• IFAC

Accueil  Publications  S. T. Coleridge, Les Sermons laïques (...)

S. T. Coleridge, Les Sermons laïques suivi de L’Ami et autres textes

Textes réunis, traduits et présentés par Philippe Beck et Éric Dayre

dimanche 17 novembre 2002, Philippe Beck


Avec la Biographia Literaria, les proses des Sermons laïques et de L’Ami (écrites de 1816 à 1818) forment l’ensemble théorique le plus abouti dans l’œuvre de Samuel Taylor Coleridge (1772-1834), et le plus vaste ensemble théorique du « romantisme anglais ». Il était jusqu’ici presque onconu et non traduit en France.

À défaut de constituer un système clos, Coleridge confronte patiemment les enjeux et les domaines classiques de la philosophie (métaphysique, morale et politique) à la vérité de son époque. L’époque signe en effet pour lui l’échec de la philosophie des Lumières. À cette dernière, et à la déchirante destruction de l’idéal révolutionnaire, il oppose la pratique d’un nouvel idéalisme platonicien, un idéalisme « anglais » qui s’efforcerait de n’oublier ni le monde et ses pratiques, ni la religion comme force régulatrice du monde. Mais Coleridge a aussi lu les « romantiques allemands », Fichte, Schelling, Hegel. Il y a puisé la conscience d’une fin de l’art religieux.

À mesure qu’il construit son idéalisme, Coleridge rénove la conception de l’art, et l’idée de l’écriture. Il veut rendre celle-ci encyclopédique en un sens nouveau, c’est-à-dire « historique », ou plutôt « historiante, créatrice d’époque ». Les essais traduits ici élaborent le fameux concept d’« imagination tautégorique », qui était censé renouer le lien proprement « poétique » de l’histoire et du mythe, et refaire un moyen terme absolu entre l’intelligible et le sensible (le théologique et le politique, l’éternel et l’historique).

Éditions Gallimard, collection « Bibliothèque de Philosophie », 2002, 928 p.




À propos de l'auteur :

spip.php?auteur9

Voir en ligne : Page Wikipedia consacrée à Philippe Beck

Maître de conférences. HDR.
Recherches en poétique et en esthétique.
Président de la Commission de Poésie du CNL. Chevalier des Arts et des Lettres.
Membre des comités de rédaction des revues Agenda de la pensée contemporaine, Droit de Cités et Fusées.


Courrier électronique : xanaduphi@wanadoo.fr


Du même auteur :
  • Actes du colloque de Cerisy-la-Salle

    Philippe Beck : Un chant objectif aujourd’hui

    Direction : Isabelle Barbéris, Gérard Tessier

    Philippe Beck

    À Cerisy-la Salle, en août 2013, la décade consacrée à l’œuvre poétique de Philippe Beck a marqué, révélant la force générale d’un chant en devenir (ainsi du « Projet Merlin »). La pensée de la poésie maintenue en sa nécessité politique (Benoît Casas, Tristan Hordé), un agencement sensible s’est ouvert à l’interprétation (Tim Trzaskalik). Des manières de lire ont approché une rédification, une réfection objective et « plus que lisible » (Jean-Luc Steinmetz), une poésie qui démontre une “confiance dans la poésie” (...)


  • Libération – 17 août 2012

    Redonnons sa place à la poésie

    Par XAVIER PERSON Ecrivain et critique, PHILIPPE BECK Poète et écrivain

    Philippe Beck

    A l’heure où certains imaginent fondre la poésie dans un vaste ensemble réunissant le roman et le théâtre (1), il est peut-être bon de rappeler la place que peut occuper la poésie au sein de la littérature. Et ce dont, pour nous, « poésie » est le mot.
    En ces temps de crise inédite, alors que les désastres ne sont plus seulement derrière nous ou à côté de nous, mais bien devant nous, est-il encore temps de s’arrêter au vieux mot « poésie » ? Les modernités littéraires successives ont, chacune à leur (...)


  • Poésies premières (1997-2000)

    Philippe Beck

    Poésies premières réunit trois livres fondateurs de Philippe Beck : Chambre à roman fusible (initialement paru chez Al Dante en 1997), Rude merveilleux (Al Dante, 1998) et Inciseiv (paru aux éditions MeMo en 2000). Ressaisis dans leur déroulement chronologique, ils illustrent parfaitement les origines, la logique et la vitesse du parcours poétique de Beck : en peu d’années, la transition est en effet fulgurante et la revendication du vers comme « horizon de la poésie » est déjà perceptible dans (...)


  • Lyre Dure

    Philippe Beck

    Pourquoi Lyre, emblème du chant qui n’est pas chanson, a-t-elle de la dureté ? Pourquoi ne pas renoncer au Sec et au Dur d’un « Lyrisme critique » ? Parce que la prose du monde rudoie les formes aimées, au motif des « destructions créatives ». Mièvrerie est le nom d’une faute de rythme par quoi le piètre du monde comme il va revient dans les phrases qui nous constituent. Dur signifie donc : absolument fidèle au « Contour-quelqu’un », à ses promesses de lignes, à son éthique future. Elle ou Relle est Ève (...)


  • De la Loire

    Philippe Beck

    « Voici des vagues, et dessus des bras de danseuse indienne, sous le vent. »
    Arpentant l’Estuaire de Nantes à l’Atlantique, un Noteur voit et regarde des mouvements d’eau, et le profil des rives. Des poèmes en prose, surtout, sont le résultat d’un exercice d’observation. Loire est le fleuve libre que l’action des hommes ne peut absolument soumettre. Il est comme une aile sur un corps dépendant, le corps de villes et d’industries liées, qui s’arrêtent au bord. Au bord de quoi ? D’une corde d’eau, (...)


  • Un Journal

    Philippe Beck

    Un Journal n’est pas ce qui s’appelle un journal intime. C’est le cahier impersonnel et singulier d’un poète qui fait des confidences générales. Dans la difficulté, comme un Merlin après le départ de Viviane, il trouve une continuité, une suite musicale de pensées.
    Sous la cloche de verre, ou de prison d’air enchantée, il regarde intensément le monde et ses rudesses ambiguës, ses œuvres. Il écrit des lettres ouvertes. Et le journal se change en lieu de rendez-vous. C’est une bande de liberté peuplée de gens (...)


  • Chants populaires

    Philippe Beck

    « Les Chants populaires dessèchent des contes, relativement. Ou les humidifient à nouveau. Par un chant objectif. Un conte est de la matière chantée ancienne, intempestive et marquante, à cause d’une généralité. (...) Jacob Grimm disait d’ailleurs à Arnim : “Nous n’avons qu’un souhait : c’est d’encourager des recueils du même genre.” Les ailes du conte brut sont gardées ici, comme des fleurs d’anonymat qui durent. Sur elles “une goutte de rosée retenue au creux d’une feuille étincelle des feux de la première (...)


  • L’Impersonnage

    Rencontre avec Gérard Tessier

    Philippe Beck

    Philippe Beck a publié jusqu’ici treize livres de poésie. En 1996 paraît le premier, Garde-manche hypocrite, dont Jude Stéfan dit qu’il fera date. Bientôt, l’œuvre est tenue pour très importante et bouleversante : « Une fulguration s’est produite qui porte le nom de Philippe Beck » (Pascal Boulanger). En même temps, Jean-Luc Nancy remarque qu’il s’agit ici de « tenir la langue et [de] tenir à la tenue de la langue ». « Monographie dialoguée », L’Impersonnage est le premier livre consacré au travail de (...)


1 | 2 | 3


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons