• IFAC

Accueil  Textes en ligne  L’Aristarque, un monde possible.

L’Aristarque, un monde possible.

Chapitre de l’ouvrage « Les Mondes possibles », PUC, printemps 2006

avril 2006, Vincent Jullien


Il convient de se demander quelle est, au tournant des XVI et XVIIeme siècle, l’idée dominante que l’on se fait –dans les milieux philosophiques et savants- de ce qu’est un Monde. La réponse n’est pas tellement difficile. Un Monde est, pour la majorité des esprits- une enveloppe sphérique dotée d’un centre d’une importance physique particulière. A ces deux choses s’ajoutent un grand nombre d’étoiles fixes les unes par rapport aux autres, situées à la concavité de la sphère et quelques astres, au nombre de sept.

La discussion de la question du centre du monde constitue l’un des facteurs qui va fragiliser cette conception du Monde, mais il y en a d’autres, en particulier celle qui concerne la nature ou même l’existence de la sphère supérieure. Les incertitudes qui portent sur le centre du monde sont importantes mais ne suffisent pas –à elles seules- à briser ce concept de Monde : depuis le pythagoricien Philolaos, Aristarque, Martianus Capella et, évidemment Copernic, l’expulsion de la terre du centre cosmique a été envisagée et soutenue, sans entraîner la destruction du cosmos . Aussi considérables sont les interrogations et la variété des thèses au sujet de l’enveloppe des fixes. Copernic, par exemple, est amené à soutenir que, si l’étude de la concavité de cette enveloppe relève bel et bien de l’astronomie et plus généralement de la connaissance du monde, sa convexité n’est, au fond, pas connaissable . La, ou les sphères frontalières du Monde portent avec elles des problèmes aussi complexes que le premier moteur, le lieu du cosmos qui, peut-être, est celui de Dieu, ou encore l’infinité et l’existence de l’espace extra-mondain.

La suite de l’article est en document joint

titre documents joints




À propos de l'auteur :

spip.php?auteur8

Professeur d’histoire et philosophie des sciences.
Philosophie et sciences à l’âge classique. Epistémologie de la physique. Mathématiques âge classique.


Courrier électronique : vincent.jullien@univ-nantes.fr


Du même auteur :
  • Notes de cours

    Epistémologie historique

    M2 LOPHISS (Paris 7, ENS)

    Vincent Jullien

    Ces trois textes sont des notes du cours donné par Vincent Jullien au séminaire de M2, LOPHISS (Paris7, ENS).
    Il comprend trois parties : la première concerne le système du monde, la seconde, les théories concernant les mouvements des corps matériels, la troisième l’optique et en particulier la dioptrique.
    Ce cours est du genre dit Epistémologie historique et associe des informations et commentaires philosophiques et historiques.
    Il ne s’agit pas d’un article, ni de chapitres d’ouvrages, mais bien (...)


  • Seventeenth-Century Indivisibles Revisited

    Sous la direction de Vincent Jullien

    Vincent Jullien

    The tremendous success of indivisibles methods in geometry in the seventeenth century, responds to a vast project : installation of infinity in mathematics. The pathways by the authors are very diverse, as are the characterizations of indivisibles, but there are significant factors of unity between the various doctrines of indivisible ; the permanence of the language used by all authors is the strongest sign.
    These efforts do not lead to the stabilization of a mathematical theory (with (...)


  • Descartes – La « Géométrie » de 1637

    P.U.F. – collection « Philosophies »

    Vincent Jullien

    Ce livre de Vincent Jullien, publié aux PUF en 1996 et aujourd’hui épuisé, est désormais disponible en téléchargement intégral gratuit sur le site du CAPHI.
    Présentation
    Descartes a pensé et affirmé avoir ‘achevé la géométrie’, ce qui n’est évidemment pas vrai, comme l’ont immédiatement prouvé les développements ultérieurs de cette science. La revendication cartésienne doit cependant être prise au sérieux car elle n’est pas sans fondement. L’algébrisation à laquelle Descartes donne un élan décisif est un (...)


  • Feyerabend, l’anarchisme épistémologique à relire.

    Vincent Jullien

    Ce texte est tiré d’une communication lors de la journée « Sur la méthode en histoire des sciences », organisée par le SYRTE, à l’observatoire de Paris, le 25 juin 2013.
    Il présente et critique les thèses de Paul Feyerabend dans son livre Contre la méthode. L’intérêt et la qualité des arguments de l’auteur sont soulignés. La fin de ce texte présente brièvement la thèse de « l’augmentation de l’ignorance » qui accompagne nécessairement « l’augmentation des connaissances scientifiques », thèse qui pourrait avoir (...)


  • Gassendi à Marseille, qu’allait-il faire dans cette galère ?

    Vincent Jullien

    Ce texte est tiré d’une communication au colloque NASSCFL de Marseille, en Juin 2013.
    Gassendi a réalisé, en 1642, la fameuse expérience imaginée depuis le temps d’Aristote, consistant à étudier le comportement d’un boulet lâché depuis le haut du mât d’un navire lancé à grande vitesse. Quel était l’enjeu de cette expérience ? Etait-elle nécessaire, ou même utile pour établir le principe d’Inertie ? Fut-elle convaincante et Galilée avait-il eu raison d’affirmer qu’il pouvait s’en dispenser (...)


  • Esprit anglais, esprit continental, Duhem contre les modèles

    Vincent Jullien

    Ce texte est issu d’une communication au second colloque de Nantes sur « Sciences modernes et Europe, histoire d’un engendrement mutuel », tenu en février 2013.
    Dans le quatrième chapitre de son ouvrage,« La théorie physique, son objet, sa structure », Pierre Duhem reprend un article de 1893 au titre évocateur, « L’École anglais et les Théories scientifiques ». Il y oppose l’esprit ample mais faible caractéristique du style anglais à l’esprit profond mais étroit caractéristique du style continental. (...)


  • Sous la direction de V. Jullien, E. Nicolaidis et M. Blay

    Europe et sciences modernes

    Histoire d’un engendrement mutuel

    Vincent Jullien

    Les sciences, telles qu’elles sont aujourd’hui internationalement pratiquées dans les laboratoires, les congrès, les revues spécialisées, sont pour l’essentiel les héritières des sciences européennes. Ce volume se propose d’examiner quand et comment ces sciences et la philosophie naturelle associée se sont déployées en Europe.
    L’hypothèse proposée est aussi simple qu’importante : l’Europe en constitution a rendu possible le développement de ces sciences et de la philosophie naturelle ; réciproquement, la (...)


1 | 2 | 3 | 4


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons