• IFAC

Accueil  Publications  Husserl. La science des phénomènes

sous la direction d’Antoine Grandjean et Laurent Perreau

Husserl. La science des phénomènes

CNRS Éditions, 2012

lundi 27 août 2012, Antoine Grandjean, Patrick Lang


Edmund Husserl (1859-1938) a fondé une discipline nouvelle, la phénoménologie. Celle-ci développe une analyse descriptive des actes de la conscience intentionnelle (perception, imagination, souvenir, conscience d’autrui, etc.).

Avec le premier livre des Idées directrices pour une phénoménologie pure et une philosophie phénoménologique (1913), Husserl définit la phénoménologie transcendantale comme « science des “phénomènes” ». Il expose la méthodologie de la pratique phénoménologique et conçoit un ambitieux programme de recherche : la description des actes de conscience doit permettre de révéler les structures essentielles de la subjectivité transcendantale. Ce faisant, Husserl ne crée pas seulement une nouvelle discipline philosophique. Il ouvre aussi la voie à une ambitieuse « refondation » des sciences empiriques et réaffirme la nécessité d’un certain rationalisme, tout à la fois théorique et éthique.

Les essais rassemblés dans ce volume explicitent et interrogent ce projet d’une « science des phénomènes », en privilégiant l’examen des paragraphes relatifs au thème ou à la question abordés. En ce sens, le volume livre un commentaire de cette œuvre majeure et constitue en même temps une introduction à l’œuvre de Husserl dans son ensemble, ainsi qu’à la phénoménologie comme telle.

titre documents joints




À propos de l'auteur :

Maître de conférences (Philosophie allemande)
Directeur du département de philosophie de l’université de Nantes.


Courrier électronique : Antoine Grandjean


Du même auteur :
  • Sous la direction d’Antoine Grandjean

    Kant et les empirismes

    Paris, Classiques Garnier, 2017

    Antoine Grandjean
    Kant n’a pas seulement été réveillé de son sommeil dogmatique par la lecture d’un philosophe empiriste. L’éveil critique engage un constant débat avec le « problème empirisme », dont les termes travaillent de l’intérieur la philosophie kantienne, en même temps qu’il la convoque à s’établir pour partie sur son terrain.
    Cet ouvrage entend prendre la mesure du rapport aussi riche que complexe que le criticisme entretient avec l’empirisme. Ce faisant, il veut contribuer à requalifier ce dernier, qui, aux yeux de (...)

  • Antoine Grandjean

    La Philosophie de Kant

    Paris, Vrin, 2016

    Antoine Grandjean
    La philosophie est une connaissance rationnelle hautement technique, mais elle concerne ce qui nécessairement intéresse tout le monde. Elle consiste dans l’articulation systématique de trois questions : « Que puis-je savoir ? », « Que dois-je faire ? », « Que m’est-il permis d’espérer ? ». Toutes questions que récapitule cette dernière : « Qu’est-ce que l’homme ? ».
    On rappelle quelle fut la vie de Kant, dont il est devenu d’usage de croire qu’il n’en eut pas. On explicite les grands moments de la philosophie (...)

  • Matérialisme et nécessitarisme au XVIIIe siècle

    La conséquence matérialiste

    Revue Dix-huitième Siècle, 26, 2014

    Angélique Thébert, Antoine Grandjean, Pascal Taranto
    Le numéro 46 (2014) de la revue Dix-huitième Siècle contient un dossier coordonné par Antoine Grandjean et Pascal Taranto, intitulé « La conséquence matérialiste ».
    Consacré au rapport entre nécessitarisme et matérialisme au XVIIIe siècle, il rassemble 7 contributions :
    Matteo Favaretti-Camposampiero : « La chaîne des causes naturelles. Matérialisme et fatalisme chez Leibniz, Wolff et leurs adversaires »
    Éleonore Le Jallé : « La réception humienne du nécessitarisme de Hobbes »
    Angélique Thébert : "David (...)

  • Kant, Les Progrès de la métaphysique

    traduction, présentation et notes par Antoine Grandjean

    Antoine Grandjean
    « Quels sont les progrès réels de la métaphysique en Allemagne depuis le temps de Leibniz et de Wolff ? »
    La réponse historique que Kant donne à cette question posée par l’Académie de Berlin est lapidaire : que l’on étende le problème à tous les temps et tous les pays, et l’on devra répondre que la métaphysique n’a jamais fait de progrès. Elle n’a connu qu’une stagnation conflictuelle dans le néant, jusqu’à ce saut qui la conduisit du rien à l’achèvement, et qui coïncide avec le geste critique.
    Mais Kant donne (...)

  • Sous la direction d’Antoine Grandjean et de Florent Guénard

    Le ressentiment, passion sociale

    Rennes, Presses Universitaires de Rennes, collection « Philosophica », 2012

    Antoine Grandjean, Florent Guénard, Pascal Taranto, Patrick Lang
    Le ressentiment n’a pas bonne presse : « passion irrationnelle », « expression de l’impuissance », « envie déguisée » – les termes ne manquent pas dans l’histoire de la pensée pour disqualifier ce qui est apparu, au mieux, comme le sentiment d’un malaise, au pire comme un désir de vengeance rentrée des classes populaires à l’encontre des élites. Trois caractéristiques du ressentiment sont alors généralement mises en évidence. D’abord, on souligne que c’est une passion spécifiquement moderne, qui (...)

  • Antoine Grandjean

    Le Piège du solipsisme, ou de l’absence du monde

    Livre électronique ( 37 p.)

    Antoine Grandjean
    Êtes-vous vraiment certain(e) que le texte que vous lisez existe en dehors de la représentation que vous vous en faites ? Êtes-vous absolument sûr(e) que votre voisin n’est pas un simple produit de votre imagination ? Et la chaise sur laquelle il vous semble être assis(e) ? Et celui qui prétend qu’il va vous entretenir du « solipsisme » ?
    On montre ici quels présupposés ont conduit un certain nombre de philosophes à tenir ce doute, si manifestement anti-naturel, pour une attitude théorique au moins (...)

  • Voudriez-vous revivre ?

    Editions M-editer, mars 2011

    Antoine Grandjean
    Voudriez-vous revivre ? Pour la tradition philosophique, cette question est le lieu d’une évaluation immanente de la vie, qui n’est jamais possible autrement que dans sa confrontation à sa propre suspension. Les philosophes divergent quant au sens de la réponse : un Non, par exemple, peut accuser la vie, comme dire la satisfaction de celui qui n’entend pas recommencer ce qui fut bien mené. Après avoir passé en revue certaines occurrences historiques du motif (de Cicéron à Nietzsche, en passant par (...)

  • Théodicées

    Antoine Grandjean, Blaise Benoit, Dominique Doucet, Pascal Taranto
    Ouvrage collectif consacré à l’histoire de la « théodicée », envisagée comme un régime de discours dont la spécificité engage peut-être celle du traitement que la métaphysique réserve à la question du mal.
    Il s’inscrit dans la continuité des « 2e Journées de La Baule » organisées par le département de philosophie en 2007.
    Cet ouvrage contribue à tirer au clair la spécificité formelle et la signification philosophique d’un motif discursif dont l’identité nominale (un néologisme), la quasi absence d’explication par (...)

1 | 2


À propos de l'auteur :

Maître de conférences en philosophie et musique.
Spécialités : le concept de valeur dans l’éthique, l’économie, la sociologie ; phénoménologie allemande et française ; phénoménologie de la musique.


Courrier électronique : Patrick Lang


Du même auteur :
  • Traduits, préfacés et annotés par Patrick Lang

    Max Scheler : Trois essais sur l’esprit du capitalisme

    Nantes, Éditions Nouvelles Cécile Defaut

    Patrick Lang
    Les textes critiques de Max Scheler sur le capitalisme, rédigés au printemps 1914 (avant le début de la Première Guerre mondiale) et inédits en français, occupent une place de premier ordre parmi les études concernant la genèse et la spécificité historiques du capitalisme. Dans le débat inauguré vers 1900 entre sociologues, historiens et économistes à propos des sources religieuses de l’« esprit du capitalisme », Scheler élabore une position aussi originale que méconnue. Dans un dialogue fécond avec les (...)

  • Sous la direction de Gabriel Mahéo et Emmanuel Housset

    Max Scheler. Éthique et phénoménologie

    Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection « Philosophica », 2015

    Patrick Lang
    La pensée de Max Scheler (1874-1928) a un destin paradoxal : reconnu de son vivant comme un philosophe essentiel, notamment par Heidegger qui voyait en lui « la force philosophique la plus vive » de son temps, figure majeure de la phénoménologie, du personnalisme et de l’anthropologie philosophique, son œuvre monumentale est aujourd’hui passée sous silence, alors même que son influence et sa portée n’ont jamais cessé d’être reconnues.
    La force et l’originalité de cette pensée résident tout d’abord dans (...)

  • Érotisme – Revue 303

    N°131

    Pascal Taranto, Patrick Lang
    Numéro coordonné par Pascal Taranto, avec notamment des contributions de Pascal Taranto, Patrick Lang et de Gabrielle Marion Ledru (étudiante en M2).
    Présentation du numéro :
    Notre civilisation et notre technologie ont exacerbé le désir de tout voir, de tout entendre, de tout posséder : les caméras, les grandes oreilles, les petites boutiques du désir consumériste sont partout. Cette hystérie de la transparence, loin de laisser au désir le jeu des voiles et dévoilements qui toujours le suscite et (...)

  • Edited by B. Fantini, D. Martín Moruno, J. Moscoso

    On Resentment : Past and Present

    Cambridge Scholars Publishing, 2013

    Patrick Lang
    Resentment has a history. Paintings such as Géricault’s Le Radeau de La Méduse, nineteenth-century women’s manifestos and WWI war photographs provide but a few examples to retrace the changing physiognomy of this emotion from the second half of the eighteenth century up to our contemporary society. The essays in this collection attempt to shed light on the historical evolution of this affective experience adopting the French Revolution as a « gravitational force », namely as a moment in which (...)

  • Sous la direction de Véronique Verdier

    Robert Misrahi : Pour une éthique de la joie

    Actes du colloque de Cerisy (juin 2012)

    Patrick Lang
    Ce livre rassemble les Actes du colloque qui s’est tenu au Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle du 9 au 16 juin 2012.
    Ce colloque a permis de parcourir un itinéraire dans l’ensemble de l’oeuvre de Robert Misrahi. Des philosophes ont d’abord exposé les grands axes de sa pensée, des spécialistes d’autres disciplines ont ensuite montré que cette pensée avait essaimé dans de nombreux champs de pratiques : psychanalytique, bioéthique, coopérative, poétique, artistique, monde de l’entreprise, de (...)

  • Centenaire de la naissance de Sergiu Celibidache (1912-1996)

    Sergiu Celibidache : Gedichte und Erzählungen

    Texte aus dem Nachlass

    Patrick Lang
    Celibidachiana I : Werke und Schriften, Band 2
    Eine Edition der Sergiu Celibidache Stiftung
    herausgegeben von Patrick Lang und Mark Mast
    C’est par ce recueil d’ébauches « littéraires » que commence, en cette année du centenaire de la naissance de Sergiu Celibidache, l’édition soigneuse de son legs manuscrit. L’activité créatrice du chef d’orchestre dans le domaine littéraire (en sa langue maternelle et en deux langues étrangères au moins) est repérable jusque dans les années 1950, voire en deçà. Poèmes (...)

  • Centenaire de la naissance de Sergiu Celibidache (1912-1996)

    Klaus Lang : Celibidache et Furtwängler

    Le Philharmonique de Berlin dans la tourmente de l’après-guerre

    Patrick Lang
    traduit de l’allemand par Hélène Boisson
    Révision de Patrick Lang
    Berlin, 1945 : la guerre est finie, mais dans les ruines de la ville, la vie musicale continue. Frappé d’interdiction par les puissances alliées, Furtwängler cesse de diriger, et Leo Borchard reprend les rênes de l’Orchestre Philharmonique, avant d’être tué d’une balle perdue. Un étudiant roumain âgé de trente-trois ans le remplace au pied levé : Sergiu Celibidache. Dès sa première saison à Berlin, il ne dirige pas moins de cent huit (...)

  • Sous la direction d’Antoine Grandjean et de Florent Guénard

    Le ressentiment, passion sociale

    Rennes, Presses Universitaires de Rennes, collection « Philosophica », 2012

    Antoine Grandjean, Florent Guénard, Pascal Taranto, Patrick Lang
    Le ressentiment n’a pas bonne presse : « passion irrationnelle », « expression de l’impuissance », « envie déguisée » – les termes ne manquent pas dans l’histoire de la pensée pour disqualifier ce qui est apparu, au mieux, comme le sentiment d’un malaise, au pire comme un désir de vengeance rentrée des classes populaires à l’encontre des élites. Trois caractéristiques du ressentiment sont alors généralement mises en évidence. D’abord, on souligne que c’est une passion spécifiquement moderne, qui (...)

1 | 2 | 3


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons