• Caphi

Accueil  Publications  Articles parus dans (...)  Locke et la disciplin

Dossier sur Locke

Locke et la discipline de l’entendement

n°3 de la revue Philosophical Enquiries

lundi 22 décembre 2014, Angélique Thébert


Comment prendre soin de son entendement ? Comment le conduire dans le champ du probable ? Comment éduquer notre entendement et celui d’autrui ? Pour un lecteur contemporain, la réponse de Locke semble souffrir d’une certaine tension. Locke déploie en effet deux démarches a priori incompatibles. Pour le dire rapidement, la lecture de ses recommandations dans le livre IV de l’Essai sur l’entendement humain, et en particulier dans les chapitres 14 à 20, nous encourage à considérer que la discipline de l’entendement passe par la souscription à une « éthique de la croyance ». Telle est la lecture officielle. Dans ces conditions, bien conduire son entendement, c’est s’obliger à suivre la règle qui nous enjoint de proportionner notre assentiment en fonction de l’évidence disponible.
Mais de longs développements dans un texte publié de façon posthume, De la conduite de l’entendement, auxquels s’ajoutent des remarques glissées dans Quelques pensées sur l’éducation, nous font pencher en faveur d’une autre lecture. Selon cette lecture, Locke adopte une démarche consonante à celle proposée aujourd’hui par l’ « épistémologie de la vertu ». A cet égard, la bonne conduite de notre entendement témoigne de la possession de vertus intellectuelles fermement implantées dans notre esprit, exercées de façon constante et orientées vers la recherche de la vérité.

De la conduite de l’entendement était tout d’abord destiné à être intégré à la quatrième édition de l’Essai (parue en 1699). Cependant, cela ne sera jamais fait. A priori, seules des raisons formelles (liées au style, au caractère inachevé de la rédaction) et contingentes (le manque de temps) expliqueraient la publication séparée de ce texte. Pourtant, la fortune éditoriale spécifique de ce « chapitre » nous invite à y accorder une attention particulière. Locke entrevoit que les remarques auxquelles il touche dans ce texte le mènent « loin », c’est-à-dire bien plus loin que ce dont il a traité jusqu’à présent dans l’Essai. De plus, elles méritent d’être développées « aussi loin » que nécessaire. Autrement dit, De la conduite n’est pas qu’une simple excroissance de l’Essai, qui aurait pu facilement s’insérer dans l’architecture du quatrième livre : il s’agit d’un texte à part, dans lequel Locke développe des propos plus généraux sur la manière de conduire notre entendement. Outre le fait qu’il s’intéresse à la grande diversité des entendements, et pas au cas spécifique de l’ « enthousiaste » (sur lequel se focalise le chapitre 19 du livre IV de l’Essai), Locke porte un regard englobant sur la manière dont – de fait – nous conduisons notre entendement tout au long de notre vie épistémique, là où dans l’Essai il se concentre sur la manière dont l’ « homme fait » doit gouverner son assentiment.

La question est de savoir si ces deux approches sont compatibles. A la lumière des développements contemporains en « épistémologie de la croyance », nous insisterons dans un premier temps sur les raisons pour lesquelles ces deux démarches semblent orienter l’entendement dans des directions opposées. A ce titre, la publication séparée de De la conduite n’aurait rien de surprenant, mais témoignerait d’une prise de conscience par Locke de la difficulté à « bouturer » des orientations fort différentes. Puis nous nous attacherons à expliquer dans quelle mesure ces deux approches peuvent être – et doivent être – articulées.

http://philosophicalenquiries.com/numero3article3Thebert.html




À propos de l'auteur :

Maître de conférence.
Philosophie britannique moderne, philosophie de la connaissance


Courrier électronique : Angélique Thébert


Du même auteur :
  • Sous la direction de Rebecca Copenhaver (Lewis & Clark College) et Todd Buras (Baylor University)

    Thomas Reid on Mind, Knowledge and Value

    Oxford University Press

    Angélique Thébert
    This volume offers a fresh view of the work of Thomas Reid, a leading figure in the history of eighteenth-century philosophy. A team of leading experts in the field explore the significance of Reid’s thought in his time and ours, focusing in particular on three broad themes : mind, knowledge, and value. Together, they argue that Reid’s philosophy is about developing agents in a rich world of objects and values, agents with intellectual and active powers whose regularity is productive. Though (...)

  • Matérialisme et nécessitarisme au XVIIIe siècle

    La conséquence matérialiste

    Revue Dix-huitième Siècle, 26, 2014

    Angélique Thébert, Antoine Grandjean, Pascal Taranto
    Le numéro 46 (2014) de la revue Dix-huitième Siècle contient un dossier coordonné par Antoine Grandjean et Pascal Taranto, intitulé « La conséquence matérialiste ».
    Consacré au rapport entre nécessitarisme et matérialisme au XVIIIe siècle, il rassemble 7 contributions :
    Matteo Favaretti-Camposampiero : « La chaîne des causes naturelles. Matérialisme et fatalisme chez Leibniz, Wolff et leurs adversaires »
    Éleonore Le Jallé : « La réception humienne du nécessitarisme de Hobbes »
    Angélique Thébert : "David (...)

  • Philosophical Enquiries, numéro 1, juin 2013

    Connaissance de base et Principes du sens commun

    Une solution reidienne au problème du critère

    Angélique Thébert
    Starting from the consideration of the “principle of the criterion”, according to which “knowledge of the reliability of our intellectual faculties is required to have any knowledge”, the paper shows how the Scottish philosopher Thomas Reid helps us to escape the dead-end into which we are classically supposed to fall if we stick to this principle. Briefly, either we endorse a strict interpretation of this principle, but then we must admit that it is impossible to know anything, or we take on a (...)

  • La connaissance comme capacité : le traitement des cas de Gettier

    Igitur, Vol. 4, n°1, p. 1-25

    Angélique Thébert
    Résumé : En partant d’une analogie entre la structure de l’argument sceptique dit « argument de l’ignorance » et la structure de « l’argument de Gettier », je montre que de même que la prémisse de l’argument de l’ignorance a été remise en cause dans une démarche externaliste et dans une démarche se réclamant du sens commun, la prémisse de l’argument de Gettier peut être contestée. Il en résulte que toutes les situations de Gettier (dans lesquelles ce qui fait qu’une croyance est vraie ne correspond pas aux (...)


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons