• IFAC

Accueil  Publications  Articles ou chapitres  Autos, Idipsum : (...)

Autos, Idipsum : aspects de l’identité d’Homère à Augustin

Sous la direction de D. Doucet et I. Koch

jeudi 26 juin 2014, Dominique Doucet


Aspects de l’identité d’Homère à Augustin

Idipsum est une locution qu’Augustin utilise pour désigner Dieu. Elle signifie littéralement « cela même ». Ce minimalisme sémantique ne laisse pas de la rendre mystérieuse. Faut-il y voir un emprunt à certains textes bibliques qui déjà en font usage ? Dans ce cas, idipsum, tel un nom propre vide de toute signification, se bornerait à indiquer Dieu en tant qu’il échappe à toute définition rationnelle. Ou bien faut-il rattacher idipsum à la tradition platonicienne qui recourt à des locutions grecques similaires pour désigner la réalité intelligible qui est « elle-même en elle-même » ? Idipsum serait alors la trace d’un héritage philosophique conduisant Augustin à une définition métaphysique de Dieu comme Être absolu. Cependant, cette alternative entre origine biblique et tradition platonicienne néglige la diversité des usages philosophiques des locutions formées sur auto puis ipsum : elles expriment d’abord l’identité et le fait d’être soi, puis la réflexivité, au croisement des champs dialectique, pratique et ontologique. Cet ouvrage explore la façon dont ces aspects de l’identité se sont construits, du autos grec à l’idipsum latin, à travers des études portant sur Homère, Platon, Aristote, le stoïcisme, le néoplatonisme grec puis latin, Augustin.

P.-S.

Presses universitaires de Provence, 2014.




À propos de l'auteur :

Maître de Conférences HC.
Antiquité tardive, Moyen Age, néoplatonisme, Augustin, Ecole de Chartres et aussi les rapports entre la philosophie et la Science fiction


Courrier électronique : Dominique Doucet


Du même auteur :
  • Augustin

    Dominique Doucet
    "Puis donc que nous sommes hommes, créés à l’image de notre Créateur, lui qui possède la véritable éternité, l’éternelle vérité, l’éternelle et vraie charité, et qu’il est lui-même, sans confusion ni séparation, l’éternelle et la véritable et la bienheureuse Trinité, considérons donc ces êtres au-dessous de nous : ils n’auraient existé d’aucune manière, ne se seraient maintenus dans aucune forme, n’auraient désiré ni gardé aucun ordre, s’ils n’avaient été faits par Celui qui est, qui est sage et qui est bon au (...)

  • Aime et fais ce que tu veux (Saint Augustin)

    Dominique Doucet
    Si souvent l’on se plaint de l’extrême pauvreté du verbe « aimer » en français, en déplorant sa simplicité et en jetant un regard envieux sur les autres langues qui peuvent spécifier chaque qualité de l’amour en un mot, c’est sans doute pour ne pas avoir assez médité sur la richesse que cache cet habit de mendiant. Car l’extrême extension de notre verbe « aimer » manifeste ainsi sa racine essentielle : montrer la perfection de chaque niveau de l’être. Le problème n’est pas dans le verbe lui-même, il n’est (...)

1 | 2


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons