• IFAC

Accueil  Publications  Articles ou chapitres  « La prescience et la

« La prescience et la liberté, le temps et l’éternité » Une relecture du dernier livre (V) de la Consolation de Philosophie

Texte paru dans A. Giavatto et F. Le Blay (eds), Autour de la Consolation de Philosophie de Boèce, Atlande 2015, p. 127-163

vendredi 27 novembre 2015, Cyrille Michon


Le livre V de la Consolation présente un problème et une solution très connus, très influents et très étudiés : le problème de la prescience des actes libres, et la solution par le recours à l’éternité divine. C’est au milieu de ces quelques pages, les proses 3 à 6, que l’on trouve la célèbre définition boécienne de l’éternité, dans le sillage d’un autre passage célèbre du Timée de Platon. Sur ce point, comme dans l’ensemble du développement sur la prescience, les éléments assemblés par Boèce ne sont pas nouveaux, et proviennent assez largement de l’héritage néoplatonicien (y compris la logique d’Aristote). Mais puisque tout ceci est bien connu et que l’on ne compte plus les études portant sur tout ou partie de ce dernier livre, pourquoi y revenir ? Tout simplement parce qu’il s’agit d’un texte très difficile, dont l’interprétation est délicate. Une sorte de vulgate, déjà utilisée par les penseurs médiévaux, s’est imposée, mais elle a souvent été remise en cause. Une des dernières contestations de cette vulgate, qui propose une « autre » lecture du texte et des thèses de Boèce, a été offerte dans plusieurs études par John Marenbon. Je me propose ici de reprendre le dossier, l’interprétation traditionnelle et sa critique par Marenbon, et de présenter mon propre jugement. Pour tout dire, je suis troublé par l’interprétation de Marenbon, mais pas totalement convaincu, et je voudrais faire part de mes réserves. Ce faisant, nous pourrons parcourir à nouveau le texte de Boèce, et j’espère, l’éclairer un peu.

P.-S.

Version pdf avant édition

titre documents joints




À propos de l'auteur :

Professeur. Métaphysique, philosophie de la religion, philosophie médiévale.


Courrier électronique : Cyrille Michon


Du même auteur :
  • Thomas d’Aquin Somme contre les Gentils II La création

    Introduction, traduction et notes

    Cyrille Michon
    « Nous avons déjà parlé, dans le livre précédent, de la première opération de Dieu, en traitant de la connaissance et de la volonté divines. Pour compléter notre étude de la vérité divine, il nous reste donc à disserter de la seconde opération, par laquelle les choses sont produites et gouvernées par Dieu. » Création, puissance divine, éternité du monde, et, surtout, théorie de l’intellect sont la matière du livre II, dans un fréquent débat avec Maïmonide, Avicenne et (...)

  • Thomas d’Aquin Somme contre les Gentils I Dieu

    Introduction, traduction et notes par Cyrille Michon

    Cyrille Michon
    « Notre intention étant de rechercher par la voie de la raison ce que la raison humaine peut découvrir de Dieu, vient en premier l’étude de ce qui convient à Dieu en lui-même. » Démonstration de l’existence de Dieu, principes de théologie négative, doctrine de l’analogie et des noms divins, analyse de la pensée et de la volonté de Dieu : le livre I propose une théologie dans les limites de la simple (...)

  • Les dinosaures ont-ils existé ?

    Réalisme épistémologique et réalisme ontologique des universaux

    Cyrille Michon
    La question de l’existence des dinosaures, si c’en est une, est d’abord comprise comme une question empirique. Elle de savoir si les données recueillies, notamment les fossiles, permettent de reconstituer une population animale ayant existé dans une période éloignée, avant de disparaître totalement de la surface de la Terre, et ayant eu des propriétés qui justifient son rassemblement sous une même dénomination. A la différence d’une autre question empirique, comme celle de l’existence de l’Atlantide ou (...)

  • Une Théodicée analytique est-elle possible ?

    in Théologie et Analyse, sous la direction de B. Gnassounou, R. Pouivet et S. Bourgeois-Gironde, Vrin, 2002

    Cyrille Michon
    Toute théodicée est analytique en ce qu’elle présuppose une certaine possibilité de former des concepts sur Dieu et le mal, et de formuler des arguments à partir de cette base conceptuelle. Et c’est là tout ce que réclame un discours pour être appelé analytique. Mais la question demeure de savoir quel est le statut logique de tels arguments, et quel type de conclusion ils permettent d’atteindre. Cela dit, tout discours sur Dieu et le mal, quand bien même il serait analytique, n’est pas pour autant une (...)

1 | 2 | 3 | 4 | 5


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons