• IFAC

Accueil  Publications  Je pense donc je suis

Je pense donc je suis

mardi 1er juin 2004, Denis Moreau


Un petit ouvrage de « philosophie populaire » sur une des plus célèbres propositions philosophiques

Je pense donc je suis. Peu d’énoncés philosophiques ont connu une destinée et acquis une célébrité semblables à celles du cogito de Descartes : depuis la parution du Discours de la méthode, il n’est guère de penseur important qui ne se soit senti obligé de donner son avis sur cette affirmation ; et de façon plus frappante encore, le cogito est une des rares – sinon la seule – propositions de philosophie à avoir échappé aux spécialistes pour devenir réellement populaire comme en témoignent les calembours et variations plus ou moins réussis qu’on peut glaner au détour des conversations de bistrot et des repas de famille : “ Je pince ” ou “ Je ponce, donc je suis ”, dit le bricoleur ; “ J’éponge, donc j’essuie ”, dit le garçon de café ; “ Je panse, donc je suis ”, dit l’infirmière ; “ Je pense qu’on me suit ”, dit le paranoïaque ; “ Je passe ou je suis ”, dit le joueur de poker ; “ Je pense, donc je boude ”, dit l’amateur de contrepèteries, etc. Devant une telle accumulation de gloses, de critiques, de détournements, on peut être pris d’une espèce de nausée analogue à celle qui saisit les héros du Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert au terme de leur tentative d’apprentissage de la philosophie : “ Je n’en veux plus ! Le fameux cogito m’embête. ” Ce serait dommage. Mieux vaut voir dans cette consécration la marque du caractère tout à fait exceptionnel de cet énoncé, et tenter de saisir les raisons de ce destin singulier.

Poche : 50 pages ; Editeur : Pleins Feux ; Édition : 1e (17 juin 2004) ; Langue : Français ; ISBN-10 : 2847290044 ; ISBN-13 : 978-2847290042




À propos de l'auteur :

Professeur.
Histoire de la philosophie classique (notamment Descartes et cartésianisme), philosophie de la religion.


Courrier électronique : Denis Moreau


Du même auteur :
  • TRADUCTION INEDITE DU TEXTE LATIN DE LA CORRESPONDANCE ENTRE DESCARTES ET ANTOINE ARNAULD (1648)

    Traduction réalisée par le groupe des étudiants latinistes du département de philosophie

    Denis Moreau
    On trouvera ci-dessous une traduction inédite de la Correspondance entre René Descartes et Antoine Arnauld réalisée en 2018-2019 à l’université de Nantes dans le cadre d’un cours de latin pour étudiants en philosophie. Il s’agit du second et dernier échange entre ces deux hautes figures intellectuelles du Grand Siècle, après qu’Arnauld eut déjà envoyé en 1641 à Descartes des Objections à ses Méditations. Le texte latin traduit est celui de l’édition Adam et Tannery des Œuvres complètes de Descartes, Paris, (...)

  • Y a-t-il une philosophie chrétienne ?

    Denis Moreau
    Les trois essais réunis dans ce livre à paraître le 4 avril 2019 (« Foi en Dieu et raison », « Théodicées », « Y a-t-il une philosophie chrétienne ? ») explorent les différentes questions que soulèvent, dans l’univers du christianisme, les relations controversées de la philosophie et de la religion. Foi et raison sont-elles exclusives l’une de l’autre ? La raison n’aurait-elle rien à apporter à la subjectivité de la foi ? Peut-on se passer de croyances ? Science et foi sont-elles nécessairement en conflit ? (...)

  • Malebranche, Entretiens sur la métaphysique et sur la religion

    Denis Moreau
    Marion Michaud-Le Roux et Denis Moreau publient aux éditions Vrin une nouvelle édition des Entretiens sur la métaphysique et sur la religion de Nicolas Malebranche. De tous les ouvrages de Malebranche, c’est sans doute le plus achevé. Véritable chef-oeuvre littéraire, témoignant d’une maîtrise magnifique de l’art du dialogue, ces quatorze entretiens sont un modèle de pédagogie : « l’homme n’instruit pas l’homme », dit l’oratorien qui se présente non comme un maître, mais en tant que simple « moniteur ». (...)

  • Publication

    Jacques Ricot, Penser la fin de vie

    Denis Moreau
    Jacques Ricot, chercheur associé au CAPHI, vient de publier Penser la fin de vie, aux presses de l’Ecole des hautes études en santé publique. Il s’agit d’une version remaniée et actualisée de la thèse soutenue en 2012 sous la direction de Denis Moreau
    Dans le débat sur la fin de vie qui anime la société française, le citoyen est sommé d’avoir un avis bien tranché et de dire si, oui ou non, il est favorable à l’euthanasie. Mais sommes-nous bien « armés » pour penser la fin de vie ? Faisons-nous la différence (...)

  • Mort, où est ta victoire ? Les Voies du salut, II

    Denis Moreau
    « Mort, où est ta victoire ? » s’interrogeait saint Paul dans sa Première lettre aux Corinthiens. Il s’agit donc d’être sauvés, de la mort, de la peur qu’elle nous inspire, de la façon dont elle nous pollue la vie. Mais comment comprendre aujourd’hui cette injonction ? Qu’est-ce que le salut ? De quoi aurions-nous à être « sauvés » ? Comment cet éventuel salut s’opère-t-il ? Et que faire alors de nos interrogations, sur les fautes, sur la foi et sur une libération possible ? Ces questions difficiles et (...)

1 | 2 | 3 | 4


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons