• Caphi
Centre Atlantique de Philosophie

Augustin : l’Epistula XI, le Livre des XXIV philosophes et idipsum

jeudi 26 septembre 2013, Dominique Doucet


D. Doucet, « Augustin : l’Epistula XI, le Livre des XXIV philosophes et idipsum. » Revue Thomiste, juillet-septembre 2013, T. CXIII, n°III, p. 379-397.

Résumé. — Pour montrer la fécondité de la thèse de son dernier ouvrage Le livre des Vingt-quatre philosophes, Résurgence d’un texte du IVe siècle (Paris, 2009), Françoise Hudry, appelait de ses voeux une recherche vers une probable influence sur Augustin de ce texte rendu à Marius Victorinus. Ce travail s’efforce d’y répondre en comparant la sentence XXII avec quelques passages de la Lettre XI qu’Augustin écrivit à Nebridius. Cette confrontation est enrichissante sur trois points. Premièrement, un renforcement de la thèse proposée par F. Hudry et une meilleure approche de la Lettre XI. Deuxièmement, cette dernière reliée aux écrits de cette époque permet de saisir d’une part à quel point, le Fils, le Verbe en son incarnation manifeste l’activité divine et la réalisation de l’activité philosophique en sa tripartition ; et d’autre part, pourquoi Augustin identifie la dialectique à la vérité. Enfin et troisièmement, elle permet de mieux saisir le lien qu’il y a entre l’expression idipsum et la Vérité évitant de réduire idipsum à une dimension ontologique ou encore déictique.

Abstract. — To manifest the fecundity of the thesis found in her most recent book (Le livre des Vingt-quatre philosophes, Résurgence d’un texte du IVe siècle, Paris, 2009), Françoise Hudry called for research towards the probable influence on Augustine of this text which has now been restored to Marius Victorinus. This study strives to reply by comparing the sentence XXII with a few passages from the Letter XI that Augustine wrote to Nebridius. This confrontation is enriching from several points of view. First, by the reinforcement of F. Hudry’s proposed thesis and a better approach to the Letter XI. Second, seeing the link between this writing and other compositions of the same period allows one to understand that, on the one hand, the Son, the Word, in His incarnation manifests divine activity and the realization of philosophical activity in its triple division ; on the other hand, why it is that Augustine identifies dialectics with truth. Third and last, it helps to understand the link between the expression idipsum and the Truth by avoiding the reduction of idipsum to an ontological or even a deictic dimension.




À propos de l'auteur :

Maître de Conférences HC. Antiquité tardive, Moyen Age, néoplatonisme, Augustin, Ecole de Chartres et aussi les rapports entre la philosophie et la Science fiction


Courrier électronique : Dominique Doucet


Du même auteur :
  • Exercice spirituel et identité : Augustin et Boèce

    Dans « Orient Occident » sous la direction de M. Delgado, C. Méla, F. Möri

    Dominique Doucet
    Article paru dans « Orient Occident. Racines spirituelles de l’Europe », Cerf, 2014.
    Le projet Orient-Occident. Racines spirituelles de l’Europe, a été initié par Frédéric Möri et le Professeur Charles Méla, alors Directeur de la Fondation Martin Bodmer (Cologny-Genève). Une exposition de manuscrits anciens et d’imprimés (novembre 2009 – avril 2010), accompagnée d’un ouvrage d’art réunissant près une centaine chercheurs (Editions du Cerf, épuisé) ouvraient une perspective originale sur les relations entre (...)

  • Andreas Eschbach, Nouer et Dénouer, Le complexe de Leibnitz

    paru dans Études Germaniques N°44, 2014, p. 175-190.

    Dominique Doucet
    A. Eschbach a reçu huit fois le prix Kurd Lasswitz (1997, 1999, 2000, 2002, 2004, 2008, 2010, 2012), parmi les œuvres ainsi primées, certaines développent des thèmes philosophiques. Ainsi l’art de nouer et de dénouer, les thèmes de l’écart et de l’instant, de la recherche de l’origine, de la mort et plus massivement du mal, présents dans les romans comme Des milliards de Tapis de cheveux, Kwest, Le derniers de sa race, En panne sèche ne sont pas sans faire écho à des questions comme l’art (...)

  • Le livre des vingt-quatre philosophes

    Dominique Doucet
    À propos de : Le livre des vingt-quatre philosophes. Résurgence d’un texte du IVe siècle. Introduction, texte latin, traduction et annotations par Françoise HUDRY, Histoire des doctrines de l’antiquité classique XXXIX, Vrin, Paris, 2009, 225 p.
    Saint Augustin accordait une telle importance au livre de la Genèse qu’il en rédigea plusieurs commentaires inachevés avant de réaliser son De Genesi ad litteram en 12 livres. Il en va de même pour l’heureuse ténacité de Françoise Hudry devant l’opuscule connu (...)

  • Théodicées

    Antoine Grandjean, Blaise Benoit, Dominique Doucet, Pascal Taranto
    Ouvrage collectif consacré à l’histoire de la « théodicée », envisagée comme un régime de discours dont la spécificité engage peut-être celle du traitement que la métaphysique réserve à la question du mal.
    Il s’inscrit dans la continuité des « 2e Journées de La Baule » organisées par le département de philosophie en 2007.
    Cet ouvrage contribue à tirer au clair la spécificité formelle et la signification philosophique d’un motif discursif dont l’identité nominale (un néologisme), la quasi absence d’explication par (...)

  • Sens et rôle de Ratio dans les Soliloquia d’Augustin

    Dominique Doucet
    L’introduction de Ratio comme guide et interlocutrice d’Augustin dans les Soliloques oblige à réfléchir sur le statut de la raison, non seulement dans ce dialogue, mais encore dans les dialogues antérieurs, en particulier le Contra Academicos et le De ordine. Non seulement, dans les Soliloques, la ratio est présentée sous une identité ambiguë - voix « extérieure » ou « intérieure »-, mais en outre elle semble être l’enjeu de l’ensemble du dialogue : « c’est justement ce que je m’efforce à grand-peine de (...)

  • Ne cesse pas de sculpter ta propre statue (Plotin)

    Dominique Doucet
    Cette expérience de la présence de soi à soi vécue sans crispation, de la présence au monde éprouvée sans démesure, de la présence au temps sans ennui ou divertissement, n’est autre que la patience. Vertu souvent oubliée, elle sait faire du pathos, de la souffrance, de la passion, de ce qui est perçu comme une privation d’être, la forme la plus éminente de l’humain. Elle est cet exercice spirituel capable d’endurer aussi bien l’excès que la privation ; elle est ce regard que chaque être en sa (...)

1 2


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons