• IFAC

Accueil  Publications  La « reconnaissance » comme principe de la (...)

Hans-Christoph Schmidt am Busch

La « reconnaissance » comme principe de la Théorie critique

Traduction sous la direction d’Alain Patrick Olivier et Maiwenn Roudaut

dimanche 4 octobre 2015, Alain Patrick Olivier, Jean-Marie Lardic


La théorie de la reconnaissance constitue aujourd’hui un paradigme essentiel pour les sciences humaines et fait l’objet de multiples métamorphoses et controverses dans la pensée contemporaine, par exemple dans les domaines du droit, de la politique, de l’économie, de la morale, de l’éducation, de l’épistémologie. Le présent ouvrage de Hans-Christoph Schmidt am Busch offre l’exemple d’une réinterprétation active de la théorie envisagée aussi bien en rapport à l’exégèse de la tradition philosophique dont elle procède qu’au renouvellement du débat critique contemporain sur l’état de la société et du capitalisme. Le travail de Schmidt am Busch est représentatif de la façon dont une nouvelle génération de philosophes se confronte à la théorie de la reconnaissance en se rapportant à la fois aux textes fondateurs de Hegel et de Marx comme aux interprétations récentes d’Axel Honneth et Ludwig Siep, qui tous deux ont placé la philosophie hégélienne en général et la question de la reconnaissance en particulier au centre de leur investigation philosophique.

L’ouvrage est décidé à Jean-Marie Lardic. Il est publié avec le soutien du CAPHI.

Traduction par Louis Carré, Delphine Choffat, Charlotte Morel, Alain Patrick Olivier, Maiwenn Roudaut.

Voir la présentation sur le site de l’éditeur ENS Editions

P.-S.

Schmidt am Busch, Hans-Christoph (2015). La « reconnaissance » comme principe de la Théorie critique. Traduction sous la direction d’Alain Patrick Olivier et Maiwenn Roudaut. Lyon : ENS Editions. Collection « La Croisée des chemins ». 342 pages.




À propos de l'auteur :

Professeur de philosophie.
Philosophie allemande moderne et
contemporaine.


Courrier électronique : Jean-Marie Lardic


Du même auteur :
  • Guillaume Lejeune (Hg.)

    La question de la logique dans l’Idéalisme allemand

    Actes du colloque de Bruxelles, 7-9 avril 2011.

    Jean-Marie Lardic
    L’élaboration par Kant du concept de logique transcendantale renouvelle profondément la façon de concevoir la logique et contribue à susciter la question de la logique telle que Trendelenburg la posera : penser tout à la fois le contenu et la forme en évitant l’écueil du formalisme et l’écueil du dogmatisme. Le but du présent recueil est de montrer comment les enjeux liés à cette mise en question sont débattus tout au long de l’idéalisme allemand. Contre la tendance des logiciens et des (...)

  • Sous la direction d’Alain Patrick Olivier & Elisabeth Weisser-Lohmann

    Kunst – Religion – Politik

    Art – Religion – Politique

    Alain Patrick Olivier, Jean-Marie Lardic
    Le lien qui unit les trois sphères culturelles de l’art, de la religion et de la politique est d’une importance centrale pour la philosophie contemporaine. La problématique ne vient pas seulement du fait que ces sphères se sont constituées de façon autonome pour relever de domaines scientifiques distincts. Elle vise aussi bien un processus de transformation social et historique global où se trouvent mise en cause les modèles hiérarchiques et les systèmes d’orientation issus de la tradition, qui (...)

  • Ouvrage collectif

    L’éthique clinique et les normes

    Sous la direction de Jean-Marie Lardic et Guillaume Durand

    Guillaume Durand, Jean-Marie Lardic
    Dans la médecine occidentale, le patient fut longtemps conçu comme un enfant à sauver, incapable ne serait-ce que de recevoir, de manière raisonnable, le savoir du médecin. Après la Seconde Guerre mondiale, la découverte des expérimentations scientifiques intolérables menées sur l’homme, mais aussi le vent libéral et individualiste des années 60, le progrès des biotechnologies, la démocratisation des savoirs ont favorisé l’émergence d’un nouveau paradigme et d’une nouvelle discipline : la (...)

  • Les lumières de Jürgen Habermas

    Habermas et la motivation de l’éthique

    Revue Lumières n° 19, sous la direction de Tristan Coignard et Maiwenn Roudaut, p. 93-102

    Jean-Marie Lardic
    On trouvera cet article de Jean-Marie Lardic dans le numéro 19 de la revue Lumières consacré à Jürgen Habermas, p. 93-102.
    Présentation du numéro
    Le dialogue avec les Lumières est un fil conducteur dans l’ensemble de la philosophie de Jürgen Habermas et représente selon lui un outil opératoire pour s’opposer aux « nouvelles mythologies » et à une « société anonyme sans sujet ». Si l’on reconnaît encore aujourd’hui que Habermas est resté fidèle au projet d’émancipation des Lumières, historiens comme (...)

  • Sous la direction de Jean- François Kervégan et Bernard Mabille, Avec la collaboration d’Élodie Djordjevic

    La logique actionnelle et la « vraie critique »

    Dans « Hegel au présent. Une relève de la métaphysique », pp. 145-157

    Jean-Marie Lardic
    Présentation du collectif
    Quel rapport Hegel entretient-il avec la métaphysique ? Cette question engage un jugement quant à la nature des convictions fondamentales sur lesquelles repose sa philosophie : alors qu’elle a longtemps été louée (ou vilipendée) en tant que métaphysique spéculative, des approches récentes s’estiment en mesure de contourner ce problème. Les arguments hégéliens semblent alors pouvoir être reconstruits et évalués indépendamment des convictions métaphysiques professées par leur auteur (...)

1 | 2 | 3


À propos de l'auteur :

Philosophie de l’éducation. Philosophie de l’art. Philosophie allemande.


Courrier électronique : Alain Patrick Olivier


Du même auteur :
  • Sur la version des « Contes d’Hoffmann » au Festival de Salzbourg

    Zur Salzburger Fassung der « Contes d’Hoffmann »

    Das offene Werk... und sein besonderer Reiz

    Alain Patrick Olivier
    Ce texte rend compte des problèmes dramaturgiques liés aujourd’hui à la représentation de l’opéra posthume de Jacques Offenbach « Les Contes d’Hoffmann » (1881) dus à la genèse de l’oeuvre et des choix opérés par Alain Patrick Olivier pour la version donnée au Festival de Salzbourg en 2003 sous la direction musicale de Kent Nagano et dans la mise en scène de David McVicar. (Texte en langue (...)

  • Première Biennale des photographes du monde arabe au XXIe siècle

    La résistance à la photographie

    Sur l’exposition Carte blanche à Souhed Nemlaghi. Galerie Basia Embiricos

    Alain Patrick Olivier
    "Et le travail a pu commencer, la lutte avec le medium, l’impossible idéalisation, la résistance à l’égard de la photographie et de son exposition comme jeu social moderne et européen. Leur image a pris la forme d’un tombeau, le tombeau de la révolution, le tombeau de leur corps réel, le tombeau de leur vie, de la nôtre. II s’agissait aussi bien d’effacer la photographie, de la rendre invisible, de la déconstruire dans son (...)

  • Carl Dahlhaus

    L’esthétique de la musique

    Traduit et annoté sous la direction de Julien Labia par Julien Farges, Julien Labia, Charlotte Loriot, Nathalie Lucas, Elise Marrou, Alain Patrick Olivier, Francesco Peri, Nicolas Rialland

    Alain Patrick Olivier
    Carl Dahlhaus (Hanovre, 1928-Berlin, 1989) étudia la philosophie et la musicologie. Il enseigna de 1967 à jusqu’à la fin de sa carrière à la Technische Universität de Berlin Ouest. Colossale par son volume et son importance, son oeuvre influença une génération d’intellectuels et marque encore profondément les études sur la musique depuis le dernier tiers du vingtième siècle. L’Esthétique de la musique est son premier grand livre : en plus d’être un ouvrage fondamental pour comprendre les développements (...)

  • Conférence, Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre, Lyon, 4 avril 2015

    Transmettre l’art, transmettre la liberté

    Perspectives philosophiques et historiques

    Alain Patrick Olivier
    Cette première séance du séminaire « Transmettre l’art, transmettre la liberté » inaugure les travaux de l’Atelier de Recherche sur la Formation des Artistes et des Enseignants mis en place par L’ENSATT de Lyon, LE PONT SUPERIEUR de Nantes, l’Université Lyon 2 – Laboratoire ECP et l’université de Nantes-CREN. Les partenaires de cette aventure ont en partage des convictions :
    l’art est un enjeu majeur de l’éducation ;
    la question de la formation se pose aussi bien dans le monde artistique que dans le (...)

  • Sous la direction de Wolf Gerhard Schmidt, Jean-François Candoni, Stéphane Pesnel

    Le concept de Klang

    Klang-Ton-Musik. Theorien und Modelle (national)kultureller Identitätsstiftung (Zeitschrift für Ästhetik und Allgemeine Kunstwissenschaft, Sonderheft 13)

    Alain Patrick Olivier
    Klang, le Klang ne désigne pas seulement un phénomène sonore ou un phénomène de la musique, mais encore un concept et une structure de la philosophie. Le concept de Klang en tant qu’il permet un traitement analytique de l’objet sonore possède une valeur heuristique pour la philosophie ; il rend possible une ›opération‹ sur la philosophie. Il s’applique par suite à toute forme de discours, discours littéraire, discours scientifique, discours politique ou discours pédagogique. Une logique du Klang est à (...)

1 | 2 | 3


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons