• IFAC

Accueil  Textes en ligne  « Trois ou quatre exemples pour (...)

« Trois ou quatre exemples pour repenser les mathématiques »

« Humanisme, Mathématiques et positivisme », numéro spécial de la revue Sciences et Techniques en Perspective, février 2009.

février 2009, Vincent Jullien


Il arrive à l’historien des idées -ici il s’agit du XVIIe siècle- d’être mû en deux directions opposées : l’une qui le porte à repérer des continuités entre ce siècle et le précédent, l’autre qui lui indique plutôt des ruptures. Le thème de l’exemple et de l’exemplarité relève très nettement, bien plus nettement qu’on ne pouvait l’imaginer, du deuxième genre : la rupture me semble saisissante, du moins en pour ce qui concerne les mathématiques.

Les mathématiques disposent d’un vaste réservoir d’exemples, à usage interne ou bien externe. Ainsi, prend-on des exemples pour mieux comprendre un problème, une procédure ou un théorème (vertu pédagogique de l’exemple), mais on cite aussi des procédés ou des résultats mathématiques pour envisager ou comprendre une notion générale (l’égalité, le grand, le petit, l’équilibre, le vrai, la variable, le continu, la dimension, le probable, etc.)
C’est en prenant connaissance, récemment, d’un travail intitulé « penser les mathématiques au XVIe siècle » que j’ai été frappé par le très petit nombre d’exemples mobilisés, à cette époque, pour traiter d’un grand nombre de vastes problèmes philosophiques qui se posaient à propos des mathématiques. Les questions abordées concernent la causalité, la théorie de la connaissance, l’ontologie des êtres de raison, l’adéquation de notre entendement au divin.
L’usage de l’exemple mathématique en philosophie a très classiquement deux corpus d’origine, les dialogues platoniciens et les traités aristotéliciens (ainsi que les commentateurs canoniques, en particulier Proclus, Averroès, Thomas). Ils constituent une présence permanente chez les géomètres et les mathématiciens médiévaux, de la renaissance et de l’âge classique. Comment se présente l’exemple mathématique chez ces deux « auteurs-sources » ? Je passe d’abord une revue rapide de ce matériel.

La suite de l’article est donnée en « document joint »

titre documents joints




À propos de l'auteur :

Professeur d’histoire et philosophie des sciences.
Philosophie et sciences à l’âge classique. Epistémologie de la physique. Mathématiques âge classique.


Courrier électronique : Vincent Jullien


Du même auteur :
  • Kepler vs Galilée, la clé de l’énigme est-elle affaire de goût ?

    Conférence au Musée des Beaux-Arts de Nantes 17 septembre 2011.

    Vincent Jullien
    Il y a une énigme Kepler-Galilée. Un livre récent reprend la question des rapports entre Galilée et Johann Kepler, l’autre géant de l’astronomie des débuts de l’âge classique. Le livre de Massimo Bucciantini revendique, dès l’introduction que « Une étude sur Galilée et Kepler ne peut commencer que par Panofsky » (p.XVI). Les questions relevant des relations Kepler-Galilée sont les plus « scientifiques » qui se peuvent concevoir. Tout y est, observations, mesures, géométrie, calculs de tables, (...)

  • Histoire des sciences pour les nuls

    Une histoire générale des sciences pour large public.

    Vincent Jullien
    Pythagore, Aristote, Archimède, Ptolémée, Avicenne, Léonard de Vinci, Copernic, Galilée, Descartes, Pascal, Newton, Buffon, Lavoisier, Franklin, Darwin, Pasteur, Mendeleïev, Planck, Fleming, Einstein, Bohr, Watson… Qu’ont-ils imaginé, découvert, inventé ?
    Des mathématiques à la physique en passant par la biologie et les sciences de la Terre, ce livre retrace l’histoire des sciences de l’Antiquité à nos jours. Comme vous le découvrirez, cette histoire n’est pas seulement faite de théories, d’expériences et (...)

  • Les quatre mathématiques de Descartes

    Sur la nature des diverses productions mathématiques de Descartes

    Vincent Jullien
    « Les quatre mathématiques de Descartes », Archives Internationales d’Histoire des Sciences, Juin 2009. Un essai de classification des activités mathématiques de Descartes.
    Descartes a publié un unique traité de mathématiques (le troisième Essai du Discours de la méthode). L’impact de la Géométrie de 1637 fut énorme et le travail des historiens des mathématiques sur cet essai s’est poursuivi et donne toujours lieu à des commentaires dont plusieurs continuent d’en soulever des aspects originaux . La place (...)

  • Une épistémologie du XVIIe siècle, Roberval

    Actes du congrès 2008 de Montpellier de la Société Guillaume Budé, 2009.

    Vincent Jullien
    Gilles Personne de Roberval est né dans l’Oise en 1602 et il est mort à Paris en 1675. Il intègre le groupe de la Place Royale dès son arrivée à Paris, vers 1625 ou 1626. Très lié à Mersenne et à Etienne Pascal notamment, il est professeur de mathématiques et de philosophie au Collège de Maître Gervais, puis obtient la chaire de Ramus au Collège Royal, chaire qu’il conserve jusqu’à sa mort. Il est l’un des membres fondateurs de l’Académie Royale des Sciences en 1669, dans la section de mathématiques. (...)

  • Abstraction faite, que reste-t-il ?

    L’abstraction, chez Descartes et Galilée

    Vincent Jullien
    Vincent Jullien Publié dans le liber amicorum dédié à Jean Dhombres, Brepols, février 2008
    Premières lignes...
    A la fin des années 1640, une branche (ou une pomme) tombe d’un arbre. Quelle connaissance, se demandent des observateurs de la nature, pouvons-nous avoir de cet événement ? (Au delà des descriptions et observations singulières relatives à cette chute particulière). Il est admis de tous qu’il ne peut y en avoir de connaissance scientifique pour la simple raison qu’il n’y a pas de science du (...)

  • Pascal, via Duhem et Van Fraassen

    Vincent Jullien
    Résumé.
    La place discrète de Pascal dans l’histoire de la philosophie des sciences. Nous nous intéresserons ici à la physique pascalienne et à l’écho qu’elle a eu dans l’histoire de la discipline. Il est facile de montrer la faible présence de Pascal dans la pensée épistémologique moderne et contemporaine. Deux auteurs majeurs de la pensée épistémologique du XXe siècle offrent un contrepoint radical à cette mise à l’écart. Duhem et Van Fraassen se donnent les moyens d’étayer leur conviction selon laquelle (...)

  • Les ombres de la Place Royale

    Vincent Jullien
    Roman historique et philosophique
    1613. Lors d’une fête près de Brest, René Descartes, génial élève des jésuites à La Flèche, se prend d’amitié pour deux enfants du pays, la toute jeune baronne Marie de Kerlech et Gilbert Le Person, un va-nu-pieds particulièrement doué. Ces liens, nourris par une passion commune pour le savoir, ne se démentiront jamais, depuis la Bretagne jusqu’à Paris qui, en cette première moitié du XVIIe siècle, règne sans partage sur les sciences et la philosophie. Introduit dans le (...)

1 | 2 | 3 | 4


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons