• IFAC

Accueil  Textes en ligne  « Trois ou quatre exemples pour (...)

« Trois ou quatre exemples pour repenser les mathématiques »

« Humanisme, Mathématiques et positivisme », numéro spécial de la revue Sciences et Techniques en Perspective, février 2009.

février 2009, Vincent Jullien


Il arrive à l’historien des idées -ici il s’agit du XVIIe siècle- d’être mû en deux directions opposées : l’une qui le porte à repérer des continuités entre ce siècle et le précédent, l’autre qui lui indique plutôt des ruptures. Le thème de l’exemple et de l’exemplarité relève très nettement, bien plus nettement qu’on ne pouvait l’imaginer, du deuxième genre : la rupture me semble saisissante, du moins en pour ce qui concerne les mathématiques.

Les mathématiques disposent d’un vaste réservoir d’exemples, à usage interne ou bien externe. Ainsi, prend-on des exemples pour mieux comprendre un problème, une procédure ou un théorème (vertu pédagogique de l’exemple), mais on cite aussi des procédés ou des résultats mathématiques pour envisager ou comprendre une notion générale (l’égalité, le grand, le petit, l’équilibre, le vrai, la variable, le continu, la dimension, le probable, etc.)
C’est en prenant connaissance, récemment, d’un travail intitulé « penser les mathématiques au XVIe siècle » que j’ai été frappé par le très petit nombre d’exemples mobilisés, à cette époque, pour traiter d’un grand nombre de vastes problèmes philosophiques qui se posaient à propos des mathématiques. Les questions abordées concernent la causalité, la théorie de la connaissance, l’ontologie des êtres de raison, l’adéquation de notre entendement au divin.
L’usage de l’exemple mathématique en philosophie a très classiquement deux corpus d’origine, les dialogues platoniciens et les traités aristotéliciens (ainsi que les commentateurs canoniques, en particulier Proclus, Averroès, Thomas). Ils constituent une présence permanente chez les géomètres et les mathématiciens médiévaux, de la renaissance et de l’âge classique. Comment se présente l’exemple mathématique chez ces deux « auteurs-sources » ? Je passe d’abord une revue rapide de ce matériel.

La suite de l’article est donnée en « document joint »

titre documents joints




À propos de l'auteur :

Professeur d’histoire et philosophie des sciences.
Philosophie et sciences à l’âge classique. Epistémologie de la physique. Mathématiques âge classique.


Courrier électronique : Vincent Jullien


Du même auteur :
  • Silences cosmologiques

    Dans « Le vide et l’indicible au XVIIe siècle » (C. Biet et V. Jullien éditeurs), numéro spécial de la revue XVIIe siècle, juin 2000.

    Vincent Jullien
    L’étude qui suit fait un constat, celui de la place modeste que semble occuper la discussion du système du monde dans la première moitié du XVIIe siècle, chez des auteurs qui sont, par ailleurs, les chefs de file des modernes et donc, tous acquis à une version ou une autre du nouveau système. Il s’agira alors de chercher à comprendre ces silences. La remise en cause préalable d’un lieu commun de l’histoire des idées –le séisme supposé causé par le naufrage du géocentrisme- sera utile pour atteindre cet (...)

  • Les frontières dans les mathématiques cartésiennes

    Historia Scienciarum, mars 1999

    Vincent Jullien
    Descartes signale explicitement l’existence de frontières, plus exactement de clôtures aux mathématiques. Les expressions selon lesquelles tel ou tel objet n’est ‘pas reçu en sa géométrie’ ou a été ‘rejeté hors de sa géométrie’, en portent témoignage. Cette frontière est aussi une fin, un achèvement. Ainsi, terminant le troisième livre de sa Géométrie de 1637, il estime avoir montré la voie qu’il suffit de suivre « pour construire tous les problèmes qui sont plus composés à l’infini […] Et espère que nos neveux (...)

  • Quelques aspects de la présence des Eléments d’Euclide au XVIIe siècle

    Science et techniques et perspective, nouvelle série, n°2, 1998

    Vincent Jullien
    Les Eléments d’Euclide sont, après la Bible, l’ouvrage ayant connu le plus grand nombre d’éditions depuis l’invention de l’imprimerie. Etant données l’ancienneté et la diversité des sources antiques de ce texte, il n’est évidemment pas simple de reconstituer un tableau de cette histoire éditoriale. Les manuscrits proviennent de deux traditions distinctes, grecque et arabe et les éditions des XVIe et XVIIe sont, soit des approches philologiques du corpus, soit des occasions de commentaires (...)

  • Roberval contre Arnauld

    Ordre et contestation au temps des classiques, Biblio 17, Papers on French Seventeenth Century Litterature, n°73, Paris-Seattle-Tübingen, 1992

    Vincent Jullien
    Gilles Personne de Roberval et Antoine Arnauld, dit le grand Arnauld ont vécu en un même temps et en un même lieu, de la fin des années 1630 environ à 1675, à Paris. Est-ce suffisant pour justifier une étude comparative, pour les opposer ? À l’unité de temps et de lieu, ne manque-t-il pas en effet l’unité d’action pour que la pièce ait quelque consistance ?
    S’ils ont en commun d’avoir été très renommés et controversés de leur vivant puis quelque peu oubliés et sous-estimés par la postérité, ils diffèrent (...)

  • Les Eléments de géométrie de Roberval

    Vincent Jullien
    TEXTES RÉUNIS ET PRESENTÉS PAR VINCENT JULLIEN AVEC UNE PRÉSENTATION GÉNÉRALE ET UNE POSTFACE
    Roberval (1602-75) a rédigé un traité d’éléments de géométrie, resté inédit malgré les nombreuses recommandations de l’académie des sciences. Se détournant de ses recherches et découvertes concernant les méthodes infinitésimales, il s’attaque aux problèmes des fondements de la géométrie. Reprenant le projet euclidien d’une construction déductive de la géométrie, il se montre critique rigoureux des « faiblesses » du corpus (...)

  • La Géométrie de 1637 de René Descartes

    Vincent Jullien
    Descartes a pensé et affirmé avoir ‘achevé la géométrie’, ce qui n’est évidemment pas vrai, comme l’ont immédiatement prouvé les développements ultérieurs de cette science. La revendication cartésienne doit cependant être prise au sérieux car elle n’est pas sans fondement. L’algébrisation à laquelle Descartes donne un élan décisif est un mouvement qui fera bientôt éclater les frontières du domaine traditionnel des mathématiques : caractère de nombres aussi bien que de lignes, expression possible d’algorithmes (...)

1 | 2 | 3 | 4


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons