• IFAC

Accueil  Publications  Articles ou chapitres  Activité physique (...)

Activité physique et exercices spirituels

Essais de philosophie du sport.

lundi 5 janvier 2009, Blaise Benoit , Denis Moreau , Dominique Doucet , Guillaume Durand , Pascal Taranto , Robert Muller


Sous la direction de Denis Moreau et Pascal Taranto.

Si la philosophie veut amener à la clarté du concept la complexité de l’expérience humaine, on peut s’étonner qu’elle se soit si peu, en France du moins, intéressée au sport, alors que la sociologie a depuis longtemps reconnu l’activité sportive, comme une « clé pour la connaissance de la société » (Elias). Le philosophe succomberait-il au préjugé qui lie de manière inversement proportionnelle les capacités ou l’activité physiques d’une part, et d’autre part la puissance intellectuelle ou l’exercice spirituel, au point de mépriser le stade ou de ne le fréquenter que de manière honteuse, voire déguisé en supporter ? Ecartons cette hypothèse. Disons plutôt que le sport, dans les sociétés modernes, a pris une importance telle que son analyse semble vite cantonnée aux voies toutes tracées (assurément légitimes en leur ordre) de la critique anticapitaliste du sport « business », « spectacle », « opium du peuple », etc. Ces onze essais de « philosophie sportive » entendent quant à eux penser le sport non comme l’effet ou le symptôme d’une idéologie et d’un système, mais comme une pratique dont les retentissements proprement intellectuels sont loin d’être négligeables. Une pratique d’abord exercée, et ici pensée, par des auteurs à la fois philosophes et sportifs.

Broché : 246 pages.
Editeur : Vrin (5 janvier 2009).
Collection : Pour Demain.
Langue : Français.
ISBN-10 : 2711621588.
ISBN-13 : 978-2711621583.




À propos de l'auteur :

Professeur.
Histoire de la philosophie classique (notamment Descartes et cartésianisme), philosophie de la religion.


Courrier électronique : Denis Moreau


Du même auteur :
  • Je pense donc je suis

    Denis Moreau
    Un petit ouvrage de « philosophie populaire » sur une des plus célèbres propositions philosophiques
    Je pense donc je suis. Peu d’énoncés philosophiques ont connu une destinée et acquis une célébrité semblables à celles du cogito de Descartes : depuis la parution du Discours de la méthode, il n’est guère de penseur important qui ne se soit senti obligé de donner son avis sur cette affirmation ; et de façon plus frappante encore, le cogito est une des rares – sinon la seule – propositions de philosophie à (...)

  • Malebranche

    Une philosophie de l’expérience

    Denis Moreau
    Une présentation de l’ensemble de la pensée de Malebranche.
    " Quand j’ai donc comparé les sciences entre elles selon mes lumières, les divers avantages ou leur évidence ou de leur utilité, je me suis trouvé dans un embarras étrange. Tantôt la crainte de tomber dans l’erreur donnait la préférence aux sciences exactes, telles que sont l’arithmétique et la géométrie, dont les démonstrations contente admirablement notre saine curiosité. Et tantôt le désir de connaître, non les rapports des idées entre elles, (...)

  • Antoine Arnauld. Textes philosophiques

    Denis Moreau
    L’œuvre considérable d’Antoine Arnauld, dit le Grand Arnauld (1612-1694), a été étudiée de façon très inégale. Son versant théologique (discussions sur la « fréquente communion », défenses intransigeantes d’un augustinisme radical au sujet de la grâce, polémiques avec les Réformés sur l’eucharistie) est depuis longtemps bien connu. Une tradition féconde s’accorde également à reconnaître en Arnauld une ligure majeure de la logique et de la philosophie du langage. On connaît moins, en revanche, Arnauld comme (...)

  • Deux cartésiens

    Denis Moreau
    De 1683 à 1694, Antoine Arnauld et Nicolas Malebranche, anciens « amis » et prêtres que leur intérêt pour Descartes, leur révérence pour Augustin et leur commune inquiétude face au « libertinage » semblaient pourtant destiner à s’entendre, polémiquèrent violemment. En insistant sur l’aspect philosophique de ces débats, cet ouvrage propose la première interprétation d’ensemble de cette célèbre confrontation. Y-a-t-il de sérieuses raisons philosophiques au désaccord entre Arnauld et Malebranche ? Leur (...)

  • Thomas d’Aquin, Somme contre les Gentils, livre IV

    Denis Moreau
    Traduction, introduction et annotation du livre IV de « l’autre » grande Somme thomiste
    La raison et la foi, Aristote et la Bible : la Somme contre les Gentils offre une synthèse unique par l’ampleur de son dessein. Thomas a trente-trois ans quand, pour « accomplir le métier de sage », il entreprend de penser la Révélation en parlant le langage de « la raison naturelle, à laquelle tous sont contraints d’assentir ». Le livre IV expose les vérités connues par la seule Révélation : " Il faut les (...)

  • Descartes, Lettre-préface des Principes de la philosophie

    Denis Moreau
    Edition, introduction et annotation de la Lettre-Préface des Principes de la philosophie de Descartes
    Descartes, le « véritable initiateur de la pensée moderne », celui dont « on ne saurait se représenter dans toute son ampleur l’influence qu’il a exercée sur son époque et sur les temps modernes » (Hegel), a attendu la fin de sa vie pour répondre à la question : qu’est-ce que la philosophie ? Cette attente ne tient pas seulement à des raisons historiques, et constitue peut-être une leçon de philosophie. (...)

1 | 2 | 3 | 4


À propos de l'auteur :

Maître de Conférences HC.
Antiquité tardive, Moyen Age, néoplatonisme, Augustin, Ecole de Chartres et aussi les rapports entre la philosophie et la Science fiction


Courrier électronique : Dominique Doucet


Du même auteur :
  • Augustin

    Dominique Doucet
    "Puis donc que nous sommes hommes, créés à l’image de notre Créateur, lui qui possède la véritable éternité, l’éternelle vérité, l’éternelle et vraie charité, et qu’il est lui-même, sans confusion ni séparation, l’éternelle et la véritable et la bienheureuse Trinité, considérons donc ces êtres au-dessous de nous : ils n’auraient existé d’aucune manière, ne se seraient maintenus dans aucune forme, n’auraient désiré ni gardé aucun ordre, s’ils n’avaient été faits par Celui qui est, qui est sage et qui est bon au (...)

  • Aime et fais ce que tu veux (Saint Augustin)

    Dominique Doucet
    Si souvent l’on se plaint de l’extrême pauvreté du verbe « aimer » en français, en déplorant sa simplicité et en jetant un regard envieux sur les autres langues qui peuvent spécifier chaque qualité de l’amour en un mot, c’est sans doute pour ne pas avoir assez médité sur la richesse que cache cet habit de mendiant. Car l’extrême extension de notre verbe « aimer » manifeste ainsi sa racine essentielle : montrer la perfection de chaque niveau de l’être. Le problème n’est pas dans le verbe lui-même, il n’est (...)

1 | 2


À propos de l'auteur :

Histoire de la philosophie anglaise (Locke, Hume, Berkeley, Toland, Collins).

Aujourd’hui : Professeur des universités (Université Aix-Marseile).


Courrier électronique : Pascal Taranto


Du même auteur :
  • Essai philosophique concernant l’entendement humain

    « De l’enthousiasme » - Livre IV, chapitre XIX

    Pascal Taranto
    Le fanatique religieux est le plus vieil ennemi du philosophe. Jamais il ne doute, jamais il ne cherche, jamais il ne pense : il sait, car il est élu de Dieu. La certitude dont il se vante va de pair avec sa prétention à l’imposer à tous : le dogmatisme sectaire est père de toutes les terreurs. On présente ici un moment aigu de cette lutte éternelle entre la raison raisonnable et la foi devenue folle. La question de l’enthousiasme, qui permet d’aborder sans détour celle des fondements de la foi et (...)

1 | 2


À propos de l'auteur :

Professeur. Philosophie antique. Philosophie morale. Philosophie de la musique.


Courrier électronique : Robert Muller


Du même auteur :
  • Introduits et traduits par R. Muller

    Epictète : Entretiens, Fragments et sentences

    Vrin – Bibliothèque des Textes Philosophiques de Poche

    Robert Muller
    Epictète est connu principalement à travers deux textes, les Entretiens et le Manuel. Ce dernier ouvrage a bénéficié d’une large diffusion, et il est disponible en français dans plusieurs traductions de qualité ; c’est la raison pour laquelle il ne figure pas dans ce volume. Court et maniable, le Manuel ne donne cependant qu’une image incomplète de la pensée et de la personnalité d’Epictète. Les Entretiens au contraire nous offrent toute la diversité des exemples et commentaires par lesquels Epictète (...)

  • Textes clés

    Philosophie de la musique

    Imitation, sens, forme

    Robert Muller
    Sous la direction de Robert Muller et Florence Fabre.
    Présentation
    Depuis l’Antiquité, la plupart des grands noms de notre tradition philosophique ont traité de la musique, lui consacrant parfois des développements importants - d’aucuns furent aussi compositeurs. Parmi les questions posées, celle de l’objet de la musique reste l’une des plus énigmatiques : que la musique dise ou exprime quelque chose a été admis comme une évidence pendant des siècles, mais la nature de ce qu’elle peut ou doit (...)

  • Les Stoïciens : La liberté et l’ordre du monde

    Robert Muller
    « Au petit matin, quand il t’en coûte de te réveiller, aie toute prête cette pensée : c’est pour faire œuvre d’homme que je m’éveille. Serai-je donc encore de méchante humeur si je m’en vais faire ce pour quoi je suis né et en vue de quoi j’ai été mis dans le monde ? Ou bien est-ce pour rester au chaud, couché dans mes couvertures, que j’ai été formé ? - Mais c’est plus agréable ! - Est-ce donc pour le plaisir que tu es né ? Et, d’une manière générale, es-tu fait pour la passivité ou pour l’action ? Ne (...)

  • La doctrine platonicienne de la liberté

    Robert Muller
    Beaucoup répètent depuis Hegel que Platon aurait ignoré la liberté ; tout au plus se serait-il intéressé à son aspect politique, mais, dans ce cas, pour la combattre. Jusqu’à présent, aucune réflexion de fond n’a été engagée sur ce thème. Le présent travail voudrait combler cette lacune, et c’est pourquoi il ne se limite pas aux débats liés à l’interprétation politique de la pensée de Platon, mais tente d’appréhender la notion de liberté au cœur même de la doctrine platonicienne. Constatant que, de fait, Platon (...)


À propos de l'auteur :

Guillaume Durand

Voir en ligne : EthicA

Maître de Conférences.
Bioéthique, éthique médicale et clinique, philosophie de la médecine. Éthique de l’éducation


Courrier électronique : Guillaume Durand


Du même auteur :
  • Des événements aux objets

    La méthode de l’abstraction extensive chez Alfred North Whitehead

    Guillaume Durand
    De 1905 à 1922, l’œuvre d’Alfred North Whitehead a pour but principal de montrer comment les objets fondamentaux de la géométrie, de la physique et de la perception sont abstraits à partir d’un seul et unique type d’entités définies comme les éléments ultimes de l’expérience sensible : les événements. Whitehead développe dès lors la méthode de l’abstraction extensive : un modèle logico-mathématique qui permet d’exprimer ces différents types d’objets dans les termes mêmes des événements et de leurs relations. (...)

  • A. N. Whitehead

    Mode de pensée

    Introduction de G. Durand

    Guillaume Durand
    Modes de pensée (1938) est le point final de l’évolution de Whitehead vers la métaphysique. La philosophie del’organisme élaborée d’abord dans Science and the Modern World (1925) puis la cosmologie monumentale de Process and Reality (1929) répondaient à la volonté de replacer la philosophie de la nature dans un système métaphysique où rien n’est substance et tout est événement. Le présent ouvrag comprend, réparties en quatre parties, neuf conférences données aux États-Unis devant un public étudiant. On y (...)

1 | 2 | 3


À propos de l'auteur :

Agrégé, professeur en classes préparatoires au lycée Clemenceau de Nantes, chargé de cours au Département de Philosophie de l’Université de Nantes.
Docteur de l’Université de Paris-I.


Courrier électronique : Blaise Benoit


Du même auteur :
  • Théodicées

    Antoine Grandjean , Blaise Benoit , Dominique Doucet , Pascal Taranto
    Ouvrage collectif consacré à l’histoire de la « théodicée », envisagée comme un régime de discours dont la spécificité engage peut-être celle du traitement que la métaphysique réserve à la question du mal.
    Il s’inscrit dans la continuité des « 2e Journées de La Baule » organisées par le département de philosophie en 2007.
    Cet ouvrage contribue à tirer au clair la spécificité formelle et la signification philosophique d’un motif discursif dont l’identité nominale (un néologisme), la quasi absence d’explication par (...)


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons