• IFAC

Accueil  Publications  Articles ou chapitres  Le rituel de la (...)

L’opéra au XXe siècle

Le rituel de la modernité

Introduction, dans : L’Opéra au XXe siècle, Patrick Scemama et Stéphane Roussel (dir.), Paris : Editions Textuel, 2007, 14-23.

mardi 16 octobre 2007, Alain Patrick Olivier


Le Saint François d’Assise de Messiaen a ainsi pu justifier à lui seul la construction de l’Opéra Bastille et rendre obsolète le fabuleux Palais Garnier. Chaque reprise de l’oeuvre confirme son caractère « classique » et son entrée progressive dans le panthéon musical, en dépit de son caractère monumental et des réactions auxquelles elle a d’abord donné lieu. Par son indépendance à l’égard de tout dogmatisme moderniste comme de la tradition, Messiaen a su inspirer le renou­vellement de l’opéra et susciter de nouvelles vocations, comme celle de Kaija Saariaho. Sa musique forme une synthèse des courants esthétiques du siècle. Les antagonismes des années 1950 et 1960 se résolvent dans cette oeuvre inclassable. La dimension sacrée du rituel se trouve réactivée, qui semblait perdue depuis Bayreuth. Dans le même temps, Stockhausen allonge de quelques journées la durée de la semaine wagnérienne avec son heptalogie de lumière, Licht. La création de Messiaen constitue, à ce titre, un événement aussi déterminant que l’achèvement exemplaire de Lulu à Paris ou le centenaire du Ring à Bayreuth, dont les représentations tout aussi exemplaires consacrent la tradition de la modernité. L’achèvement du dernier opéra de Berg, en 1979, a permis de sortir d’une impasse, de passer à une autre époque, d’en finir avec le mythe du « dernier opéra », d’ouvrir la voie pour de nouvelles créations. Ceux qui ont voulu fermer les maisons de plaisir ont été paradoxalement les plus sévères gardiens du temple. Ils ont fait entrer l’opéra dans la modernité en le débarrassant des malentendus liés à l’industrie de masse ou de divertissement. Mais ils ont aussi figé le rituel dans la répétition, dans la forme d’une « grande tradition » impossible à poursuivre.
Or, la création est dans la vocation de toute institution. Elle est absolument vitale et nécessaire pour son devenir. La création est condamnée à se faire rare parce qu’elle est coûteuse. Elle est une forme de luxe ; elle est même le luxe par définition. Elle implique d’entreprendre des recherches et de faire des expériences qui ne pourront être ni rentables, ni bien accueillies. Mais profiter des seuls risques pris par les maisons d’opéra des siècles précédents n’est pas acceptable. La création du Don Giovanni de Mozart fut un échec, dont nous ne cessons néanmoins de tirer les bénéfices depuis le XVIIIe siècle. Le problème du XXe siècle n’a pas été la création comme telle de nouvelles oeuvres, mais celui de la possibilité de leur répétition en vue de la constitution d’un répertoire durable, transmissible dans une nouvelle tradition.

Extrait de l’introduction d’Alain Patrick Olivier

P.-S.

Introduction. In : 13. « Le rituel et la modernité », dans : L’Opéra au XXe siècle, Gerard Mortier (Préface), Patrick Scemama et Stéphane Roussel (dir.), Paris : Editions Textuel, 2007, 14-23.

titre documents joints

  • OLIVIER L’opéra au XXe siècle (PDF - 5.1 Mo) — (0)

    Introduction. Le rituel et la modernité, dans : L’Opéra au XXe siècle, Gerard Mortier (Préface), Patrick Scemama et Stéphane Roussel (dir.), Paris : Editions Textuel, 2007, 14-23.




À propos de l'auteur :

spip.php?auteur162

Philosophie de l’éducation. Philosophie de l’art. Philosophie allemande.


Courrier électronique : alain-patrick.olivier@univ-nantes.fr


Du même auteur :
  • Sur la version des « Contes d’Hoffmann » au Festival de Salzbourg

    Zur Salzburger Fassung der « Contes d’Hoffmann »

    Das offene Werk... und sein besonderer Reiz

    Alain Patrick Olivier

    Ce texte rend compte des problèmes dramaturgiques liés aujourd’hui à la représentation de l’opéra posthume de Jacques Offenbach « Les Contes d’Hoffmann » (1881) dus à la genèse de l’oeuvre et des choix opérés par Alain Patrick Olivier pour la version donnée au Festival de Salzbourg en 2003 sous la direction musicale de Kent Nagano et dans la mise en scène de David McVicar. (Texte en langue (...)


  • Première Biennale des photographes du monde arabe au XXIe siècle

    La résistance à la photographie

    Sur l’exposition Carte blanche à Souhed Nemlaghi. Galerie Basia Embiricos

    Alain Patrick Olivier

    « Et le travail a pu commencer, la lutte avec le medium, l’impossible idéalisation, la résistance à l’égard de la photographie et de son exposition comme jeu social moderne et européen. Leur image a pris la forme d’un tombeau, le tombeau de la révolution, le tombeau de leur corps réel, le tombeau de leur vie, de la nôtre. II s’agissait aussi bien d’effacer la photographie, de la rendre invisible, de la déconstruire dans son principe. (...)


  • Carl Dahlhaus

    L’esthétique de la musique

    Traduit et annoté sous la direction de Julien Labia par Julien Farges, Julien Labia, Charlotte Loriot, Nathalie Lucas, Elise Marrou, Alain Patrick Olivier, Francesco Peri, Nicolas Rialland

    Alain Patrick Olivier

    Carl Dahlhaus (Hanovre, 1928-Berlin, 1989) étudia la philosophie et la musicologie. Il enseigna de 1967 à jusqu’à la fin de sa carrière à la Technische Universität de Berlin Ouest. Colossale par son volume et son importance, son oeuvre influença une génération d’intellectuels et marque encore profondément les études sur la musique depuis le dernier tiers du vingtième siècle. L’Esthétique de la musique est son premier grand livre : en plus d’être un ouvrage fondamental pour comprendre les développements (...)


  • Pourquoi on va et on ne va pas au théâtre ?

    Publié dans TU-Nantes, 2015-2016, Le supplément jeunes et étudiants, 21, p. 6.

    Alain Patrick Olivier

    Il se peut qu’un jour nous vivions dans une société sans théâtre, comme il a existé dans le passé des sociétés sans théâtre, comme il existe aujourd’hui dans le monde des sociétés sans théâtre. Mais une société sans théâtre est- elle encore une société libre ?


  • Hans-Christoph Schmidt am Busch

    La « reconnaissance » comme principe de la Théorie critique

    Traduction sous la direction d’Alain Patrick Olivier et Maiwenn Roudaut

    Alain Patrick Olivier, Jean-Marie Lardic

    La théorie de la reconnaissance constitue aujourd’hui un paradigme essentiel pour les sciences humaines et fait l’objet de multiples métamorphoses et controverses dans la pensée contemporaine, par exemple dans les domaines du droit, de la politique, de l’économie, de la morale, de l’éducation, de l’épistémologie. Le présent ouvrage de Hans-Christoph Schmidt am Busch offre l’exemple d’une réinterprétation active de la théorie envisagée aussi bien en rapport à l’exégèse de la tradition philosophique dont elle (...)


  • Conférence, Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre, Lyon, 4 avril 2015

    Transmettre l’art, transmettre la liberté

    Perspectives philosophiques et historiques

    Alain Patrick Olivier

    Cette première séance du séminaire « Transmettre l’art, transmettre la liberté » inaugure les travaux de l’Atelier de Recherche sur la Formation des Artistes et des Enseignants mis en place par L’ENSATT de Lyon, LE PONT SUPERIEUR de Nantes, l’Université Lyon 2 – Laboratoire ECP et l’université de Nantes-CREN. Les partenaires de cette aventure ont en partage des convictions :
    l’art est un enjeu majeur de l’éducation ;
    la question de la formation se pose aussi bien dans le monde artistique que dans le (...)


  • La théorie de la reconnaissance : un modèle critique pour l’éducation ?

    In : Fabre, M., Gohier, C. (2015). Les valeurs éducatives au risque du néo-libéralisme, PURH, 79-90

    Alain Patrick Olivier

    Alain Patrick Olivier interroge la valeur de la théorie de la reconnaissance pour l’éducation en mettant en rapport son analyse du processus éducatif et sa critique de la société néo-libérale. Il met en évidence la structure éducative de la théorie de la reconnaissance telle qu’elle s’est construite dans la tradition philosophique chez Hegel et Marx pour la confronter à l’interprétation actuelle d’Axel Honneth. La question est de savoir si la lutte pour la reconnaissance est un modèle théorique de (...)


  • Sous la direction de Wolf Gerhard Schmidt, Jean-François Candoni, Stéphane Pesnel

    Le concept de Klang

    Klang-Ton-Musik. Theorien und Modelle (national)kultureller Identitätsstiftung (Zeitschrift für Ästhetik und Allgemeine Kunstwissenschaft, Sonderheft 13)

    Alain Patrick Olivier

    Klang, le Klang ne désigne pas seulement un phénomène sonore ou un phénomène de la musique, mais encore un concept et une structure de la philosophie. Le concept de Klang en tant qu’il permet un traitement analytique de l’objet sonore possède une valeur heuristique pour la philosophie ; il rend possible une ›opération‹ sur la philosophie. Il s’applique par suite à toute forme de discours, discours littéraire, discours scientifique, discours politique ou discours pédagogique. Une logique du Klang est à (...)


1 | 2 | 3


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons