberté

    Perspectives philosophiques et historiques

    Alain Patrick Olivier

    Cette première séance du séminaire « Transmettre l’art, transmettre la liberté » inaugure les travaux de l’Atelier de Recherche sur la Formation des Artistes et des Enseignants mis en place par L’ENSATT de Lyon, LE PONT SUPERIEUR de Nantes, l’Université Lyon 2 – Laboratoire ECP et l’université de Nantes-CREN. Les partenaires de cette aventure ont en partage des convictions :
    l’art est un enjeu majeur de l’éducation ;
    la question de la formation se pose aussi bien dans le monde artistique que dans le (...)


  • La théorie de la reconnaissance : un modèle critique pour l’éducation ?

    In : Fabre, M., Gohier, C. (2015). Les valeurs éducatives au risque du néo-libéralisme, PURH, 79-90

    Alain Patrick Olivier

    Alain Patrick Olivier interroge la valeur de la théorie de la reconnaissance pour l’éducation en mettant en rapport son analyse du processus éducatif et sa critique de la société néo-libérale. Il met en évidence la structure éducative de la théorie de la reconnaissance telle qu’elle s’est construite dans la tradition philosophique chez Hegel et Marx pour la confronter à l’interprétation actuelle d’Axel Honneth. La question est de savoir si la lutte pour la reconnaissance est un modèle théorique de (...)


  • Sous la direction de Wolf Gerhard Schmidt, Jean-François Candoni, Stéphane Pesnel

    Le concept de Klang

    Klang-Ton-Musik. Theorien und Modelle (national)kultureller Identitätsstiftung (Zeitschrift für Ästhetik und Allgemeine Kunstwissenschaft, Sonderheft 13)

    Alain Patrick Olivier

    Klang, le Klang ne désigne pas seulement un phénomène sonore ou un phénomène de la musique, mais encore un concept et une structure de la philosophie. Le concept de Klang en tant qu’il permet un traitement analytique de l’objet sonore possède une valeur heuristique pour la philosophie ; il rend possible une ›opération‹ sur la philosophie. Il s’applique par suite à toute forme de discours, discours littéraire, discours scientifique, discours politique ou discours pédagogique. Une logique du Klang est à (...)


1 | 2 | 3


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons