• IFAC

Accueil Événements du CAPHI  La vengeance comme acte (...)

Le lundi 14 mars 2016 à 20h00

La vengeance comme acte politique

Dispute philosophique au Théâtre Graslin de Nantes

lundi 14 mars 2016, Bruno Gnassounou, Patrick Lang


Autour de la création mondiale de l’opéra Maria Republica de François Paris (né en 1961), Angers Nantes Opéra et l’association Philosophia organisent un débat entre les philosophes Cécile Lavergne et Bruno Gnassounou le lundi 14 mars, à 20h.

Ce débat sera animé par Pilar Martinez-Vasseur, professeure en Histoire et civilisation de l’Espagne contemporaine à l’université de Nantes et codirectrice du Festival de cinéma espagnol de Nantes (25e édition en 2015).

DISPUTE PHILOSOPHIQUE

La vengeance comme acte politique

De l’intime douleur à l’éclat public

Le destin de la Maria Republica imaginée par l’écrivain Agustín Gómez-Arcos et portée aujourd’hui à l’opéra par François Paris semble scellé par son seul nom, rouge, communiste, autant dire une tache indélébile pour l’Espagne franquiste. D’être née Republica, d’être née femme sous un pouvoir autoritaire qui n’appartient qu’aux hommes, condamne par avance Maria à l’effacement de son nom, de son passé, de son existence même ; à l’humiliation ; à devenir la putain rouge.

La suprême vengeance que fourbit donc en secret Maria Republica, après avoir usé de sa vénale condition pour détruire cette haute société d’hommes qui l’a condamnée, est à la hauteur de sa douleur. Une vengeance qui n’a rien d’exclusivement féminin mais devient pourtant un vrai combat de femme dans une société qui n’offre à ses filles d’autre alternative que d’être une épouse aimante et soumise ou une chair à plaisir pour les mâles notables.

Comment la vengeance, menée en solitaire, peut-elle avoir un sens collectif, devenir un acte politique ? Ainsi que le héros cristallise, parfois à son corps défendant, les inéluctables aspirations de son époque, celui ou celle qui se venge peut-il incarner plus que sa propre mésaventure ? C’est à ces troublantes questions que s’intéressera cette dispute philosophique.

- Cécile Lavergne, ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, agrégée de philosophie, est docteur en philosophie de l’université Paris-Ouest Nanterre. Ses recherches, à l’interface entre philosophie sociale et épistémologie des sciences sociales, portent sur les rapports entre la construction des identités et la production des violences contemporaines, au travers notamment d’une confrontation entre Axel Honneth et Pierre Bourdieu. Elle a été membre du comité de rédaction et rédactrice en chef de la revue de sciences humaines Tracés (ENS Editions). Avec Alexis Cukier et Fabien Delmotte, elle a codirigé Émancipation. Les métamorphoses de la critique sociale (Éditions du Croquant, 2013). Parmi ses travaux figure également une étude sur la justification morale des violences politiques (« Questioning the moral justification of political violence : recognition conflicts, identities and émancipation », Critical Horizons, Equinox Publishing, ISSN 1440-9917, p. 211-231, 2011).

- Bruno Gnassounou, professeur de philosophie à l’université de Nantes, est aussi directeur du Centre Atlantique de Philosophie. Ses recherches portent sur la philosophie de l’action, la philosophie du langage, la métaphysique et la philosophie du droit. Il est par ailleurs fondateur et membre du comité éditorial de la revue Igitur et codirecteur de la collection Philosophie contemporaine aux éditions Classiques Garnier. Il a notamment dirigé avec Max Kistler la publication de Causes, pouvoirs et dispositions (Presses universitaires de France, 2005) et a publié Philosophie de l’action (Librairie philosophique Vrin, 2007).

Télécharger ici le dépliant d’Angers Nantes Opéra sur Maria Republica

Théâtre Graslin de Nantes, 20h00. Entrée gratuite.

Réservations pare smano.eu
ou 02 41 36 07 25 du lundi au vendredi de 10h à 17h00




À propos :

Maître de conférences en philosophie et musique.
Spécialités : le concept de valeur dans l’éthique, l’économie, la sociologie ; phénoménologie allemande et française ; phénoménologie de la musique.


Courrier électronique : Patrick Lang


Actualité de Patrick Lang
  • Mardi 21 novembre 2017 à 12h00

    Gérard Pesson : Concert-rencontre avec le compositeur

    TU-Nantes (Théâtre universitaire)

    Jérôme Rossi, Patrick Lang
    Solistes de l’Ensemble Utopik
    Blandine Chemin, violon François Girard, violoncelle Ludovic Frochot, piano Michel Bourcier, médiation
    Programme
    Claude Debussy (1862-1918) : « General Lavine » - eccentric, extrait du Deuxième Livre des Préludes
    Gérard Pesson (né en 1958) : No-Ja-Li (2011)
    Claude Debussy : La terrasse des audiences du clair de lune, extrait du Deuxième Livre des Préludes
    Gérard Pesson : Bruissant divisé (Hommage à Vinteuil) pour violon et violoncelle
    Robert Schumann (...)


À propos :

Professeur.
Directeur du Caphi.
Philosophie de l’action, philosophie du langage, métaphysique, philosophie du droit.
Membre du comité éditorial de la revue Igitur.


Courrier électronique : Bruno Gnassounou


Actualité de Bruno Gnassounou
  • Séminaire de Master Rennes1-Nantes « Les pensées singulières »

    Journée autour des travaux de François Récanati

    Vendredi 1er décembre IGARUN Salle 991-992

    Bruno Gnassounou, Cyrille Michon
    Pour clôturer le séminaire de Master, organisé conjointement par les départements de Rennes 1 (Filipe Drapeau-Contim) et Nantes (Michael Murez, Bruno Gnassounou, Cyrille Michon), nous recevrons François Récanati (CNRS) ainsi que deux invité, Orin Percus (Nantes, linguistique) et Gregory Bochner (Bruxelles), pour une journée d’études autour des travaux de F. Récanati sur la référence directe, les pensées singulières de re et de se.
    Programme de la journée
    10h F. Récanati - La référence directe
    11h30 O. (...)


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons