• IFAC

Accueil  Publications  Antoine Arnauld. Textes philosophiques

Antoine Arnauld. Textes philosophiques

jeudi 1er mars 2001, Denis Moreau


L’œuvre considérable d’Antoine Arnauld, dit le Grand Arnauld (1612-1694), a été étudiée de façon très inégale. Son versant théologique (discussions sur la « fréquente communion », défenses intransigeantes d’un augustinisme radical au sujet de la grâce, polémiques avec les Réformés sur l’eucharistie) est depuis longtemps bien connu. Une tradition féconde s’accorde également à reconnaître en Arnauld une ligure majeure de la logique et de la philosophie du langage. On connaît moins, en revanche, Arnauld comme philosophe, ou plutôt on le connaît en tant que tel au travers d’un petit nombre de textes : les Quatrièmes objections faites aux Méditations de Descartes ; la Logique et la Grammaire de Port-Royal ; certains textes de la polémique contre Malebranche ; la correspondance avec Leibniz. Or Arnauld a écrit de nombreux autres textes philosophiques, qui n’ont pour la plupart été ni réédités ni traduits depuis le XVIIIe siècle. La présente édition, établie en tenant compte de copies inédites de textes d’Arnauld conservées à Paris et à Utrecht, entreprend de combler partiellement cette lacune, On y trouve :

  • Le texte latin et la traduction des Conclusions philosophiques, thèses de philosophie rédigées par Arnauld en 1641.
  • La Dissertation en deux parties sur la vision des vérités en Dieu et l’amour de la vertu. Dans ce texte des années 1690, Arnauld précise sa position sur des questions de philosophie de la connaissance et de morale qui recoupent les thèmes abordés lors de la polémique avec Malebranche.
  • Les Règles du bon sens... Ce texte prolonge et approfondit le précédent, en y ajoutant d’importantes réflexions sur la controverse entendue comme « méthode » en philosophie et sur le thème de la vertu.
  • Le De la liberté de l’homme (texte latin et traduction de P. Quesnel). Ce texte présente l’état final de la réflexion d’Arnauld sur la liberté, qui se caractérise notamment par un net refus de certaines positions de Jansénius, et un retour aux thèses de Thomas d’Aquin.
    Ce volume enrichit donc de façon notable le (petit) corpus de textes d’Arnauld actuellement accessibles. Il s’achève par un essai de bibliographie arnaldienne qui comporte plus de cinq cents titres.

Broché : 332 pages ; Editeur : Presses Universitaires de France - PUF (1 mars 2001) ; Collection : Epimethee ; Langue : Français ; ISBN-10 : 2130511155 ; ISBN-13 : 978-2130511151




À propos de l'auteur :

Professeur.
Histoire de la philosophie classique (notamment Descartes et cartésianisme), philosophie de la religion.


Courrier électronique : Denis Moreau


Du même auteur :
  • Je pense donc je suis

    Denis Moreau
    Un petit ouvrage de « philosophie populaire » sur une des plus célèbres propositions philosophiques
    Je pense donc je suis. Peu d’énoncés philosophiques ont connu une destinée et acquis une célébrité semblables à celles du cogito de Descartes : depuis la parution du Discours de la méthode, il n’est guère de penseur important qui ne se soit senti obligé de donner son avis sur cette affirmation ; et de façon plus frappante encore, le cogito est une des rares – sinon la seule – propositions de philosophie à (...)

  • Malebranche

    Une philosophie de l’expérience

    Denis Moreau
    Une présentation de l’ensemble de la pensée de Malebranche.
    " Quand j’ai donc comparé les sciences entre elles selon mes lumières, les divers avantages ou leur évidence ou de leur utilité, je me suis trouvé dans un embarras étrange. Tantôt la crainte de tomber dans l’erreur donnait la préférence aux sciences exactes, telles que sont l’arithmétique et la géométrie, dont les démonstrations contente admirablement notre saine curiosité. Et tantôt le désir de connaître, non les rapports des idées entre elles, (...)

  • Deux cartésiens

    Denis Moreau
    De 1683 à 1694, Antoine Arnauld et Nicolas Malebranche, anciens « amis » et prêtres que leur intérêt pour Descartes, leur révérence pour Augustin et leur commune inquiétude face au « libertinage » semblaient pourtant destiner à s’entendre, polémiquèrent violemment. En insistant sur l’aspect philosophique de ces débats, cet ouvrage propose la première interprétation d’ensemble de cette célèbre confrontation. Y-a-t-il de sérieuses raisons philosophiques au désaccord entre Arnauld et Malebranche ? Leur (...)

  • Thomas d’Aquin, Somme contre les Gentils, livre IV

    Denis Moreau
    Traduction, introduction et annotation du livre IV de « l’autre » grande Somme thomiste
    La raison et la foi, Aristote et la Bible : la Somme contre les Gentils offre une synthèse unique par l’ampleur de son dessein. Thomas a trente-trois ans quand, pour « accomplir le métier de sage », il entreprend de penser la Révélation en parlant le langage de « la raison naturelle, à laquelle tous sont contraints d’assentir ». Le livre IV expose les vérités connues par la seule Révélation : " Il faut les (...)

  • Descartes, Lettre-préface des Principes de la philosophie

    Denis Moreau
    Edition, introduction et annotation de la Lettre-Préface des Principes de la philosophie de Descartes
    Descartes, le « véritable initiateur de la pensée moderne », celui dont « on ne saurait se représenter dans toute son ampleur l’influence qu’il a exercée sur son époque et sur les temps modernes » (Hegel), a attendu la fin de sa vie pour répondre à la question : qu’est-ce que la philosophie ? Cette attente ne tient pas seulement à des raisons historiques, et constitue peut-être une leçon de philosophie. (...)

1 | 2 | 3 | 4


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons