• Caphi

La logique et les normes. Hommage à Jean-Louis Gardies.

jeudi 18 décembre 2008, François Schmitz, Jean-Marie Lardic


Jean-Louis Gardies a marqué la philosophie contemporaine par ses importants travaux dans le domaine de la logique et dans celui des normes. Alliant à un respect rigoureux des impératifs du formalisme le souci de faire droit à l’intuition, Jean-Louis Gardies a poursuivi l’analyse des exigences de la pensée juridique aussi bien que celle des modalités ou de la logique du temps. Proposant des solutions éclairantes et souples à la fois à des problèmes qu’il est souvent l’un des premiers à aborder dans toute leur ampleur, il a mis au service d’une entreprise originale une vaste connaissance de l’histoire de la philosophie et des mathématiques à laquelle il a aussi consacré maint ouvrage. Ce volume d’hommage au philosophe nantais disparu en 2004 montre la fécondité de sa pensée dans la plupart des champs d’investigation qu’il a défrichés. De l’héritage de Frege à l’a priori juridique, en passant par le problème du raisonnement par l’absurde, la grammaire ou la pensée mathématique, c’est la même exigence de clarification qui se révèle, au service d’une rationalité souple.

# Broché : 176 pages
# Editeur : Vrin (18 décembre 2008)
# Collection : Rercherches sur la Philosophie et le Langage
# Langue : Français
# ISBN-10 : 2711683915
# ISBN-13 : 978-2711683918

J.-L. Gardies



À propos de l'auteur :

Professeur de philosophie.
Philosophie allemande moderne et
contemporaine.


Courrier électronique : Jean-Marie Lardic


Du même auteur :
  • Hans-Christoph Schmidt am Busch

    La « reconnaissance » comme principe de la Théorie critique

    Traduction sous la direction d’Alain Patrick Olivier et Maiwenn Roudaut

    Alain Patrick Olivier, Jean-Marie Lardic
    La théorie de la reconnaissance constitue aujourd’hui un paradigme essentiel pour les sciences humaines et fait l’objet de multiples métamorphoses et controverses dans la pensée contemporaine, par exemple dans les domaines du droit, de la politique, de l’économie, de la morale, de l’éducation, de l’épistémologie. Le présent ouvrage de Hans-Christoph Schmidt am Busch offre l’exemple d’une réinterprétation active de la théorie envisagée aussi bien en rapport à l’exégèse de la tradition philosophique dont (...)

  • Guillaume Lejeune (Hg.)

    La question de la logique dans l’Idéalisme allemand

    Actes du colloque de Bruxelles, 7-9 avril 2011.

    Jean-Marie Lardic
    L’élaboration par Kant du concept de logique transcendantale renouvelle profondément la façon de concevoir la logique et contribue à susciter la question de la logique telle que Trendelenburg la posera : penser tout à la fois le contenu et la forme en évitant l’écueil du formalisme et l’écueil du dogmatisme. Le but du présent recueil est de montrer comment les enjeux liés à cette mise en question sont débattus tout au long de l’idéalisme allemand. Contre la tendance des logiciens et des (...)

  • Sous la direction d’Alain Patrick Olivier & Elisabeth Weisser-Lohmann

    Kunst – Religion – Politik

    Art – Religion – Politique

    Alain Patrick Olivier, Jean-Marie Lardic
    Le lien qui unit les trois sphères culturelles de l’art, de la religion et de la politique est d’une importance centrale pour la philosophie contemporaine. La problématique ne vient pas seulement du fait que ces sphères se sont constituées de façon autonome pour relever de domaines scientifiques distincts. Elle vise aussi bien un processus de transformation social et historique global où se trouvent mise en cause les modèles hiérarchiques et les systèmes d’orientation issus de la tradition, qui (...)

  • Ouvrage collectif

    L’éthique clinique et les normes

    Sous la direction de Jean-Marie Lardic et Guillaume Durand

    Guillaume Durand, Jean-Marie Lardic
    Dans la médecine occidentale, le patient fut longtemps conçu comme un enfant à sauver, incapable ne serait-ce que de recevoir, de manière raisonnable, le savoir du médecin. Après la Seconde Guerre mondiale, la découverte des expérimentations scientifiques intolérables menées sur l’homme, mais aussi le vent libéral et individualiste des années 60, le progrès des biotechnologies, la démocratisation des savoirs ont favorisé l’émergence d’un nouveau paradigme et d’une nouvelle discipline : la (...)

  • Les lumières de Jürgen Habermas

    Habermas et la motivation de l’éthique

    Revue Lumières n° 19, sous la direction de Tristan Coignard et Maiwenn Roudaut, p. 93-102

    Jean-Marie Lardic
    On trouvera cet article de Jean-Marie Lardic dans le numéro 19 de la revue Lumières consacré à Jürgen Habermas, p. 93-102.
    Présentation du numéro
    Le dialogue avec les Lumières est un fil conducteur dans l’ensemble de la philosophie de Jürgen Habermas et représente selon lui un outil opératoire pour s’opposer aux « nouvelles mythologies » et à une « société anonyme sans sujet ». Si l’on reconnaît encore aujourd’hui que Habermas est resté fidèle au projet d’émancipation des Lumières, historiens comme (...)

  • Sous la direction de Jean- François Kervégan et Bernard Mabille, Avec la collaboration d’Élodie Djordjevic

    La logique actionnelle et la « vraie critique »

    Dans « Hegel au présent. Une relève de la métaphysique », pp. 145-157

    Jean-Marie Lardic
    Présentation du collectif
    Quel rapport Hegel entretient-il avec la métaphysique ? Cette question engage un jugement quant à la nature des convictions fondamentales sur lesquelles repose sa philosophie : alors qu’elle a longtemps été louée (ou vilipendée) en tant que métaphysique spéculative, des approches récentes s’estiment en mesure de contourner ce problème. Les arguments hégéliens semblent alors pouvoir être reconstruits et évalués indépendamment des convictions métaphysiques professées par leur auteur (...)

1 | 2 | 3


À propos de l'auteur :

Professeur de philosophie.
Histoire et philosophie de la logique (Frege, Russell, Wittgenstein, Carnap, Quine, etc.). Empirisme logique (Cercle de Vienne). Théorie de la connaissance. Membre du comité éditorial de la revue Igitur.


Courrier électronique : François Schmitz


Du même auteur :
  • Le Cercle de Vienne

    François Schmitz
    Au début du XXe siècle se déroulèrent deux « révolutions » scientifiques majeures : les théories de la relativité et la « nouvelle logique ». Les philosophes et scientifiques qui se réunirent à Vienne autour de M. Schlick entre 1924 et 1936 (constituant le « Cercle de Vienne ») tirèrent les leçons de ces deux révolutions et élaborèrent en conséquence aussi bien une « théorie de la connaissance » qu’une théorie du langage et une critique radicale de la philosophie traditionnelle. Souvent réduites à quelques (...)

  • Wittgenstein

    François Schmitz
    Ludwig Wittgenstein (1889-1951), génie tourmenté, philosophe des mathématiques, inspirateur du Cercle de Vienne, a contribué au renouvellement de la Logique dans les années 20, à la suite de G. Frege et de B. Russell. Il est considéré comme l’un des pères de la philosophie dite analytique. Wittgenstein tenait la philosophie (spéculative), toujours en quête des « fondements », pour une sorte de maladie provoquée par une mauvaise compréhension de la « logique de notre langage ». Dans son oeuvre, il s’est (...)

  • Frege : du nombre au concept

    François Schmitz
    Ce petit essai cherche à mettre en perspective historique ce que dit Frege dans la note (publiée à titre posthume) qu’il a rédigée à l’intention de l’historien des sciences L. Darmstaedter : « Je suis parti des mathématiques. Il me semblait que dans cette science, la tâche la plus pressante consistait à [lui fournir] un meilleur fondement. Je reconnus bientôt que le nombre n’est pas un tas, une suite de choses, ni une propriété d’un tas, mais que lorsque nous attribuons un nombre sur la base d’un (...)

  • Wittgenstein, la philosophie et les mathématiques

    François Schmitz
    Wittgenstein a consacré aux mathématiques et à la question de leurs fondements de nombreuses « remarques ». Le présent ouvrage à l’ambition d’en faire apparaître l’unité profonde et par là d’en dégager l’importance pour la philosophie, que le style déconcertant de Wittgenstein ne permet pas toujours d’apprécier.
    Wittgenstein ne se propose nullement de fournir une quelconque « philosophie des mathématiques » ; il cherche, tout au contraire, à montrer qu’il est vain de « s’inquiéter » pour elles. En tentant de «  (...)


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons