• IFAC

Accueil  Publications  Articles ou chapitres  France-Allemagne (...)

France-Allemagne : Figures de l’intellectuel entre révolution et réaction 1780-1848

jeudi 20 mars 2014, Alain Patrick Olivier


De la mort de Voltaire à la révolution de 1848, les savants, philosophes et écrivains redéfinissent leur rôle politique, dans le sillage d’une Révolution française perçue comme étant l’oeuvre des philosophes. Les intellectuels s’interrogent sur les effets politiques de leurs textes, les conditions d’une participation aux charges administratives et éducatives, de leur fonctionnarisation ou d’une prise de parole qui touche un public plus large que le cercle savant.

À rebours d’une histoire qui les présente en héros sous la forme de l’opposant ou du grand écrivain, les études réunies ici mettent en lumière les rapports de force inhérents aux réseaux d’intellectuels et les conceptions parfois divergentes qu’ils développent, notamment sur la pureté du savoir théorique. À travers l’étude de certaines figures marquantes telles que Johann Gottlieb Fichte ou Germaine de Staël, de réseaux comme celui des membres de l’Institut ou d’événements comme l’affaire des « sept de Göttingen », cet ouvrage éclaire aussi bien la dimension sociale que réflexive de ces prises de position politiques.

L’approche se veut ici pluridisciplinaire, associant analyses historiques, littéraires et philosophiques ; elle met en évidence les effets de miroirs entre intellectuels français et allemands, et revient sur la revendication de généalogies occasionnellement transfrontalières.

Table des matières :

Introduction
Anne Baillot, Ayşe Yuva

Friedrich Heinrich Jacobi, « philosophe et hommes de lettres » entre les Lumières et l’Idéalisme. À la conquête du pouvoir intellectuel ?
Sylvie Le Moël

Rousseau, Kant et la révolution : la force du pouvoir instituant
Luc Vincenti

Questions sur le « pouvoir des intellectuels » en France dans le moment 1800
Jean-Luc Chappey

« Un petit peuple isolé, sans alliés et sans amis » : Les écrivains et l’Institut au tournant du XIXe siècle
Stéphane Zékian

« Je suis entrée dans cette littérature allemande » : De l’Allemagne ou les vertus de l’intercession féminine
Stéphanie Genand

La raison pure peut-elle être pratique ? La figure du philosophe allemand au début du XIXe siècle en France
Ayşe Yuva

Verklärung über Aufkärung : Fichte ou éduquer à vivre les idées
Charlotte Morel

Le savant comme politique ou pur scientifique. Engagement fichtéen et détachement herbartien lors de la catastrophe de Göttingen
Jean-François Goubet

Qu’est-ce qui fait l’intellectuel ? Les professeurs de l’université de Berlin et leur patriotisme (1810-1820)
Anne Baillot

Hegel et la Révolution française
Alain Patrick Olivier

Ruge et les Annales franco-allemandes
Anne Durand

Sur le site de l’éditeur :
http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100528000

P.-S.

Anne Baillot, Ayşe Yuva (dir.) : France-Allemagne : Figures de l’intellectuel entre révolution et réaction 1780-1848, Presses universitaires du Septentrion, collection « Mondes germaniques », 2014, 210 p. ISBN : 978-2-7574-0675-5. Date de parution : 20 mars 2014.

titre documents joints




À propos de l'auteur :

spip.php?auteur162

Philosophie de l’éducation. Philosophie de l’art. Philosophie allemande.


Courrier électronique : alain-patrick.olivier@univ-nantes.fr


Du même auteur :
  • Sur la version des « Contes d’Hoffmann » au Festival de Salzbourg

    Zur Salzburger Fassung der « Contes d’Hoffmann »

    Das offene Werk... und sein besonderer Reiz

    Alain Patrick Olivier

    Ce texte rend compte des problèmes dramaturgiques liés aujourd’hui à la représentation de l’opéra posthume de Jacques Offenbach « Les Contes d’Hoffmann » (1881) dus à la genèse de l’oeuvre et des choix opérés par Alain Patrick Olivier pour la version donnée au Festival de Salzbourg en 2003 sous la direction musicale de Kent Nagano et dans la mise en scène de David McVicar. (Texte en langue (...)


  • Première Biennale des photographes du monde arabe au XXIe siècle

    La résistance à la photographie

    Sur l’exposition Carte blanche à Souhed Nemlaghi. Galerie Basia Embiricos

    Alain Patrick Olivier

    « Et le travail a pu commencer, la lutte avec le medium, l’impossible idéalisation, la résistance à l’égard de la photographie et de son exposition comme jeu social moderne et européen. Leur image a pris la forme d’un tombeau, le tombeau de la révolution, le tombeau de leur corps réel, le tombeau de leur vie, de la nôtre. II s’agissait aussi bien d’effacer la photographie, de la rendre invisible, de la déconstruire dans son principe. (...)


  • Carl Dahlhaus

    L’esthétique de la musique

    Traduit et annoté sous la direction de Julien Labia par Julien Farges, Julien Labia, Charlotte Loriot, Nathalie Lucas, Elise Marrou, Alain Patrick Olivier, Francesco Peri, Nicolas Rialland

    Alain Patrick Olivier

    Carl Dahlhaus (Hanovre, 1928-Berlin, 1989) étudia la philosophie et la musicologie. Il enseigna de 1967 à jusqu’à la fin de sa carrière à la Technische Universität de Berlin Ouest. Colossale par son volume et son importance, son oeuvre influença une génération d’intellectuels et marque encore profondément les études sur la musique depuis le dernier tiers du vingtième siècle. L’Esthétique de la musique est son premier grand livre : en plus d’être un ouvrage fondamental pour comprendre les développements (...)


  • Pourquoi on va et on ne va pas au théâtre ?

    Publié dans TU-Nantes, 2015-2016, Le supplément jeunes et étudiants, 21, p. 6.

    Alain Patrick Olivier

    Il se peut qu’un jour nous vivions dans une société sans théâtre, comme il a existé dans le passé des sociétés sans théâtre, comme il existe aujourd’hui dans le monde des sociétés sans théâtre. Mais une société sans théâtre est- elle encore une société libre ?


  • Hans-Christoph Schmidt am Busch

    La « reconnaissance » comme principe de la Théorie critique

    Traduction sous la direction d’Alain Patrick Olivier et Maiwenn Roudaut

    Alain Patrick Olivier, Jean-Marie Lardic

    La théorie de la reconnaissance constitue aujourd’hui un paradigme essentiel pour les sciences humaines et fait l’objet de multiples métamorphoses et controverses dans la pensée contemporaine, par exemple dans les domaines du droit, de la politique, de l’économie, de la morale, de l’éducation, de l’épistémologie. Le présent ouvrage de Hans-Christoph Schmidt am Busch offre l’exemple d’une réinterprétation active de la théorie envisagée aussi bien en rapport à l’exégèse de la tradition philosophique dont elle (...)


  • Conférence, Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre, Lyon, 4 avril 2015

    Transmettre l’art, transmettre la liberté

    Perspectives philosophiques et historiques

    Alain Patrick Olivier

    Cette première séance du séminaire « Transmettre l’art, transmettre la liberté » inaugure les travaux de l’Atelier de Recherche sur la Formation des Artistes et des Enseignants mis en place par L’ENSATT de Lyon, LE PONT SUPERIEUR de Nantes, l’Université Lyon 2 – Laboratoire ECP et l’université de Nantes-CREN. Les partenaires de cette aventure ont en partage des convictions :
    l’art est un enjeu majeur de l’éducation ;
    la question de la formation se pose aussi bien dans le monde artistique que dans le (...)


  • La théorie de la reconnaissance : un modèle critique pour l’éducation ?

    In : Fabre, M., Gohier, C. (2015). Les valeurs éducatives au risque du néo-libéralisme, PURH, 79-90

    Alain Patrick Olivier

    Alain Patrick Olivier interroge la valeur de la théorie de la reconnaissance pour l’éducation en mettant en rapport son analyse du processus éducatif et sa critique de la société néo-libérale. Il met en évidence la structure éducative de la théorie de la reconnaissance telle qu’elle s’est construite dans la tradition philosophique chez Hegel et Marx pour la confronter à l’interprétation actuelle d’Axel Honneth. La question est de savoir si la lutte pour la reconnaissance est un modèle théorique de (...)


  • Sous la direction de Wolf Gerhard Schmidt, Jean-François Candoni, Stéphane Pesnel

    Le concept de Klang

    Klang-Ton-Musik. Theorien und Modelle (national)kultureller Identitätsstiftung (Zeitschrift für Ästhetik und Allgemeine Kunstwissenschaft, Sonderheft 13)

    Alain Patrick Olivier

    Klang, le Klang ne désigne pas seulement un phénomène sonore ou un phénomène de la musique, mais encore un concept et une structure de la philosophie. Le concept de Klang en tant qu’il permet un traitement analytique de l’objet sonore possède une valeur heuristique pour la philosophie ; il rend possible une ›opération‹ sur la philosophie. Il s’applique par suite à toute forme de discours, discours littéraire, discours scientifique, discours politique ou discours pédagogique. Une logique du Klang est à (...)


1 | 2 | 3


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons