• IFAC

Accueil  Textes en ligne  Aquinas and the Will to Believe

Aquinas and the Will to Believe

dimanche 9 septembre 2012, Cyrille Michon


I want to discuss the idea that faith is voluntary. This is a traditional teaching, at least in the catholic tradition that I know better. Many things can be meant by such a general statement, but one privileged interpretation, offered by Thomas Aquinas, has received a very large welcome, and is given as an expression of the Magisterium in the recent Catechism of the Catholic Church. There, Aquinas is quoted for this quasi-definition of the act of faith : « Believing is an act of the intellect assenting to the divine truth by command of the will moved by God through grace. » (Ipsum autem credere est actus intellectus assentientis veritati divinae ex imperio voluntatis a Deo motae per gratiam) . The voluntariness of faith is then the voluntariness of the act of believing (credere) the divine revelation. Now, though this sentence is not exactly Aquinas’s definition, nor his main statement about what faith is, it certainly contains what Aquinas thinks is necessary and sufficient for the existence of faith.

Version préliminaire du texte paru dans D. Lukasiewicz & R. Pouivet (eds.) The Right to Believe. Perspectives in Religious Epistemology. Ontos Verlag, Frankfurt, Paris, Lancaster, New Brunswick, 2012

titre documents joints




À propos de l'auteur :

Professeur. Métaphysique, philosophie de la religion, philosophie médiévale.
Directeur de la revue Igitur - Arguments philosophiques


Courrier électronique : Cyrille Michon


Du même auteur :
  • Les pouvoirs de l’esprit

    Cyrille Michon
    « Les pouvoirs de l’esprit » : ce titre ne veut pas introduire à un exposé de parapsychologie, mais plutôt énoncer l’idée que la notion d’esprit est celle d’un ensemble de pouvoirs, de capacités qui se manifestent dans divers comportements. Quand le terme même d’ « esprit » est utilisé de manière triviale, acceptable sans préjugé particulier (touchant sa distinction d’avec la matière, son immortalité, etc.), ou, tout simplement, quand on utilise le vocabulaire psychologique ou mental des attributions de désirs, (...)

  • Traité sur la Prédestination

    Guillaume d’Ockham

    Cyrille Michon
    Dans son Traité sur la prédestination et la prescience divine des futurs contingents Guillaume d’Ockham aborde une question déjà largement disputée, à laquelle il donne une « solution » à la fois traditionnelle et originale. Traditionnelle, parce qu’il défend l’idée d’une compatibilité de la science divine du futur, et même du choix divin des destinées individuelles, avec la liberté de chaque homme. Originale, parce que le principe de sa solution réside dans une distinction de deux sortes de passés : un passé (...)

  • Vincent Descombes. Questions disputées

    Bruno Gnassounou , Cyrille Michon
    L’œuvre et l’influence de Vincent Descombes, un des philosophes les plus importants aujourd’hui, sont reconnues depuis longtemps. Elles touchent aux domaines de la critique littéraire, comme à ceux de la pensée politique et juridique, ainsi qu’à la philosophie analytique de l’esprit et de l’action. Philosophe singulier, Descombes s’attaque à nos embarras intellectuels, non sans parfois en provoquer d’autres : il suscite la discussion. C’est pour y introduire le lecteur que ce livre rassemble une (...)

  • Il nous faut bien un concept de Dieu

    Cyrille Michon
    Nous pensons à Dieu et nous en parlons en faisant usage de divers concepts. Ces concepts sont-ils corrects ? On peut entendre par là deux choses. La première : ces concepts sont-ils cohérents, est-il possible que quelque chose leur corresponde (ou tombe sous eux, ou les satisfasse, etc.) – comme quelque chose peut correspondre au concept de fromage, mais rien au concept de catalogue de tous les catalogues qui ne se mentionnent pas eux-mêmes ? La seconde : ces concepts trouvent-ils une application (...)

  • Prescience et Liberté

    Essai de théologie philosophique

    Cyrille Michon
    Le reniement de saint Pierre pouvait-il ne pas avoir lieu après que Jésus l’eut prédit, étant admis que cette prédiction exprimait la prescience infaillible de Dieu ? Et, dès lors, Pierre pouvait-il encore être libre et responsable de ce reniement ? La question de la compatibilité entre la prescience (divine) et la liberté (humaine) n’est pas nouvelle, et elle n’est pas réglée. Elle donne une figure particulière au problème des « futurs contingents » et constitue une difficulté majeure pour une (...)

  • Le reniement de Pierre

    Le paradoxe de la prophétie et l’idée de théologie philosophique

    Cyrille Michon
    L’annonce du reniement de Pierre par Jésus est la prédiction d’un acte tenu pour libre, puisqu’il sera objet de repentir. La tradition chrétienne y a vu un exemple de manifestation de la prescience divine, aspect de l’omniscience qu’elle a régulièrement attribué à Dieu. L’omniscience devrait donc être entendue – entre autres – comme une omniprescience : tout ce qui arrivera est su par Dieu, à l’égal de tout ce qui est arrivé, arrive, et de tout ce qui est nécessaire et toujours le cas. Le récit de l’annonce (...)

  • Éternité ou commencement de l’univers ?

    L’agnosticisme comme réponse philosophique

    Cyrille Michon
    Un problème empirique, religieux et conceptuel
    La représentation commune de l’univers, en ce début de XXIe siècle, en fait une réalité comme les autres, beaucoup plus grosse, unique en son genre, assurément, mais ayant, comme tout ce que nous connaissons, un certain âge, une certaine durée de vie. L’hypothèse physique généralement admise d’une explosion originaire, le Big Bang, survenu il y a 15 milliards d’années, ou au moins entre 10 et 20 milliards d’années, a largement passé dans le grand public. (...)

  • Thomas d’Aquin et la controverse sur l’Eternité du monde

    Cyrille Michon
    Présentations et traductions sous la direction de Cyrille Michon Textes de Thomas d’Aquin, Bonaventure, Jean Peckham, Boèce de Dacie, Henri de Gand, Guillaume d’Ockham
    La redécouverte d’Aristote par les philosophes du Moyen Âge chrétien les confronte à plusieurs thèses incompatibles avec la révélation biblique, notamment celle d’un Univers éternel et incréé. Renouvelant un débat présent chez les commentateurs antiques d’Aristote, puis chez les penseurs musulmans du XIIe siècle, la controverse qui (...)

1 | 2 | 3 | 4 | 5


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons