• IFAC

Accueil  Publications  Articles ou chapitres  Le concept hégélien

Le concept hégélien de l’action

Michael Quante, Alain Patrick Olivier (trad.)

jeudi 5 avril 2012, Alain Patrick Olivier


Le livre que voici confronte deux traditions philosophiques que l’on
présente volontiers comme antagoniques. La pensée dialectique et la
pensée analytique ont leur langue, leurs concepts, leur méthode propres ;
mais elles sont aussi traductibles. L’intention de Michael Quante est précisément de parvenir à une synthèse de leurs concepts fondamentaux et de contribuer ainsi à l’unification du débat philosophique. Il montre que l’idéalisme allemand possède une théorie de l’action au sens de la philosophie contemporaine, et que cette théorie pourrait même déjouer certains pièges métaphysiques auxquels la philosophie analytique n’aurait pas échappé.
L’enjeu de l’ouvrage consiste à reconstituer et à discuter la théorie hégélienne de l’action à partir de la philosophie pratique, plus précisément à partir du chapitre sur la moralité de la Philosophie du droit. Cela ne signifie pas pour autant l’appréhender du point de vue « philosophico-moral ». Quante analyse le concept de l’action et ses présupposés dans la progression logique du livre de Hegel, mais en amont des considérations sur le « bien » et le « mal », sur la « conscience » et sur « l’autonomie » du sujet. C’est dans cet espace étroit de la moralité qui n’est pas encore morale qu’il cherche à capturer le concept de l’action. Tous les concepts de la moralité vont être réinterprétés ici d’un point de vue actio-théorique moralement neutre : la « volonté », la « liberté », la « subjectivité », l’« intention », le « bien-être » et même – et surtout – le concept de « responsabilité ». Quante refuse néanmoins d’aborder la théorie de l’action en partant des présupposés du système hégélien et particulièrement de la logique spéculative. Il insiste au contraire pour que son livre soit lisible même par ceux qui n’admettent pas de tels présupposés.

Pour plus d’informations, consultez la notice (Le concept hégélien de l’action) sur le site Internet de l’éditeur.

P.-S.

Michael Quante, Le concept hégélien de l’action. Présentation et traduction par Alain Patrick Olivier. Presses universitaires de Rennes, 2012. Collection Philosophica. 230 p. ISBN 978-2-7535-1826-1. Prix : 17,00 €. Date de parution : 5 avril 2012. Photo couverture © Souhed Nemlaghi.




À propos de l'auteur :

Philosophie de l’éducation. Philosophie de l’art. Philosophie allemande.


Courrier électronique : Alain Patrick Olivier


Du même auteur :
  • Hegel saisi par le matérialisme

    La science de la logique et la logique des arts

    La Pensée, 378, avril/juin 2014

    Alain Patrick Olivier
    "Boulez dit, à propos de Klee, que le peintre ne regarde pas la nature pour la reproduire mais pour comprendre ses structures et ses mécanismes, et pour créer sur ce modèle des développements organiques. Il ne copie pas la nature mais il la retrouve dans des schémas. Il s’agit donc d’observer la logique à l’oeuvre dans la nature et de la transposer dans l’art pour en tirer un mode de fonctionnement, un mode de production suivant un certain mode de déduction, de prolifération des idées. Le peintre (...)

  • Sous la direction d’Alain Patrick Olivier & Elisabeth Weisser-Lohmann

    Kunst – Religion – Politik

    Art – Religion – Politique

    Alain Patrick Olivier , Jean-Marie Lardic
    Le lien qui unit les trois sphères culturelles de l’art, de la religion et de la politique est d’une importance centrale pour la philosophie contemporaine. La problématique ne vient pas seulement du fait que ces sphères se sont constituées de façon autonome pour relever de domaines scientifiques distincts. Elle vise aussi bien un processus de transformation social et historique global où se trouvent mise en cause les modèles hiérarchiques et les systèmes d’orientation issus de la tradition, qui (...)

  • Hegel, la genèse de l’esthétique

    Alain Patrick Olivier
    "Un discours esthétique proclame que l’art doit être, et l’art devient. Ce discours sur la genèse de l’art est en même temps l’acte de naissance de l’esthétique. Cet ouvrage revient au moment de l’origine et met en évidence le projet scientifique et sa signification. L’esthétique surgit au sein de l’idéalisme allemand, dans une période singulière de l’histoire de l’esprit où se conçoit quelque chose de tel que l’« art » au singulier, objet qui s’impose à la fois comme enjeu majeur du savoir et forme du discours (...)

1 | 2 | 3


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons