• IFAC

Accueil  Publications  Le ressentiment, passion sociale

Sous la direction d’Antoine Grandjean et de Florent Guénard

Le ressentiment, passion sociale

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, collection « Philosophica », 2012

mercredi 13 juin 2012, Antoine Grandjean , Florent Guénard , Pascal Taranto , Patrick Lang


Le ressentiment n’a pas bonne presse : « passion irrationnelle », « expression de l’impuissance », « envie déguisée » – les termes ne manquent pas dans l’histoire de la pensée pour disqualifier ce qui est apparu, au mieux, comme le sentiment d’un malaise, au pire comme un désir de vengeance rentrée des classes populaires à l’encontre des élites. Trois caractéristiques du ressentiment sont alors généralement mises en évidence. D’abord, on souligne que c’est une passion spécifiquement moderne, qui n’est théorisée qu’au xixe siècle parce qu’elle ne prospère pleinement que dans les sociétés de masse. Ensuite, on montre que c’est une tradition de pensée spécifique (Nietzsche puis Scheler) qui en a définitivement fixé le sens, la comprenant comme l’émotion des faibles incapables d’affirmer leur hostilité à l’encontre de ceux qui les dominent. On précise enfin que le ressentiment conduit à une subversion des valeurs morales, et qu’il gît au creux des passions politiques d’apparence émancipatrice : la vérité de la volonté d’égalité ou de justice serait une rancune honteuse.

C’est à montrer les limites de cette interprétation que cet ouvrage est consacré. Il veut montrer que le ressentiment a une histoire, et que si l’on veut identifier la spécificité de ses manifestations contemporaines, il faut les mesurer à la manière dont la philosophie ancienne et la pensée classique ont thématisé les affects approchants. Il entend également construire une critique des interprétations traditionnelles, en montrant comment celles- ci ont tendu à simplifier la pensée nietzschéenne, et ce pour restituer à cette passion son éminente complexité. Il souhaite enfin organiser une analyse du dynamisme dont le ressentiment est l’expression, en mettant à profit la richesse que signifie en la matière une approche pluridisciplinaire. Car cette passion, loin d’être seulement cette manifestation de l’impuissance à laquelle on a voulu la réduire, est réaction émotionnelle face à l’inachèvement de l’égalité dont nos sociétés démocratiques sont pourtant la promesse.

Le ressentiment est création de valeurs, attention à la réciprocité, attachement à la justice. C’est une passion sociale qui exprime la puissance de l’affect dans la vie politique ; c’est plus encore l’une des formes, certes potentiellement pathologique, de l’élément affectif dont nos idéaux de liberté et d’égalité ont un irréductible besoin.

Avec les contributions de Magali Bessone, Michèle Bompard-Porte, Frédéric Brahami, Nicolas Duvoux, Antoine Grandjean, Florent Guénard, François Jarrige, Isabelle Koch, Patrick Lang, Pascal Sévérac, Pascal Taranto

Résumés des contributions

Première Partie. La tradition en question

A. Grandjean (Université de Nantes), Nietzsche et le « génie » du ressentiment

Alors qu’il est d’usage de réduire le ressentiment tel que Nietzsche le thématise à la traduction affective d’une foncière impuissance à agir, on montre qu’il ouvre, selon Nietzsche même, à un type de puissance effective et efficiente, et ce en vertu de sa créativité axiologique radicale, dont on analyse l’horizon politique qu’elle projette, avant de souligner le fort potentiel énergétique qu’elle recèle.

P. Lang (Université de Nantes), La subversion des valeurs par l’ordre bourgeois. L’efficacité sociale du ressentiment selon Max Scheler

Les valeurs constituent un ordre hiérarchisé dont l’appréhension est perturbée par le ressentiment, qui place illusoirement la valeur de l’utile au-dessus des autres. Ce « poison » psychique, produisant les structures sociales favorables à sa propagation, s’accumule dans les sociétés qui combinent l’égalité des droits à l’inégalité de fait, et se trouve à la racine de l’« esprit capitaliste ». Toutefois, selon Scheler, le sentiment des valeurs est en premier lieu conditionné par des tempéraments héréditaires, ce qui relativise l’efficacité sociale du ressentiment.

F. Brahami (Université de Franche-Comté), Haine, envie, vengeance, et tous ces mots qui composent le vrai dictionnaire des révolutions

Parce qu’elle marque l’entrée sur la scène politique du peuple réel, et parce qu’elle s’est accompagnée de violences que ses contemporains jugèrent inouïes, la Révolution française est un lieu privilégié pour observer le ressentiment. Ressentiment que les adversaires, aux prises, se renvoient comme une insulte, et conçoivent comme la motivation profonde et inavouable des décisions politiques de leurs ennemis. Le ressentiment, c’est toujours celui des autres, raison pour laquelle il est si difficile de l’objectiver. L’analyse des positions de Rivarol sur le peuple en révolution témoigne de cette ambiguïté

F. Jarrige (Université de Bourgogne), Ressentiment, révoltes et histoire

Dans la foulée de l’intérêt croissant pour la question des émotions, les historiens ont commencé à s’emparer du terme de « ressentiment ». Deux types de travaux recourent à cette catégorie : l’histoire sociale des mouvements protestataires et les grandes synthèses consacrées aux idéologies modernes. Mais l’usage de cette notion reste dans l’ensemble assez flou. À partir d’une réflexion sur l’émergence du mot à l’ère des révolutions d’une part, et d’une étude de cas autour des soulèvements populaires contre la mécanisation de l’autre, nous tenterons de discuter les usages historiens de ce concept moral. L’étude des ressentiments nous confronte en effet à une difficulté permanente de l’écriture historique, celle de restituer et d’expliquer le devenir des sentiments individuels et collectifs. L’objet se dérobe et pour sortir des discours trop simplistes ou des postures dénonciatrices, l’historien doit accumuler les indices, les signes, les traces, et recomposer les multiples fils qui relient les acteurs les uns aux autres.

Deuxième Partie. L’ancien et Le nouveau

I. Koch (Aix-Marseille Université), Figures du ressentiment dans quelques anthropolo- gies anciennes : de la singularité affective du thumos à la pathologie ordinaire de la colère

L’analyse du concept de ressentiment part ici de la façon dont les philosophes de l’Antiquité ont distingué, parmi les passions, celles qui relèvent du thumos, où les affects de colère et de ressentiment articulent le sentiment d’injustice et le désir d’égalité, le mépris et l’estime de soi, l’offense et la reconnaissance sociale. Cette étude explore cette articulation chez Aristote, en corrélation avec une certaine conception de la justice, puis sa déconstruction dans le Stoïcisme, au profit d’un traitement rationnel, législatif et « froid » du problème de l’injustice.

P. Séverac (Université Paris-Est Créteil), Figures du ressentiment à l’âge classique (Leibniz, Pascal, Spinoza)

Au xviie siècle, le ressentiment n’est pas toujours une passion négative : il est le retentissement en soi d’un bien ou d’un mal causés par autrui, et le retour affectif à son égard (gratitude ou désir de vengeance). Quand il est vengeur, le ressentiment mêle blessure d’amour-propre et délectation d’imagination. Il enveloppe alors une force, politique, de destruction et de recomposition des rapports sociaux – pour le pire plutôt que le meilleur.

P. Taranto (Université de Nantes), Vengeance et appel au ciel dans le jusnaturalisme révolutionnaire de Locke

Le ressentiment apparaît chez Locke sous la double figure de la colère qui dure et de la vengeance du peuple. Il est donc soumis à une analyse double et divergente : d’un point de vue moral, religieux, et éducatif, la colère est vigoureusement condamnée comme exemplaire des passions pléonectiques. Mais du point de vue politique, le peuple en colère acquiert le droit légitime de se rebeller et de venger sa liberté menacée. La théorie politique de Locke semble ainsi exiger la notion, d’emblée problématique, d’un « Peuple rationnel », tel qu’il donne sens à la vieille devise des Whigs, reprise de Cicéron : Salus Populi suprema lex.

M. Bompard-Porte (Université de Bretagne Occidentale), Figures du ressentiment. Un point de vue psychanalytique

L’étymologie de « ressentiment » et la comparaison avec l’allemand mettent au jour l’ambiguïté et la richesse du terme. Elles sont mieux élucidées grâce à trois occurrences dues à Montaigne. On explicite alors trois modes du ressentiment, correspondant aux trois emplois de Montaigne et à trois moments de la morphogenèse psychique : deux modes infantiles, l’un narcissique, l’autre sadique anal, et un mode adulte, rarement pris en compte, où le ressentiment s’avère un partage élaboré entre semblables.

Troisième Partie. Le travail des institutions

F. Guénard (Université de Nantes), Ressentiment, envie et sens de la justice (Honneth, Rawls)

Comment lutter contre les inégalités sans éveiller des passions de ressentiment qui finissent par étouffer toute volonté de justice sociale ? Les théories post-socialistes de la justice, qu’elles visent la redistribution ou la reconnaissance, sont confrontées à une telle difficulté. Elles ne parviennent cependant à la contourner qu’en faisant du désir d’égalité un ressort subordonné dans les luttes politiques.

M. Bessone (Université Rennes 1), Ressentiment et sentiment d’injustice : quels enjeux pour la justice pénale ?

Dans ce texte, on se propose de réfléchir à la place du ressentiment dans nos convictions morales bien pesées sur la justice pénale : quel rôle joue-t-il comme sentiment moral dans la légitimation de la justice pénale comme institution et dans la justification de la distribution de peines particulières ? Si le ressentiment est une émotion fondatrice de nos attentes vis-à-vis de la justice pénale, son rôle ne peut être saisi dans une approche exclusivement conséquentialiste ou exclusivement rétributiviste de la justice pénale : le ressentiment est une source morale de la justice pénale mais cette dernière a pour essence de le transformer en indignation.

N. Duvoux (Université Paris Descartes), Le ressentiment, passion de l’assistance ?

Cet article montre que le ressentiment se développe dans un contexte social et institutionnel particulier. Le ressentiment vécu par différentes strates de la population française est analysé en relation avec les transformations récentes de l’État social. L’étude de celles-ci sert à illustrer une dynamique plus générale de recomposition de la conflictualité sociale dans les sociétés contemporaines à partir d’une analyse des affects. Il en ressort que le ressentiment a toujours partie liée avec la réalité et la représentation des rapports sociaux.




À propos de l'auteur :

Maître de conférences. HDR. Philosophie morale et politique. Philosophie du XVIIIe siècle. Directeur de la rédaction de la revue La vie des idées.

Aujourd’hui : maître de conférences à l’Ecole Normale Supérieure (Paris)


Courrier électronique : Florent Guénard


Du même auteur :
  • Revue Philosophie

    Désir d’égalité et envie

    Les passions démocratiques dans De la Démocratie en Amérique de Tocqueville

    Florent Guénard
    Pour Tocqueville, il existe deux manières d’aimer l’égalité, ce qu’il précise dès le troisième chapitre du premier volume : « Il y a [...] une passion mâle et légitime pour l’égalité qui excite les hommes à vouloir être tous forts et estimés. Cette passion tend à élever les petits au rang des grands ; mais il se rencontre aussi dans le cœur humain un goût dépravé pour l’égalité, qui porte les faibles à vouloir attirer les forts à leur niveau, et qui réduit les hommes à préférer (...)

  • La Religion, la Liberté, la Justice

    Un commentaire des Lettres écrites de la Montagne de Jean-Jacques Rousseau

    Florent Guénard
    La publication de l’Emile et du Contrat social a dressé les autorités de l’Europe entière contre Rousseau. A Genève, les deux ouvrages - condamnés comme « tendant à détruire la religion chrétienne et tous les gouvernements » - sont brûlés le 18 juin 1762. Rousseau abdique sa citoyenneté pour protester contre le traitement qui lui a été infligé. Les Citoyens et Bourgeois portent alors des « représentations » au Petit Conseil qui riposte par la plume de Jean-Robert Tronchin : ce sont les Lettres de la (...)

  • La liberté et l’ordre public : Diderot et la bonté des lois

    Florent Guénard
    Pour Diderot, il est illusoire de croire que l’on peut rationaliser le droit pénal, comme Beccaria le suggère, et proportionner les peines aux délits selon une échelle nécessaire. L’arbitraire du juge est pour Diderot moins un obstacle pour la justice qu’une condition de possiblité. Cette critique adressée au juriste italien semble pourtant ne pas s’accorder avec le rôle qu’il attribue au législateur : élaborer un code de lois pleinement rationnel, qui fasse abstraction de la diversité des coutumes (...)

  • La question de l’éducation naturelle dans l’Émile

    Florent Guénard
    Dans l’Émile, Rousseau prend pour objet ce que la philosophie de son temps a délaissé, « la première de toutes les utilités qui est l’art de former des hommes ». Mais pour bien former les hommes, il faut les connaître : l’éducation ne se sépare pas de l’anthropologie, l’Émile, comme le souligne Rousseau dans sa Lettre à Ch. De Beaumont, est bien une « Théorie de l’homme ».
    Lire la suite de l’article dans le document ci-joint.
    Article publié dans Skepsis, Paris, Delagrave, 2004, p. (...)

  • Rousseau et le travail de la convenance

    Florent Guénard
    L’idée de convenance désigne chez Rousseau une relation immanente qui émerge des termes en rapport, sans être imposée par une instance extérieure ou supérieure. Elle détermine un ordre naturel, sans cesse opposé par Rousseau aux ordres factices que la civilisation construit : normes sociales artificielles où la conformité des usages l’emporte sur la singularité des individus, devoirs uniformes qui ne tiennent pas compte des situations morales, lois inapplicables parce que non accordées aux mœurs, (...)

  • Rousseau

    Florent Guénard
    Rousseau s’est opposé radicalement à la philosophie et à la science politique de son temps. Il n’a cessé de revendiquer une telle radicalité et a lui-même désigné le point où elle s’est fixée : il ne s’est pas contenté, contrairement à ses prédécesseurs et à ses contemporains, de décrire le mal, il s’est efforcé d’en rendre raison, en montrant que tout tient à la politique, que « tous les vices n’appartiennent pas tant à l’homme qu’à l’homme mal gouverné ». Si les moralistes se sont bornés à énumérer les vices (...)

1 | 2 | 3


À propos de l'auteur :

Professeur (Philosophie moderne et contemporaine)
Université de Lille


Courrier électronique : Antoine Grandjean


Du même auteur :
  • Critique et réflexion

    Essai sur le discours kantien

    Antoine Grandjean
    Heidegger opposait à la « barbarie » contemporaine l’exemplarité du style philosophique kantien. Mais les grands postkantiens le jugeaient plutôt exemplairement barbare, parce que non thématisé, impropre, et même autocontradictoire. L’ouvrage prend au sérieux ce verdict, pour mieux l’inverser. Il identifie le statut de la connaissance critique, élucide les procédures de validation qu’elle convoque et montre que référer les thèses kantiennes au régime de discours qui les établit permet de prendre la mesure (...)

  • Sur l’échec de tout essai philosophique en matière de théodicée

    Antoine Grandjean
    Est mal ce qui devrait ne pas être. Comment un discours philosophique qui entend montrer que le réel est rationnel pourrait-il s’en accommoder ? La métaphysique classique entreprend alors de justifier le monde et son Créateur, en établissant que ce qui fait scandale n’est une objection qu’apparente : au tribunal de la raison métaphysicienne, la plainte juridique contre Dieu nourrie par la plainte existentielle est toujours déboutée. Kant fait justice de ce procès, en le soumettant lui-même au tribunal (...)

  • Analytique du beau

    Antoine Grandjean
    Pourquoi disons-nous de cette rose qu’elle est belle, et non qu’elle nous est agréable, qu’elle est parfaite, ou qu’elle est vraie ? Et pourquoi, parlant d’une « belle rose », entendons-nous précisément dire autre chose que lorsque nous évoquons une « rose agréable », une « rose parfaite », ou encore une « vraie rose » ? La récurrence du terme de « beauté » dans nos discours se double d’une résistance envers toute substitution par un synonyme. Poser que ce fait têtu n’est pas infondé, c’est tenter de rendre (...)

1 | 2


À propos de l'auteur :

Directeur du département de philosophie.
Maître de conférences en philosophie et musique.
Spécialités : le concept de valeur dans l’éthique, l’économie, la sociologie ; phénoménologie allemande et française ; phénoménologie de la musique.


Courrier électronique : Patrick Lang


Du même auteur :
  • Edmund Husserl : Leçons sur l’éthique et la théorie de la valeur 1908-1914

    Patrick Lang
    Traduction française, introduction, notes et glossaire par Ph. Ducat, P. Lang et C. Lobo.
    Husserl est principalement connu en France pour ses recherches fondamentales en logique et théorie de la connaissance. Les traductions françaises de ces textes ont été si nombreuses qu’on a pu se croire autorisé à tenir les quelques développements relatifs à l’éthique qui y figuraient pour de malencontreuses incursions, portant la marque d’un intellectualisme et d’un logicisme inappropriés en cette matière. (...)

  • Klaus Weiler : Celibidache - Musiker und Philosoph

    Eine Annäherung

    Patrick Lang
    Celibidachiana II : Zeugnisse und Dokumente, Band 1
    Eine Edition der Sergiu Celibidache Stiftung
    herausgegeben von Patrick Lang und Mark Mast
    L’ascension de Sergiu Celibidache (1912-1996) commence le 29 août 1945, lorsqu’il dirige l’Orchestre Philharmonique de Berlin dans son premier concert public d’après-guerre en faisant sensation. Son évolution artistique ultérieure, les « années de pèlerinage » après 1955 sont décrites au même titre que la période munichoise : à partir de 1979, Celibidache conduit (...)

  • Sergiu Celibidache : Über musikalische Phänomenologie

    Ein Vortrag und weitere Materialien

    Patrick Lang
    Celibidachiana I : Werke und Schriften, Band 1
    Eine Edition der Sergiu Celibidache Stiftung
    herausgegeben von Patrick Lang und Mark Mast
    L’un des très rares textes théoriques publiés du vivant de Celibidache avec son accord. Il s’agit de la transcription d’une conférence donnée en 1985 à l’invitation de la Beethoven-Gesellschaft de Munich, accompagnée des autres communications et de la discussion publique qui suivit. Pour cette réédition, Patrick Lang a soumis le texte à une révision méticuleuse, (...)

1 | 2 | 3


À propos de l'auteur :

Histoire de la philosophie anglaise (Locke, Hume, Berkeley, Toland, Collins).

Aujourd’hui : Professeur des universités (Université Aix-Marseile).


Courrier électronique : Pascal Taranto


Du même auteur :
  • Essai philosophique concernant l’entendement humain

    « De l’enthousiasme » - Livre IV, chapitre XIX

    Pascal Taranto
    Le fanatique religieux est le plus vieil ennemi du philosophe. Jamais il ne doute, jamais il ne cherche, jamais il ne pense : il sait, car il est élu de Dieu. La certitude dont il se vante va de pair avec sa prétention à l’imposer à tous : le dogmatisme sectaire est père de toutes les terreurs. On présente ici un moment aigu de cette lutte éternelle entre la raison raisonnable et la foi devenue folle. La question de l’enthousiasme, qui permet d’aborder sans détour celle des fondements de la foi et (...)

1 | 2


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons