• IFAC

Accueil  Publications  Ernest Renan – De l’idéalisme au scepticisme

Ernest Renan – De l’idéalisme au scepticisme

jeudi 28 mai 2015, André Stanguennec


La pensée d’Ernest Renan n’est pas seulement cette religion de la science à laquelle on est souvent tenté de la réduire. Il s’agit plutôt de l’idée d’un monde divin dont la science, y compris la science de la religion, est assurément le plus beau fleuron. Or la science y est toujours associée à l’art et à la morale. Renan n’est ni un positiviste pour qui la vérité ne serait donnée que par la science, la religion n’en étant qu’un complément subjectivement nécessaire (Auguste Comte) ni un agnostique doublé d’un pragmatique, admettant la nécessité d’une « science idéale », tout en professant une confiance absolue dans les progrès techniques des siècles (Marcelin Berthelot). C’est le « romantisme » de sa religion de la science qui sépare Renan de ces savants positivistes et pragmatiques. La science et la religion se réfléchissent mutuellement, s’éclairent et se critiquent d’abord l’une l’autre pour tendre à une figure idéale de synthèse, difficile à fixer pour qui exigerait une définition. La coexistence tensionnelle des contraires est en effet la valeur suprême de l’esprit aux yeux de Renan. Pour lui, les contraires, au lieu d’affirmer violemment leur incompatibilité d’humeur ou d’idées, doivent se réfléchir et s’enrichir l’un l’autre. Il en allait déjà ainsi des dualités singulières de sa vie personnelle qu’une analyse existentielle tâcherait de restituer. Il en ira encore de même, à titre d’exemples parmi d’autres, de celles qu’il exposera dans l’essence d’une nation et, finalement, jusque dans la composition dynamique du monde, c’est à dire de Dieu in fieri. Il s’agira toujours d’une affirmation de contraires bipolaires, tantôt renforcés, tantôt affaiblis dans leur réflexion mutuelle. C’est que l’unité visée de la science et de la religion est autant un idéal du sentiment et de l’imagination que de la raison. Le présent ouvrage se consacre à l’examen de la possibilité de ces « synthèses », terme corrélatif chez Renan de celui d’« idéal », tous deux constituant son « idéalisme ». De la réalisation effective de l’unité visée dépend la valeur de cet idéalisme, avec le risque, auquel il n’échappe peut-être finalement pas, de verser dans une forme de scepticisme qu’il nous conviendra de définir.

P.-S.




À propos de l'auteur :

Professeur. Hegel, Idéalisme allemand et herméneutique contemporaine envisagée particulièrement sous l’angle du symbolisme de la culture (S. Mallarmé, E. Cassirer, H-G. Gadamer), constitution de la pensée dialectique.


Courrier électronique : André Stanguennec


Du même auteur :
  • Théologie et philosophie de la nature dans la dialectique réflexive

    André Stanguennec
    (Conférence présentée à l’Université de Grenoble, le 8 février 2007, dans le cadre du Centre alpin de philosophie allemande, CAPA).
    Je tiens d’abord à préciser dans quelle tradition philosophique s’inscrivent les propositions qui suivent. Pour cela, je partirai d’une réponse faite par E.Weil lors d’une conversation au cours de laquelle on lui demandait comment il se situait par rapport à Kant et à Hegel, les deux auteurs auxquels il se référait le plus constamment dans ses livres. E.Weil eut cette réponse (...)

  • La dialectique réflexive : Lignes fondamentales d’une ontologie du soi

    André Stanguennec
    La dialectique réflexive est une ontologie de la finitude qui se constitue dans la forme d’un cercle spéculatif. En sa ligne réflexive ascendante, d’abord, cette finitude se pose en explicitant la présupposition de l’infinité qui lui donne son sens. Puis, en un mouvement descendant, la dialectique de l’infini, construite analogiquement dans la forme de la finitude, y pose le contenu de cette finitude comme son existence finie, éternel corrélat de sa propre existence infinie, en une co-existence (...)

  • La Pensée de Kant et la France

    André Stanguennec
    A partir d’une conférence prononcée au Centre culturel franco-allemand de Nantes à l’occasion du bicentenaire de la mort d’E. Kant (1804), l’auteur a prolongé et développé ses analyses des rapports entre la pensée de Kant et la France. Après avoir retracé l’influence des idées et des événements venus de France dans la société allemande où vivait Kant, le livre restitue les reprises critiques effectuées par le philosophe de Konigsberg de plusieurs philosophes français ou d’expression française (au premier (...)

  • La morale des lettres : Six études philosophiques sur éthique et littérature

    André Stanguennec
    Depuis l’origine mythologique, la positivité d’un enseignement moral des lettres s’est imposée avant d’être théorisée en particulier par Aristote contre sa dévalorisation toujours possible (après Platon, on songe à celle de Rousseau). La question de l’enseignement littéraire des conflits moraux put alors venir au premier plan de l’herméneutique des mythes, légendes et fictions romanesques, notamment comme celle de la contradiction aigüe entre éthiques culturelles. Enfin, le modus moralis docendi de cet (...)

  • Le questionnement moral de Nietzsche

    André Stanguennec
    La philosophie de Nietzsche est une philosophie perspectiviste. Elle l’est, d’abord, par son contenu interprétatif, puisque les volontés de puissance qui constituent indéfiniment les significations du monde, sont des centres d’interprétation et que ces interprétations centrées sont autant de perspectives qui s’affrontent les unes les autres. Mais elle l’est, aussi, en ce qu’elle s’offre elle-même, conformément à son perspectivisme assumé, à une multiplicité de commentaires, tous légitimes à condition (...)

1 | 2


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons