• IFAC

Accueil  Publications  Ne cesse pas de sculpter ta propre (...)

Ne cesse pas de sculpter ta propre statue (Plotin)

jeudi 6 octobre 2005, Dominique Doucet


Cette expérience de la présence de soi à soi vécue sans crispation, de la présence au monde éprouvée sans démesure, de la présence au temps sans ennui ou divertissement, n’est autre que la patience. Vertu souvent oubliée, elle sait faire du pathos, de la souffrance, de la passion, de ce qui est perçu comme une privation d’être, la forme la plus éminente de l’humain. Elle est cet exercice spirituel capable d’endurer aussi bien l’excès que la privation ; elle est ce regard que chaque être en sa particularité, en sa dimension infime, porte sur lui-même, et par lequel il sculpte l’orbe parfait de l’unité de ce centre qui le fait être. Centre unique et mystérieux dont chacun ne perçoit qu’un aspect, et qui est pour lui plénitude.

Poche : 40 pages, Editeur : Pleins Feux (6 octobre 2005), Collection : Variations, Langue : Français, ISBN-10 : 2847290095, ISBN-13 : 978-2847290097




À propos de l'auteur :

Maître de Conférences HC.
Antiquité tardive, Moyen Age, néoplatonisme, Augustin, Ecole de Chartres et aussi les rapports entre la philosophie et la Science fiction


Courrier électronique : Dominique Doucet


Du même auteur :
  • Augustin

    Dominique Doucet
    "Puis donc que nous sommes hommes, créés à l’image de notre Créateur, lui qui possède la véritable éternité, l’éternelle vérité, l’éternelle et vraie charité, et qu’il est lui-même, sans confusion ni séparation, l’éternelle et la véritable et la bienheureuse Trinité, considérons donc ces êtres au-dessous de nous : ils n’auraient existé d’aucune manière, ne se seraient maintenus dans aucune forme, n’auraient désiré ni gardé aucun ordre, s’ils n’avaient été faits par Celui qui est, qui est sage et qui est bon au (...)

  • Aime et fais ce que tu veux (Saint Augustin)

    Dominique Doucet
    Si souvent l’on se plaint de l’extrême pauvreté du verbe « aimer » en français, en déplorant sa simplicité et en jetant un regard envieux sur les autres langues qui peuvent spécifier chaque qualité de l’amour en un mot, c’est sans doute pour ne pas avoir assez médité sur la richesse que cache cet habit de mendiant. Car l’extrême extension de notre verbe « aimer » manifeste ainsi sa racine essentielle : montrer la perfection de chaque niveau de l’être. Le problème n’est pas dans le verbe lui-même, il n’est (...)

1 | 2


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons