• Caphi
Centre Atlantique de Philosophie
Accueil du site  Publications  Articles ou chapitres  S’émouvoir de l’injusti

Aux éditions Classiques Garnier

S’émouvoir de l’injustice. Rawls et le ressentiment

Le Sens de la justice, une « utopie réaliste » ?

jeudi 11 juin 2015, Florent Guénard


Le Sens de la justice, une « utopie réaliste » ? Rawls et ses critiques, ouvrage collectif sous la direction de S. Guérard de la Tour, G. Radica et C. Spector.

Le sens de la justice, selon John Rawls, s’avère indispensable pour qu’une société bien ordonnée soit stable et pour que ses membres en soutiennent les principes politiques fondateurs. Or quelle est la nature de ce sens moral auquel Rawls accorde un rôle crucial dans sa théorie de la justice comme équité ? Le résultat d’une éducation adéquate, l’effet d’institutions justes ? Une hypothèse ad hoc, voire une invention idéologique du libéralisme ? Les contributions de ce volume mettent ces hypothèses à l’épreuve de critiques perfectionnistes, postcoloniales, féministes et égalitaristes. Elles prolongent en outre le dialogue initié par Rawls avec les sciences sociales, en confrontant ses analyses aux découvertes les plus récentes de la psychologie sociale et de la sociologie.

TABLE DES MATIÈRES

Première partie

SENS DE LA JUSTICE ET FORMATION DES SENTIMENTS MORAUX

Céline Spector, « Du fair play au sens de la justice. Généalogie de la morale rawlsienne »

Raïssa Maillard, « Le sens de la justice et la conception de la personne dans la Théorie de la justice de John Rawls »

Kim Sang Ong-Van-Cung, « La culpabilité et le sens de la justice. Rawls et la morale sociale »

Florent Guénard, « S’émouvoir de l’injustice. Rawls et le ressentiment »

Myriam Bankovsky, "Portée et pertinence morale de « l’envie excusable » chez Rawls. Questions critiques"

Deuxième partie

CRITIQUES PHILOSOPHIQUES

Christopher Hamel, « Le sens de la justice dans Libéralisme politique. Une lecture perfectionniste »

Charles Girard, « Sens de la justice et persuasion publique »

Soumaya Mestiri, « Décoloniser la justice globale. Le droit des peuples rawlsien reconsidéré »

Alice Le Goff, "Pluralité des sphères sociales, logiques de la réciprocité et sens de la justice. Une relecture critique de l’hypothèse rawlsienne"

Troisième partie

RAWLS FACE AUX SCIENCES SOCIALES

Michel Forsé, « Les Français et le principe de différence »

Sophie Guérard de Latour, « Sens de la justice et sens communautaire chez Rawls. Une lecture durkheimienne »

Magali Bessone, « Comment répondre à l’injustice raciale avec Rawls ? De la théorie idéale à la théorie non idéale… et retour »

Nicholas Emler, « La psychologie morale rawlsienne à l’épreuve des avancées récentes de la psychologie morale et sociale »

Sophie Richardot, « La « morale de l’autorité ». Relation parents-enfants, position sociale et autonomie morale »

Caroline Guibet Lafaye, "Schémas cognitifs et sentiments moraux en matière de justice sociale et d’inégalités"




À propos de l'auteur :

Maître de conférences. HDR. Philosophie morale et politique. Philosophie du XVIIIe siècle. Directeur de la rédaction de la revue La vie des idées.


Courrier électronique : Florent Guénard


Du même auteur :
  • La Démocratie universelle. Philosophie d’un modèle politique

    Paris, Seuil, septembre 2016

    Florent Guénard
    Comment en est-on venu à penser qu’il suffisait de renverser un régime autoritaire pour que la démocratie s’installe, voire, comme en Irak en 2003, d’envahir un pays pour le libérer ? En quel sens peut-on dire que la démocratie est le « modèle » de régime qui correspond le mieux à certaines aspirations fondamentales de l’humanité ? L’idée d’une diffusion par la force de la démocratie n’est-elle pas une contradiction dans les termes ? Pour répondre à ces questions, Florent Guénard remonte aux présupposés (...)

  • Revue internationale de philosophie, 4/2015

    L’universalisme démocratique selon Walzer

    Numéro dirigé par Justine Lacroix

    Florent Guénard
    Résumé :
    Michael Walzer considère que la philosophie, portée à constituer des propositions universelles, ne parvient pas à penser le pluralisme des voies démocratiques. La conception théorique qu’elle se fait de la démocratie est ce qu’il appelle un universalisme surplombant, extérieur aux réalités auxquelles il doit s’appliquer. Cet article vise à montrer d’une part que Walzer ne distingue pas suffisamment la constitution des propositions philosophiques et la question de la normativité de ces (...)

  • Sous la direction de S. Al-Matary et de F. Guénard

    La démocratie à l’œuvre. Autour de P. Rosanvallon

    Seuil

    Florent Guénard
    Pour comprendre nos sociétés démocratiques toujours en quête d’elles-mêmes, explique Pierre Rosanvallon, il faut articuler l’histoire de l’âge moderne et l’analyse du monde contemporain. Et pour cela inventer une méthode et des outils conceptuels permettant à la fois de tirer parti de l’étude du passé et de saisir ce qui nous en sépare.
    De L’Âge de l’autogestion (1976) à La Société des égaux (2011), cet objectif théorique est resté indissociable d’une réflexion sur la difficulté de donner corps à l’idéal (...)

  • Aux éditions Classiques Garnier

    Philosophie de Rousseau

    sous la direction de B. Bachofen, B. Bernardi, A. Charrak et F. Guénard

    Florent Guénard
    Philosophie de Rousseau, sous la direction de B. Bachofen, B. Bernardi, A. Charrak, F. Guénard, Paris, Classiques Garnier, 2014, 512 p.
    Trois cents ans après sa naissance, nous retrouvons les questions par lesquelles Rousseau inquiétait son siècle en interrogeant le rapport de l’homme à la nature, les conditions et les effets de sa socialisation, le développement inséparable des passions et de la raison, etc. Mais l’actualité de ses idées sera mal entendue si on les sépare de son projet d’une «  (...)

  • Sous la direction de C. Colliot-Thélène et de F. Guénard

    Peuples et populisme

    Puf / La Vie des Idées

    Florent Guénard
    Le populisme est-il la vérité d’un régime démocratique qui n’a jamais réellement su donner un statut politique au « peuple » ou sa caricature la plus profonde ? Est-il l’expression contemporaine que le demos est aujourd’hui bel et bien fictif, si tant est, comme ne cessent de le clamer les adversaires de la démocratie, qu’il ait existé un jour ? L’écart entre le principe de la démocratie et sa réalité semble aujourd’hui maximal : ce n’est pas le peuple qui exerce le pouvoir, mais les experts, précisément (...)

  • Aux éditions Les Indes Savantes

    Rousseau, l’homme sauvage et les Indiens d’Amérique

    Dans Un continent en partage, dirigé par G. Havard et M. Augeron

    Florent Guénard
    Un continent en partage. Cinq siècles de rencontres entre Amérindiens et Français, sous la direction de Gilles Havard et de Mickaël Augeron, Paris, Les Indes Savantes, 2013.
    Un arrière-petit-fils du chef apache Geronimo qui vient se recueillir sur les plages du Débarquement ; des Indiens de Louisiane qui reçoivent une délégation de sénateurs français dans la langue de Molière ; un Arikara du Dakota du Nord qui se déclare « Frenchman » ; des indianophiles français qui, le week-end, vivent sous un tipi... (...)

1 2 3


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons