• IFAC

Accueil  Publications  Husserl. La science des phénomènes

sous la direction d’Antoine Grandjean et Laurent Perreau

Husserl. La science des phénomènes

CNRS Éditions, 2012

lundi 27 août 2012, Antoine Grandjean , Patrick Lang


Edmund Husserl (1859-1938) a fondé une discipline nouvelle, la phénoménologie. Celle-ci développe une analyse descriptive des actes de la conscience intentionnelle (perception, imagination, souvenir, conscience d’autrui, etc.).

Avec le premier livre des Idées directrices pour une phénoménologie pure et une philosophie phénoménologique (1913), Husserl définit la phénoménologie transcendantale comme « science des “phénomènes” ». Il expose la méthodologie de la pratique phénoménologique et conçoit un ambitieux programme de recherche : la description des actes de conscience doit permettre de révéler les structures essentielles de la subjectivité transcendantale. Ce faisant, Husserl ne crée pas seulement une nouvelle discipline philosophique. Il ouvre aussi la voie à une ambitieuse « refondation » des sciences empiriques et réaffirme la nécessité d’un certain rationalisme, tout à la fois théorique et éthique.

Les essais rassemblés dans ce volume explicitent et interrogent ce projet d’une « science des phénomènes », en privilégiant l’examen des paragraphes relatifs au thème ou à la question abordés. En ce sens, le volume livre un commentaire de cette œuvre majeure et constitue en même temps une introduction à l’œuvre de Husserl dans son ensemble, ainsi qu’à la phénoménologie comme telle.

titre documents joints




À propos de l'auteur :

Professeur (Philosophie moderne et contemporaine)
Université de Lille


Courrier électronique : Antoine Grandjean


Du même auteur :
  • Critique et réflexion

    Essai sur le discours kantien

    Antoine Grandjean
    Heidegger opposait à la « barbarie » contemporaine l’exemplarité du style philosophique kantien. Mais les grands postkantiens le jugeaient plutôt exemplairement barbare, parce que non thématisé, impropre, et même autocontradictoire. L’ouvrage prend au sérieux ce verdict, pour mieux l’inverser. Il identifie le statut de la connaissance critique, élucide les procédures de validation qu’elle convoque et montre que référer les thèses kantiennes au régime de discours qui les établit permet de prendre la mesure (...)

  • Sur l’échec de tout essai philosophique en matière de théodicée

    Antoine Grandjean
    Est mal ce qui devrait ne pas être. Comment un discours philosophique qui entend montrer que le réel est rationnel pourrait-il s’en accommoder ? La métaphysique classique entreprend alors de justifier le monde et son Créateur, en établissant que ce qui fait scandale n’est une objection qu’apparente : au tribunal de la raison métaphysicienne, la plainte juridique contre Dieu nourrie par la plainte existentielle est toujours déboutée. Kant fait justice de ce procès, en le soumettant lui-même au tribunal (...)

  • Analytique du beau

    Antoine Grandjean
    Pourquoi disons-nous de cette rose qu’elle est belle, et non qu’elle nous est agréable, qu’elle est parfaite, ou qu’elle est vraie ? Et pourquoi, parlant d’une « belle rose », entendons-nous précisément dire autre chose que lorsque nous évoquons une « rose agréable », une « rose parfaite », ou encore une « vraie rose » ? La récurrence du terme de « beauté » dans nos discours se double d’une résistance envers toute substitution par un synonyme. Poser que ce fait têtu n’est pas infondé, c’est tenter de rendre (...)

1 | 2


À propos de l'auteur :

Directeur du département de philosophie.
Maître de conférences en philosophie et musique.
Spécialités : le concept de valeur dans l’éthique, l’économie, la sociologie ; phénoménologie allemande et française ; phénoménologie de la musique.


Courrier électronique : Patrick Lang


Du même auteur :
  • Sous la direction d’Antoine Grandjean et de Florent Guénard

    Le ressentiment, passion sociale

    Rennes, Presses Universitaires de Rennes, collection « Philosophica », 2012

    Antoine Grandjean , Florent Guénard , Pascal Taranto , Patrick Lang
    Le ressentiment n’a pas bonne presse : « passion irrationnelle », « expression de l’impuissance », « envie déguisée » – les termes ne manquent pas dans l’histoire de la pensée pour disqualifier ce qui est apparu, au mieux, comme le sentiment d’un malaise, au pire comme un désir de vengeance rentrée des classes populaires à l’encontre des élites. Trois caractéristiques du ressentiment sont alors généralement mises en évidence. D’abord, on souligne que c’est une passion spécifiquement moderne, qui (...)

  • Centenaire de la naissance de Sergiu Celibidache (1912-1996)

    Sergiu Celibidache :
    La musique n’est rien

    Textes et entretiens pour une phénoménologie de la musique, réunis et traduits de l’allemand par Hadrien France-Lanord et Patrick Lang.

    Patrick Lang
    Cet ouvrage réunit des textes et entretiens où le chef d’orchestre Sergiu Celibidache se propose d’expliquer ses conceptions musicales. Y est abordé de manière phénoménologique le problème de l’essence de la musique à travers les questions centrales que sont, notamment, l’espace et le temps musicaux, le tempo, la transcendance du son, la réduction. Avec ces réflexions sont également en jeu des questions philosophiques de fond, telles que le rapport de la vérité et de la beauté, la liberté, la volonté, (...)

  • Patrick Lang

    Voyage en Orient

    Philosophie du voyage

    Patrick Lang
    « Il n’y a que les Orientaux qui sachent vivre !... J’irai mourir en Orient », s’exclame le Comte de Monte-Cristo chez Alexandre Dumas. Depuis la traduction des Mille et une nuits, l’Orient fait rêver : il est le royaume tout à la fois de l’exotisme, d’un art de vivre raffiné, et du despotisme cruel, ainsi que de sagesses ésotériques. Les romantiques inventent le Voyage en Orient, comme voyage initiatique : quête métaphysique d’un absolu, métaphore de la vie, de ce "voyage que nous accomplissons et qui (...)

  • Réédition revue, actualisée et augmentée d’un ouvrage initialement paru en 1994, depuis longtemps épuisé

    Robert Misrahi : Le bonheur

    Essai sur la joie

    Patrick Lang
    Préface de Patrick Lang
    Nantes, Éditions Cécile Defaut, 2011. 152 p. ISBN : 978-2-35018-094-6
    Les philosophes qui jugent aujourd’hui le bonheur impossible ne font que prolonger un courant qui, de Platon à Kant, en a toujours différé la réalisation. Ils oublient ainsi l’autre courant qui, d’Aristote à Ernst Bloch en passant par Spinoza, avait ouvert une autre voie, en faisant du bonheur la joie en acte : à la fois premier objet de la pensée et noyau d’une existence heureuse et significative. Ce projet (...)

  • Ioana Celebidachi : Sergiu, einmal anders

    Meine Erinnerungen an Celibidache

    Patrick Lang
    Celibidachiana II : Dokumente und Zeugnisse, Band 3
    Eine Edition der Sergiu Celibidache Stiftung
    Herausgegeben von Patrick Lang und Mark Mast
    Endeuillée après le décès de son mari, Ioana Celebidachi est sans cesse encouragée par des amis à écrire ses souvenirs et les incroyables histoires qu’elle a vécues aux côtés de Sergiu Celibidache. "Je finis par céder à ces instances : un beau jour je m’installai à mon bureau et, d’humeur sombre, je commençai à écrire. Et voilà qu’après peu de temps, je me surpris à (...)

  • Klaus Lang : Celibidache und Furtwängler

    Der große philharmonische Konflikt in der Berliner Nachkriegszeit

    Patrick Lang
    Celibidachiana II : Dokumente und Zeugnisse, Band 2
    Eine Edition der Sergiu Celibidache Stiftung
    Herausgegeben von Patrick Lang und Mark Mast
    La correspondance entre Wilhelm Furtwängler et Sergiu Celibidache, publiée pour la première fois en intégralité.
    Printemps 1945. La Seconde Guerre mondiale est finie, mais la vie musicale continue dans Berlin en ruines. Furtwängler est interdit de direction par les Alliés, Leo Borchard prend la tête de l’Orchestre Philharmonique de Berlin. La balle perdue (...)

  • Qu’est-ce que l’argent ?

    Patrick Lang
    S’interroger sur l’argent, c’est se demander, d’une part, ce qui fait sa valeur : pourquoi cette simple pièce de métal ou ce billet imprimé peuvent-ils être échangés contre une certaine quantité d’objets de plus ou moins bonne qualité ? La valeur de l’argent est-elle objective (indexée au cours de la rareté du métal en question, par exemple) ou subjective ? Mais s’interroger sur l’argent, c’est aussi questionner le rapport que nous entretenons avec lui : est-il ce qui nous rend plus libres ou ce qui, au (...)

1 | 2 | 3


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons